Bertrand Laverdure

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bertrand Laverdure (2008).

Bertrand Laverdure est un journaliste et écrivain québécois né à Montréal en 1967.

Gomme de xanthane, 2006[modifier]

La réalité nous rattrape, répond à nos questions, s'assoit devant nous avec sa pipe de conteur et nous déballe de l'étrangeté.
  • Gomme de xanthane, Bertrand Laverdure, éd. Triptyque, 2006, p. 22


Le cynisme est un signe de santé intellectuelle.
  • Gomme de xanthane, Bertrand Laverdure, éd. Triptyque, 2006, p. 33


Tout ce qui est flagrant est toujours bref.
  • Gomme de xanthane, Bertrand Laverdure, éd. Triptyque, 2006, p. 37


Nos systèmes de valeur ont été conçus pour nous laisser dans le doutes. Nous sommes des machines hésitantes, en proie aux influences extérieures, des girouettes à opinion publique. On se gausse d'être lucide, éclairé, polyvalent, mais il est toujours assez curieux de constater que l'argument d'autorité, la loi du plus fort et l'intimidation bien sentie règlent la majorité des problèmes.
  • Gomme de xanthane, Bertrand Laverdure, éd. Triptyque, 2006, p. 39


L'intelligence a une odeur particulière. Quand on la rencontre, peu importe l'âge, elle cherche a démasquer tout ce qu'elle perçoit.
  • Gomme de xanthane, Bertrand Laverdure, éd. Triptyque, 2006, p. 123


Les coïncidences sont de minuscules coups de théâtres élevés au rang d'évènements mystiques.
  • Gomme de xanthane, Bertrand Laverdure, éd. Triptyque, 2006, p. 138


Il est effarant de constater comment nous ne retenons que des informations tronquées, des bribes d'idées, d'images, d'arguments, et comment nous fonctionnons avec ce gruyère intellectuel toute notre vie. Nous avons vraiment été conçus pour accepter l'approximatif, le flou, les mystères et la propagande. Tant mieux pour les sans scrupules.
  • Gomme de xanthane, Bertrand Laverdure, éd. Triptyque, 2006, p. 140


La littérature, ce ne sont que des ondes diffractées, du murmure cosmique, des vagues perdues et qu'on rattrape pour leur donner un rôle, un sens, pour nous attaquer à leur inanité intolérable.
  • Gomme de xanthane, Bertrand Laverdure, éd. Triptyque, 2006, p. 179


Sortir du lot, c'est rentrer dans le rang des médias.
  • Gomme de xanthane, Bertrand Laverdure, éd. Triptyque, 2006, p. 183


Lectodôme, 2008[modifier]

Si éduquer était aussi facile que d'asujettir par la force, nous peinerions moins à imposer la bonne foi.
  • Lectodôme, Bertrand Laverdure, éd. Le Quartanier, 2008, p. 21


Le désir et l'utilité ne vont pas de pair.
  • Lectodôme, Bertrand Laverdure, éd. Le Quartanier, 2008, p. 54


Le temps est une punition céleste. Nous le rappeler fait office de châtiment.
  • Lectodôme, Bertrand Laverdure, éd. Le Quartanier, 2008, p. 60


Quiconque se croit investi d'une mission s'agite sans compter ses maldresses.
  • Lectodôme, Bertrand Laverdure, éd. Le Quartanier, 2008, p. 66


La fraîcheur de la vérité ne se démode jamais.
  • Lectodôme, Bertrand Laverdure, éd. Le Quartanier, 2008, p. 152


Participer à l'agitation du monde, c'est participer à sa réussite, aux traces conséquentes qui vont remodeler le futur, écœurer le plus de générations d'êtres humains posible, abâtardir à force d'idéologie dominante le millénaire à venir.
  • Lectodôme, Bertrand Laverdure, éd. Le Quartanier, 2008, p. 227


Si on sort de la vie et que le jeu se termine, aucune pièce ne comble mieux le vide que celle qui arbore un amour déçu.
  • Lectodôme, Bertrand Laverdure, éd. Le Quartanier, 2008, p. 279


La fin n'a plus sa raison d'être dans un monde où l'impossible ne tient plus.
  • Lectodôme, Bertrand Laverdure, éd. Le Quartanier, 2008, p. 312


La chambre Neptune, 2016[modifier]

Mais l'illusion de notre individualité est tellement ancrée dans nos mœurs que personne ne réalise qu'un esprit indépendant est un leurre. Nous sommes réseautiques, prévisibles, outrecuidants. Simulacres plombés, nous chutons dans la fiction comme tout le monde.
  • La chambre Neptune, Bertrand Laverdure, éd. La Peuplade, 2016, p. 30


À trop vouloir cerner qui on est, on s'empêche de voir la vie. Chaque être humain est un univers parallèle à découvrir et personne n'a le temps de tout voir. Or vivre c'est d'abord voir, non se définir.
  • La chambre Neptune, Bertrand Laverdure, éd. La Peuplade, 2016, p. 54


Nous n'avons pas de réponse brillante au pourquoi de la vie et le théâtre de notre moi imagine des échappatoires chorégraphiées qui droguent nos perceptions
  • La chambre Neptune, Bertrand Laverdure, éd. La Peuplade, 2016, p. 57


Naître est toujours plus avantageux pour nos gènes.
  • La chambre Neptune, Bertrand Laverdure, éd. La Peuplade, 2016, p. 62


La volonté est toujours un élément incongru qui flotte au-dessus de nos vies, pire que fumée dense. Nous récoltons ses débris comme une pluie suspecte.
  • La chambre Neptune, Bertrand Laverdure, éd. La Peuplade, 2016, p. 109


La maladie mentale, ce n'est pas perdre le nord. C'est se ficher de le trouver.
  • La chambre Neptune, Bertrand Laverdure, éd. La Peuplade, 2016, p. 114


Ne voir la vie que sous la coupole du tragique occulte une bonne partie de ses manifestations naturelles.
  • La chambre Neptune, Bertrand Laverdure, éd. La Peuplade, 2016, p. 125


Une décision a toujours besoin d'une raison. Notre corps prend la plupart des décisions sans nous consulter et notre conscience vient ensuite raconter un récit pour les apprivoiser.
  • La chambre Neptune, Bertrand Laverdure, éd. La Peuplade, 2016, p. 155


Chacune de nos vies est un univers parallèle qui n'est accessible que par l'entremise d'un récit, d'une succession de photos, de ragots, de griffonnages, ou d'images mouvantes.
  • La chambre Neptune, Bertrand Laverdure, éd. La Peuplade, 2016, p. 158


Une catastrophe naturelle reste d'abord et avant tout un virus informatique propagé par la nature pour réencoder la vie dans certaines zones terrestres, manifestation du hasard objectif affectant une portion du tissus vivant.
  • La chambre Neptune, Bertrand Laverdure, éd. La Peuplade, 2016, p. 197