Arthur Upfield

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arthur Upfield

Arthur Upfield, né le et mort le , est un écrivain anglo-australien célèbre pour ses romans policiers qui mettent en scène un détective de mère aborigène et de père européen, l'inspecteur Napoléon Bonaparte. Il est considéré comme le pionnier du polar ethnologique.

Le récif aux espadons, 1939[modifier]

A l'intérieur de son crâne, le cerveau de Bony ne s'emballait pas. Une nouvelle fois, il se divisa en deux parties, l'une enregistrant les paroles et les gestes des marins, l'autre calculant froidement, raisonnant, cherchant à anticiper. A présent, il avait les connaissances requises pour manœuvrer canne, moulinet et frein, mais il ne savait pas encore choisir le bon moment pour agir, une compétence qui s'acquiert seulement avec l'expérience..
  • Le récif aux espadons, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 2000  (ISBN 2-264-02903-X), p. 133


Mort d'un trimardeur, 1945[modifier]

On y voyait les traces du vieil homme et celles de sa fille, chaussée d'espadrilles à semelles de caoutchouc.
Il n'y a pas deux personnes qui aient la même démarche. On ne marche pas non plus de la même façon quand on est malade, ou quand on est sous le coup d'une forte émotion. En voyant l'empreinte d'un pied nu, un Aborigène réussit presque toujours à dire qui l'a laissée.
  • Mort d'un trimardeur, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1993  (ISBN 2-264-01762-7), p. 32


Pour voir les étoiles, il faut attendre la nuit, et bizarrement, dans toutes les grandes enquêtes, les policiers doivent attendre que les ténèbres s'installent pour commencer à voir la lumière.
  • Mort d'un trimardeur, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1993  (ISBN 2-264-01762-7), p. 135


Un écrivain mord la poussière, 1948[modifier]

Ces idiots des villes se mettent tout le temps en grève pour être mieux payés et, quand ils ont gain de cause, il faut même pas une semaine pour que tout augmente, ce qui fait qu'ils en sont au même point.
  • Un écrivain mord la poussière, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 2000  (ISBN 2-264-02898-X), p. 112


Chausse-trappe, 1951[modifier]

Les temps changent. Les gens ne pensent plus au lendemain, ni même à la semaine suivante. Ils ne s'inquiètent pas des embêtements qu'ils vont causer à leur famille ou à l'état quand ils mourront. Y a plus d'amour-propre, de nos jours... on tâche de travailler le moins possible pour le plus d'argent possible, et on refuse de réfléchir, parce que réfléchir, ça fait souffrir.
  • Chausse-trappe, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1997  (ISBN 2-264-02353-8), p. 36


Le Crime ressemble à l'impact d'un caillou dans des eaux paisibles. On avait jeté le caillou dans cette localité dix semaines plus tôt. Bony était sûr que les rides qu'il produisait s'élargissaient et se rétractaient encore, comme un jeu d'influences sur l'esprit des gens. Les influences mentales engendrent des réactions physiques et Bony attendait qu'une action de cette sorte se produise qui lui permettrait de remonter jusqu'à sa source l'influence qui l'avait provoquée; à savoir le caillou.
  • Chausse-trappe, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1997  (ISBN 2-264-02353-8), p. 77


C'était un homme bien étrange. Il vivait seul dans la forêt, abattait les géants sans aide, se débrouillait grâce à son ingéniosité... et prenait le temps d'étudier les insectes et les oiseaux. Il était heureux d'être un roi sans courtisans plutôt qu'un esclave de la machine économique.
  • Chausse-trappe, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1997  (ISBN 2-264-02353-8), p. 171


L'homme des deux tribus, 1956[modifier]

Comme le chat, le chameau ne peut jamais être complètement domestiqué et, comme l'éléphant, il n'oublie jamais rien.
  • L'homme des deux tribus, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1991  (ISBN 2-264-01654-X), p. 58


Habitué à des distractions telles que les livres, le théâtre, le cinéma, les journaux, l'homme moderne se détériore rapidement s'il est privé de ces moyens d'évasion. Cette menace pèse sur nous tous.
  • L'homme des deux tribus, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1991  (ISBN 2-264-01654-X), p. 144


Les imaginatifs sont plus vulnérables que les autres, mais ce sont eux qui font l'ascension de l'Everest et qui traverse la NullarBor.
  • L'homme des deux tribus, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1991  (ISBN 2-264-01654-X), p. 243


Le prophète du temps, 1956[modifier]

Vous regarder pêcher me fait penser à une phrase de Périclès. L'un de ses partisans lui demandait comment les poissons vivaient dans la mer et il a répondu: "Eh bien, comme les hommes sur la terre ferme; les gros mangent les petits".
  • Le prophète du temps, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 2003  (ISBN 2-264-02900-5), p. 55


A lui seul le confort matériel n'apporte pourtant pas d'immense satisfaction. M Luton en était arrivé à apprécier les agréments d'une maison, mais pas au point de les placer au-dessus de l'amitié. L'amitié ressemble à un arbre: plus il pousse lentement, plus il sera résistant et plus il vivra longtemps.
  • Le prophète du temps, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 2003  (ISBN 2-264-02900-5), p. 140


Le retour du broussard, 1957[modifier]

Le raisonnement par induction doit se soumettre à des règles spécifiques, et il est souvent dangereux de s'y livrer avant que tous les faits dont on dispose et toutes les suppositions crédibles aient été hierarchisés.
  • Le retour du broussard, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1996  (ISBN 2-264-02349-X), p. 61


Est-ce que c'était Canut qui racontait cette histoire? Comment était-ce possible sans mots? Vous me direz peut-être que la musique raconte une histoire à ceux qui ont des oreilles pour l'entendre, mais vous seriez bien les derniers à prétendre que Canut produisait de la musique. Voulez-vous que nous transigions en disant que Canut transmettait de vieilles légendes à l'intention de ceux qui avaient des oreilles pour les entendre et des esprits pour les interpréter? Car il ne sortait de ce dijeridoo aucune mélodie, aucun rythme, aucune note qu'on aurait pu qualifier de musical.
  • Le retour du broussard, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1996  (ISBN 2-264-02349-X), p. 65


Canut, roi de ce qui restait d'une civilisation passée, savait vivre. Pour lui, pas de soucis financiers, pas de problèmes domestiques ni d'efforts pour rivaliser avec le standing de ses voisins. Comme ses ancêtres, Canut connaissait tous les secrets d'une vie sans maladie cardiaque ni ulcère à l'estomac.
  • Le retour du broussard, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1996  (ISBN 2-264-02349-X), p. 174


Du crime au bourreau, 1959[modifier]

Un médecin célèbre déclara un jour qu'un homme vivait aussi longtemps que son estomac, allant jusqu'à ajouter qu'un homme n'était qu'un estomac. Il s'aperçut qu'une très grosse proportion de vrais broussards atteignait un âge très avancé, et il attribua cette longévité au déséquilibre de leur régime alimentaire: pendant quarante-huit semaines de l'année, ils vivaient de thé et d'eau de surface fortement alcaline, et, pendant les autres, de whisky. Chaque année, la couche qui tapissait l'estomac était ainsi dissoute par l'alcool, et l'organe entièrement rénové.
  • Du crime au bourreau, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1995  (ISBN 2-264-02200-0), p. 71


Le succès est un édifice bâti sur la patience.
  • Du crime au bourreau, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1995  (ISBN 2-264-02200-0), p. 84


Quand ces hommes froids et calculateurs s'effondrent, ils ne le font pas à moitié, dit fermement Bony. Ils se construisent un personnage autour de leur vanité, et une fois qu'elle s'évapore, ils ressemblent à de la gelée qui n'a pas pris.
  • Du crime au bourreau, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1995  (ISBN 2-264-02200-0), p. 282


Bony et le sauvage blanc, 1961[modifier]

Incapable de conduire tout en admirant cette forêt, Bony arrêta sa voiture et s'y appuya pour suivre des yeux les replis profonds d'une vallée proche. Sa dernière mission s'était déroulée dans les terres arides de la baie aux Requins, à l'est de Gladstone, région d'arbustes rabougris, de chaleur accablante et de lumière aveuglante. Cette forêt magnifiquement exempte de végétation étrangère n'était pas l'Australie, c'était le paradis.
  • Bony et le sauvage blanc, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1996  (ISBN 2-264-02350-3), p. 38


Maintenant que la journée était terminée, le karri semblait encore plus impressionnant, en seigneur de ce monde. Son tronc divisait le ciel cramoisi du couchant et ses robustes bras supportaient le toit céleste, au-dessus de la maison d'habitation.
  • Bony et le sauvage blanc, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1996  (ISBN 2-264-02350-3), p. 70


Secrètement, presque toutes les femmes rêvent à un chevalier. Marie, ma femme, a toujours eu cette image à l'esprit. Chaque fois qu'Emma regarde son Matt, je remarque qu'elle a, elle aussi, cette image de l'amour. Vous n'avez rien d'exceptionnel, petite garce stupide! Vous avez une sacré veine d'avoir conçu ce rêve et de l'avoir conservé. Et un jour, vous rencontrerez un homme à qui vous pourrez passer ce déguisement, un homme qui, à votre avis, pourra le porter. Il ne lui ira pas comme un gant, bien entendu, parce qu'aucun homme n'est capable de porter le costume magique que vous autres femmes tissez et taillez.
  • Bony et le sauvage blanc, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1996  (ISBN 2-264-02350-3), p. 236


Le méandre du fou, 1963[modifier]

La vie est un voyage, vous ne croyez pas? On se met en route et, finalement, on arrive au bout, certains plus tôt que d'autres. Et, en chemin, on rencontre d'autres voyageurs, on connaît de petites aventures, des difficultés et des triomphes.
  • Le méandre du fou, Arthur Upfield (trad. Michèle Valencia), éd. 10/18, 1999  (ISBN 2-264-02797-5), p. 124


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :