Alphonse Karr

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alphonse Karr

Alphonse Karr, né à Paris le 24 novembre 1808 et mort à Saint-Raphaël le 30 septembre 1890, est un romancier et journaliste français.

Am Rauchen[modifier]

L’incertitude est le pire de tous les maux jusqu'au moment où la réalité nous fait regretter l'incertitude.
  • Am Rauchen, Alphonse Karr, éd. Méline, Cans & compagnie, 1842, p. 50


Voyage autour de mon jardin[modifier]

En effet, voici une petite graine bien plus petite que celle du millet, voici une graine d'œnothère; mettez la dans la terre, il en sortira une grande et belle plante avec des feuilles et des fleurs et une ravissante odeur, puis cinq ou six cents graines d'où sortiront cinq ou six cents plantes. Cette seule petite graine contient pour toujours des générations infinies de plantes semblables avec leurs feuilles, leurs fleurs et leurs parfums.
  • Voyage autour de mon jardin, Alphonse Karr, éd. Project Gutenberg, 1845, p. 88


D'où vient qu'on paie si cher l'imitation de ce qui ne coûte rien ? C'est qu'on n'aime à posséder les choses que pour humilier ceux qui ne les possèdent pas; c'est ce qui fait le prix des diamants, et ce qui fait tant de tort au ciel; c'est le secret des plus honteux sentiments des hommes.
  • Voyage autour de mon jardin, Alphonse Karr, éd. Project Gutenberg, 1845, p. 104


Les hommes, non contents de deux ou trois besoins réels que la nature leur a imposés, s'en créent chaque jour de nouveaux, et épuisent tout leur génie à inventer de nouveaux moyens d'être pauvres et misérables.
  • Voyage autour de mon jardin, Alphonse Karr, éd. Project Gutenberg, 1845, p. 145


Pour connaître toute sa force, l'homme a besoin d'avoir à combattre quelque chose d'un peu impossible à vaincre.
  • Voyage autour de mon jardin, Alphonse Karr, éd. Project Gutenberg, 1845, p. 175


Chaque homme possède trois caractères : celui qu'il montre, celui qu'il a, celui qu'il croit avoir.
  • Voyage autour de mon jardin, Alphonse Karr, éd. Project Gutenberg, 1845, p. 241


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :