André Kaspi

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

André Kaspi est un historien français né en 1937.

Comprendre les États-Unis aujourd’hui, 2008[modifier]

L’antiaméricanisme reste, dans notre pays, une valeur sûre. Que nous en soyons conscients ou non, il imprègne notre conversation et notre réflexion. Il constitue l’un des fondements de la culture française. À telle enseigne qu’on peut se demander s’il ne contribue pas à construire notre identité nationale. Comme si nous avions besoin d’un ennemi, imaginaire ou réel, pour définir ce que nous sommes.
  • Comprendre les États-Unis aujourd’hui, André Kaspi, éd. Perrin, 2008, p. 37


Les États-Unis ressemblent à une auberge espagnole. […] Rien n’est, en effet, plus facile que de découvrir tout et son contraire, les attitudes les plus libérales et les plus conservatrices, les valeurs profondes de la démocratie et la persécution des minorités, la richesse acquise par le mérite et par le travail en même temps que la pauvreté la plus insupportable. Les États-Unis sont le pays des contrastes, qui touchent à la nature et aux climats, aux structures sociales et politiques, aux diversités culturelles. Nous avons beau décréter que les Américains sont de grands enfants, aux idées simplistes et aux comportements aisément prévisibles, nous découvrons vite qu’ils sont au moins aussi compliqués et divers que nous, les Européens, le sommes.
  • Comprendre les États-Unis aujourd’hui, André Kaspi, éd. Perrin, 2008, p. 307


À la réflexion, cette prétention à l’universalisme, ce mélange d’insolence et de fraternité, cet appel aux grands sentiments et à l’intérêt égoïste, ne nous rappellent-ils rien ? C’est peut-être aussi ce qui décrit le mieux l’attitude des Français, leur référence aux grands principes de la Révolution, la fierté, voire la suffisance qu’ils affichent et que bon nombre d’étrangers leur reprochent. Oui, entre les Français et les Américains, les points communs ne manquent pas. C’est ce qui les unit et les sépare. Voilà deux nations qui ont, l’une et l’autre, vocation à incarner les grandes aspirations de l’humanité, à parler au nom de tous, à transcender, par les valeurs qu’elles défendent, les vicissitudes de la conjoncture. L’Amérique s’étonne que la France puisse exprimer les mêmes prétentions qu’elle. La France n’est plus le phare de l’humanité et dénonce une Amérique qui lui aurait volé son rôle.
  • Comprendre les États-Unis aujourd’hui, André Kaspi, éd. Perrin, 2008, p. 309


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :