Aliénor d'Aquitaine

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Peinture d'Aliénor d'Aquitaine

Aliénor d’Aquitaine, dite également Éléonore d'Aquitaine ou de Guyenne, née vers 1122 ou 1124, et morte le 31 mars ou le 1er avril 1204, à Poitiers, a été tour à tour reine des Francs, puis d’Angleterre.

Citations sur Aliénor d'Aquitaine[modifier]

Quelle femme ! Quelle reine ! Quelle existence ! Tout en elle est nimbé de mystère. On l'a dite volage et ambitieuse à l'excès, et sans doute le fut-elle. Après son divorce d'avec le très prude Louis VII, par son remariage avec Henri Plantagenêt, elle fut le cause initiale du long conflit entre la couronne de France et l'Angleterre. Mais au regard de l'histoire, elle reste aussi et surtout la reine des trouvères et des troubadours. C'est à elle que l'on doit l'éclosion dans toute l'Europe du mouvement immense de la littérature courtoise, charpentée autour du mythe du Graal.

  • « Aliénor d'Aquitaine », Emma Demeester, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 9, novembre-décembre 2003, p. 14


Deux fois reines et toujours duchesse, Aliénor s'éteint à plus de 80 ans, au terme d'une vie dont les tumultes relèvent de l'épopée. La légende des chevaliers de la Table Ronde résonne encore de son nom et de celui des ses enfants. Son gisant, que l'on peut voir dans le chœur de l'abbatiale de Fontevrault, la représente un livre dans les mains. Cette allégorie éternise le souvenir de celle qui permit la naissance de la littérature française en langue d'oïl, lieu inégalé de rencontre de la dame et du chevalier.

  • « Aliénor d'Aquitaine », Emma Demeester, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 9, novembre-décembre 2003, p. 15


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :