André Gorz

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Gorz.

André Gorz, né à Vienne (Autriche) en 1923 et mort en 2007 était un philosophe et journaliste français, théoricien de l'écologie politique et critique du travail.

Citations[modifier]

Nous pouvons vivre mieux en produisant moins.
  • Critique de la division du travail, André Gorz (ed.), éd. du Seuil, 1973, p. 98


Nous savons que, depuis cent cinquante ans, les sociétés industrialisantes vivent du pillage accéléré de stocks dont la constitution a demandé des dizaines de millions d'années et que, jusqu'à ces tout derniers temps, les économistes, qu'ils fussent classiques ou marxistes, ont rejeté comme "régressives" ou comme "réactionnaires" les questions concernant l'avenir à très long terme : celui de la planète, celui de la biosphère, celui des civilisations.
  • Écologie et politique, André Gorz, éd. du Seuil, 1978, chap. "Écologie et Liberté" (1977), p. 18


L’utopie ne consiste pas, aujourd’hui, à préconiser le bien-être par la décroissance et la subversion de l’actuel mode de vie ; l’utopie consiste à croire que la croissance de la production sociale peut encore apporter le mieux-être, et qu’elle est matériellement possible.
  • Écologie et politique, André Gorz, éd. du Seuil, 1978, chap. "Écologie et Liberté" (1977), p. 20


La pauvreté ne disparaîtra que si disparaît l'inégalité des pouvoirs et des droits qui en est la source principale. En effet, la différenciation par la consommation n'est souvent que le moyen d'affirmer la hiérarchie sociale. A la limite, son seul et unique but est de constituer les autres en pauvres sans rien accaparer qui soit désirable en lui même. C'est le cas, par exemple, de la consommation de bijoux précieux ou d'articles de haute mode. Ces consommations distinctives ne procurent même plus une jouissance, un pouvoir ou un confort : elles manifestent simplement le pouvoir d'accéder à des choses qui ne sont pas à la portée de tous. la seule fonction de ces choses est de rendre l'inégalité sociale tangible.
  • Écologie et politique, André Gorz, éd. du Seuil, 1978, chap. "Écologie et Liberté" (1977), p. 41


Il ne s'agit plus de conquérir du pouvoir comme travailleur, mais de conquérir le pouvoir de ne plus fonctionner comme travailleur.
  • Adieux au prolétariat, André Gorz, éd. Galilée, 1980, 2e éd., Ed. du Seuil, coll. "Points", 1981, p. 103


Le temps de la vie n'a plus à être géré en fonction du temps de travail ; c'est le travail qui doit trouver sa place, subordonnée, dans un projet de vie.
  • Métamorphoses du travail, quête du sens, André Gorz, éd. Galilée, 1988, p. 119


Les individus ont à se construire eux-mêmes leur identité, à chercher eux-mêmes ce qui est "juste", à former eux-mêmes, électivement, les communautés auxquelles ils puissent se sentir appartenir [...] Cette condamnation à l'autonomie est [leur] lot commun.
  • "Un entretien avec André Gorz" (1990), par Michel Contat et Thomas Ferenczi, cité in
  • André Gorz. Une vie, Willy Gianinazzi, éd. La Découverte, 2016, p. 15


L'emploi du temps n'est plus le temps de l'emploi.
  • "Gorz, bourreau du travail" (entretien), Libération, 25 septembre 1997, cité in
  • André Gorz. Une vie, Willy Gianinazzi, éd. La Découverte, 2016, p. 299


Le "capitalisme cognitif" est la crise du capitalisme tout court.
  • L'immatériel, André Gorz, éd. Galilée, 2003, p. 47


La décroissance est donc un impératif de survie. Mais elle suppose une autre économie, un autre style de vie, une autre civilisation, d’autres rapports sociaux. [..] La sortie du capitalisme aura donc lieu d'une façon ou d'une autre, civilisée ou barbare. La question porte seulement sur la forme qu’elle va prendre et la cadence à laquelle elle va s’opérer.
  • Écologica, André Gorz, éd. Galilée, 2008, chap. "La sortie du capitalisme a déjà commencé" (repris de "Le travail dans la sortie du capitalisme" [17 septembre 2007], ÉcoRev' , n° 28, automne 2007, p. 11), p. 29-30


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :