Camara Nangala

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Camara Nangala est un écrivain ivoirien né à Katiola (Côte d'Ivoire) le .

Le Printemps de la liberté, 1999[modifier]

Il suffit d’un brin de volonté et d’effort pour renverser la vapeur.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 2, p. 39


La fiction s’inspire, sort, procède du réel qu’elle corrige et adapte au gré des fantasmes et des lubies de son auteur.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 6, p. 165


Un homme qui pleure, un homme qui souffre n’est pas un ours qui danse.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 9, p. 233


A qui saute et tombe dans le feu, il reste à faire un deuxième saut.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 10, p. 263


L’arbre ne peut s’associer au vent et au froid pour faire tomber le fruit vert.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 10, p. 271


Le pouvoir rend fou, le pouvoir absolu rend absolument fou.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 11, p. 363


Manger une mangue ne saurait signifier s’approprier le manguier encore moins l’emporter.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 10, p. 300


Un peuple qui ignore son histoire, est un peuple qui ne sait pas où il va.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 9, p. 233


Autres temps ! autres mœurs !
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 8, p. 226


L’herbe qui tue la gazelle se trouve sous son sabot.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 9, p. 231


L’intuition féminine saisie parfois l’insaisissable de façon inattendue.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 9, p. 229


L’amour ne s’accommode ni de rancœur, ni de vanité ; l’amour est tout d’humilité, de compromis, de don de soi.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 6, p. 139


La vie est combat, combat de tous les instants.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 8, p. 210


La souveraineté d’un peuple se mesure à sa capacité d’en imposer directement ou indirectement aux autres peuples.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 4, p. 97


L’écriture est un sacerdoce, un acte de foi, foi en la vie et en l’avenir.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 6, p. 158


Le corps d’un être humain est plein de sang, mais sa salive est blanche.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 5, p. 112


La vie est trop courte pour ne pas la mettre à profit.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 5, p. 117


Le pot en terre ne peut prétendre dicter sa loi à la pierre.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 3, p. 67


Une conscience en état de siège, rabaisse l’individu qui en est le porteur à l’état de chose.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 4, p. 78


L’injustice est le premier des désordres.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 4, p. 78


Le matin, la bouche exhale une haleine fétiche, mais la parole qui en procède est féconde.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 4, p. 82


Quiconque est sous la pluie, ne craint pas de se mouiller les pieds en traversant la rivière.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 4, p. 91


La force et le cynisme sont les clés de voûte de toute relation.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 4, p. 94


La morale et l’éthique sont l’apanage des faibles.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 4, p. 94


Il est de bonne politique de se concilier les préjugés favorables, lorsqu’on s’engage dans l’inconnu.
  • Le Printemps de la liberté, Camara Nangala, éd. Calao Editions et Frat Mat Editions, coll. « Baobab », 2010  (ISBN 978-2-84948-159-2), chap. 4, p. 88


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :