Blaise Cendrars

Citations « Blaise Cendrars » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Cendrars, par Amedeo Modigliani (1917).

Blaise Cendrars, pseudonyme de Frédéric-Louis Sauser, né à La-Chaux-de-Fonds (Suisse) le 1er septembre 1887 et mort à Paris le 21 janvier 1961, est un écrivain français d'origine suisse.

Citations propres à l'auteur[modifier]

Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France, 1913[modifier]

J'ai vu
J'ai vu les trains silencieux les trains noirs qui revenaient de l'Extrême-Orient et qui passaient en fantômes
Et mon œil, comme le fanal d'arrière, court encore derrière ces trains

  • « Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France », dans Du monde entier au cœur du monde - Poésies complètes (1947), Blaise Cendrars, éd. Gallimard, coll. « Poésie - NRF », 2006, p. 59


Dix-neuf poèmes élastiques, 1919[modifier]

Apollinaire
1900-1911
Durant 12 ans seul poète de France

  • « 7. Hamac », dans Du monde entier au cœur du monde - Poésies complètes (1947), Blaise Cendrars, éd. Gallimard, coll. « Poésie - NRF », 2006, p. 104


La guillotine est le chef d'œuvre de l'art plastique
Son déclic
Crée le mouvement perpétuel

  • « 18. La tête », dans Du monde entier au cœur du monde - Poésies complètes (1947), Blaise Cendrars, éd. Gallimard, coll. « Poésie - NRF », 2006, p. 121


Moganni Nameh, 1923[modifier]

Il est si simple d’être assis l’un vis-à-vis de l’autre, sous la lampe, de se dévisager, curieux, avec un sourire au fond des yeux.

  • Edition complète, 4ème volume, Blaise Cendrars, éd. Denoël, 1962, p. 97


Feuilles de route, 1924[modifier]

Il faut savoir être bête et content.

  • « Rire », dans Du monde entier au cœur du monde - Poésies complètes (1947), Blaise Cendrars, éd. Gallimard, coll. « Poésie - NRF », 2006, p. 263


Sud-Américaines, 1924[modifier]

Ce n'est pas du premier coup que l'on trouve son équilibre et la simplicité de la vie au milieu de toutes les complications de la richesse Il y faut de l'entètement

  • Au cœur du monde - Poésies complètes 1924-1929 (1947), Blaise Cendrars, éd. Gallimard, coll. « Poésie/Gallimard », 1997  (ISBN 2-07-030062-5), p. 96


Aujourd’hui, 1931[modifier]

Tu fonds le monde dans le moule de ton crâne.

  • Aujourd'hui, Profond aujourd'hui, Blaise Cendrars, éd. Denoël, édition complète, 4ème volume, 1962, p. 143


« Vous qui écrivez dans les journaux, si jamais vous parlez de moi, dites bien à vos amis, les poètes, que la vie est dangereuse aujourd’hui et que celui qui agit doit aller jusqu’au bout de son acte sans se plaindre. »

  • Aujourd'hui, Eloge de la vie dangereuse, Blaise Cendrars, éd. Denoël, édition complète, 4ème volume, 1962, p. 158


Seront classés tous les aînés qui auront rassemblé, souvent à leur insu, quelque élément de cette violente beauté qui nous possède et qui nous force, nous, les jeunes : la beauté du monde moderne.

  • Aujourd'hui, Peintres, 2 - Modernités, Paris, 9 mai 1919, Blaise Cendrars, éd. Denoël, édition complète, 4ème volume, 1962, p. 185


Celui qui a vu, il y a quelques années, dans le ciel transparent de Paris, un aviateur tracer des lettres de fumée de cent mètres de hauteur pour annoncer une nouvelle marque d’automobiles « CITROEN », a dû comprendre l’héroïsme, la science, l’audace, la précision, la virtuosité, la candeur, l’universalité de la poésie et du monde modernes.

  • Aujourd'hui, Poètes, Blaise Cendrars, éd. Denoël, édition complète, 4ème volume, 1962, p. 212


Vol à voile, 1932[modifier]

(…) un baromètre détraqué au beau fixe (…)

  • Vol à voile, Blaise Cendrars, éd. Denoël, édition complète, 4ème volume, 1962, p. 258


(Hess-Ruetschi) : En somme, rien n’est inadmissible, sauf peut-être la vie, à moins qu’on ne l’entende pour la réinventer tous les jours !...

  • Vol à voile, Blaise Cendrars, éd. Denoël, édition complète, 4ème volume, 1962, p. 277


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :