Andrea Dworkin

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Andrea Dworkin en 1988.

Andrea Dworkin (26 septembre 19469 avril 2005) est une essayiste américaine, théoricienne du féminisme radical.

Pouvoir et Violence sexiste[modifier]

Le message de la punition est très clair, qu’il s’agisse d’un acte sexuel imposé ou de coups ou de mots d’insulte ou de harcèlement dans la rue ou de harcèlement sexuel au travail : « Rentre à la maison. Ferme ta gueule. Fais ce que je te dis. » Ce qui se résume d’habitude à : « Nettoie la maison et écarte les jambes. » Beaucoup d’entre nous avons dit non. Nous le disons de différentes façons. Nous le disons à différents moments. Mais nous disons non, et nous l’avons dit suffisamment fort et de façon suffisamment collective pour que ce non ait commencé à résonner dans la sphère publique. Non, nous n’allons pas le faire. Non.
  • Pouvoir et Violence sexiste, Andrea Dworkin (trad. Martin Dufresne), éd. Sisyphe, coll. « Contrepoint », 2007  (ISBN 978-2-923456-07-2), chap. 2, p. 23 à 27


Nous les femmes, vous le savez, sommes habituellement tuées dans nos propres maisons, dans ce qu’on appelle la vie privée — parce qu’un homme et une femme ensemble ne sont pas considérés comme une unité sociale. L’unité, c’est lui : c’est lui qui est l’être humain. Elle est sa subalterne. La vie privée lui appartient à lui et il peut y faire ce qu’il veut à sa femme. Quand on nous blesse, c’est habituellement hors de vue des caméras et des annonces officielles. Nous sommes blessées d’habitude par des hommes que nous connaissons et particulièrement par des hommes avec qui nous avons eu des rapports intimes, je veux dire un rapport sexuel.
  • Pouvoir et Violence sexiste, Andrea Dworkin (trad. Martin Dufresne), éd. Sisyphe, coll. « Contrepoint », 2007  (ISBN 978-2-923456-07-2), chap. 2, p. 23 à 27


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :