Arthur Upfield

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arthur Upfield

Arthur Upfield, né le et mort le , est un écrivain anglo-australien célèbre pour ses romans policiers qui mettent en scène un détective de mère aborigène et de père européen, l'inspecteur Napoléon Bonaparte. Il est considéré comme le pionnier du polar ethnologique.

Un écrivain mord la poussière, 1948[modifier]

Ces idiots des villes se mettent tout le temps en grève pour être mieux payés et, quand ils ont gain de cause, il faut même pas une semaine pour que tout augmente, ce qui fait qu'ils en sont au même point.
  • Un écrivain mord la poussière, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 2000  (ISBN 2-264-02898-X), p. 112


Mort d'un trimardeur, 1945[modifier]

On y voyait les traces du vieil homme et celles de sa fille, chaussée d'espadrilles à semelles de caoutchouc.
Il n'y a pas deux personnes qui aient la même démarche. On ne marche pas non plus de la même façon quand on est malade, ou quand on est sous le coup d'une forte émotion. En voyant l'empreinte d'un pied nu, un Aborigène réussit presque toujours à dire qui l'a laissée.
  • Mort d'un trimardeur, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1993  (ISBN 2-264-01762-7), p. 32


Pour voir les étoiles, il faut attendre la nuit, et bizarrement, dans toutes les grandes enquêtes, les policiers doivent attendre que les ténèbres s'installent pour commencer à voir la lumière.
  • Mort d'un trimardeur, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1993  (ISBN 2-264-01762-7), p. 135



Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :