Camara Laye

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Camara Laye est un écrivain guinéen d'expression française. Il est né le à Kouroussa, en Haute-Guinée, et mort le à Dakar.

Citations[modifier]

Dramouss, 1966[modifier]

La terre natale sera toujours plus qu’une simple terre : c’est toute la terre !


Dans la société où je me trouvais, société ultramoderne, où tout repose sur le capital, si l’ambition et l’intelligence ne s’appuient pas sur lui, elles s’effritent peu à peu et tournent finalement au néant.


Un être humain vaut plus que tous les comptes en banque de la terre.


La souffrance est la meilleure école.


En chaque femme sur la terre, il y a un ange et un démon.


Chacun porte sa mort en soi.


Un régime qui se bâtit dans le sang, n’est qu’un régime d’anarchie et de dictature, un régime fondé sur la violence, et que détruira la violence.


Sur la terre, l’homme ne fait rien pour personne, ni rien contre personne ; il fait tout pour lui-même et tout contre lui-même.


Les enfants ne sont jamais étrangers les uns des autres.


L'Enfant noir, 1953[modifier]

Où le griot puisait-il ce savoir? Dans une mémoire particulièrement exercée assurémenent, particulièrement nourrie aussi par ses prédécesseurs, et qui est le fondement de notre tradition orale.
  • L'Enfant noir, Camara Laye, éd. Pocket Jeunesse, 1994  (ISBN 2-266-10815-8), chap. 2, p. 25


Chez nous, on ne parle guère des défunts qu'on a beaucoup aimés; on a le cœur trop lourd sitôt qu'on évoque leur souvenir.
  • L'Enfant noir, Camara Laye, éd. Pocket Jeunesse, 1994  (ISBN 2-266-10815-8), chap. 3, p. 39


A travailler dans les champs à longueur de journée, on devient facilement silencieux.
  • L'Enfant noir, Camara Laye, éd. Pocket Jeunesse, 1994  (ISBN 2-266-10815-8), chap. 3, p. 52


Il arrive que l'esprit seul des traditions survive, et il arrive aussi que la forme, l'enveloppe, en demeure l'unique expression.
  • L'Enfant noir, Camara Laye, éd. Pocket Jeunesse, 1994  (ISBN 2-266-10815-8), chap. 4, p. 56


L'oiseau ne peut demeurer sur l'arbre, il lui faut tout le ciel!.
  • L'Enfant noir, Camara Laye, éd. Pocket Jeunesse, 1994  (ISBN 2-266-10815-8), chap. 4, p. 62


Chez nous, la coutume ressortit à une foncière indépendance, à une fierté innée; on ne brime que celui qui veut se laisser brimer, et les femmes se laissent très peu brimer.
  • L'Enfant noir, Camara Laye, éd. Pocket Jeunesse, 1994  (ISBN 2-266-10815-8), chap. 5, p. 73


J'ai connu une grande variété de punitions dans cette école, mais point de variété dans le déplaisir; et il fallait que le désir d'apprendre fût chevillé au corps, pour résister à semblable traitement.
  • L'Enfant noir, Camara Laye, éd. Pocket Jeunesse, 1994  (ISBN 2-266-10815-8), chap. 6, p. 85


Parceque toute réunion de danse a, chez nous, tendance à se propager, parce que chaque appel de tam-tam a un pouvoir presque irrésistible, les spectateurs se transformaient bientôt en danseurs.
  • L'Enfant noir, Camara Laye, éd. Pocket Jeunesse, 1994  (ISBN 2-266-10815-8), chap. 8, p. 127


Le chemin de la vie, celui que nous abordons en naissant, n'est jamais que le chemin momentané de notre exil...
  • L'Enfant noir, Camara Laye, éd. Pocket Jeunesse, 1994  (ISBN 2-266-10815-8), chap. 11, p. 209