Affaire Seznec

Citations « Affaire Seznec » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

L'affaire Guillaume Seznec restera l'une des plus grandes énigmes judiciaires du XXe siècle. Pendant plus de 80 ans, elle défraye la chronique judiciaire.

Citations[modifier]

Il faut se garder de mouvements d’opinion qui concluent au statut de "martyr" et d’"innocent" avec la même pulsion passionnelle qui a pu entraîner en d’autres temps une condamnation à la guillotine.On ne peut pas, en matière de justice, considérer que tout est affaire de sentiments, aussi honorables soient-ils. J’ajoute qu’à force de vouloir trop prouver, on dessert la cause que l’on prétend défendre.


Avec son bandeau sur les yeux, la justice était aveugle. Depuis l'affaire d'Outreau, elle est devenue sourde. Avec l'affaire Seznec, elle est devenue folle. Honte à elle ! Les juges avaient une occasion unique de se racheter. C'est raté.

  • Déclaration à la suite du 14e et dernier rejet du recours en révision du procès Seznec.
  • Denis Le Her-Seznec, 14 décembre 2006, dans Le Figaro, paru 15 décembre 2006, Cyrille Louis.


Mais, concernant Seznec, comment prouver qu'il est innocent d'un meurtre dont on ne sait même pas s'il a été commis ? Comment découvrir la preuve de l'innocence alors qu'il n'y a aucune preuve de culpabilité ? La procédure en révision est, en elle-même, perverse à cet égard. Elle contraint celui qui demande la révision à démontrer l'impossible ! Cela explique que depuis 1945 en France - mais il en va de même ailleurs - seuls sept condamnés ont été finalement acquittés après révision.

  • Éditorial à la suite du 14e et dernier rejet du recours en révision du procès.
  • Jean-Noël Cuénod, 14 décembre 2006, dans La Tribune de Genève, paru 15 décembre 2006, Jean-Noël Cuénod.


Monsieur, vous avez le droit de maudire vos juges, mais respectez cette enceinte.

  • Réponse du Président Cotte à l'issue du 14e rejet du procès en révision de Guillaume Seznec
  • Bruno Cotte, 14 décembre 2006, dans Ouest France, paru 15 décembre 2006, Bernard Le Solleu.


Ce n'est pas un arrêt de justice qui a été prononcé, c'est un réquisitoire. Tous les faits qui risquaient de provoquer la révision ont été passés sous silence. La Cour de cassation ne veut pas qu'il y ait des requêtes en révision. En fait, le doute, pour elle, est un élément de culpabilité

  • Déclaration à la suite du 14e et dernier rejet du recours en révision du procès Seznec.
  • Jean-Denis Bredin, avocat de la famille Seznec, 14 décembre 2006, dans Ouest France, paru 15 décembre 2006, Ouest France.


Pour révoltante qu'elle apparaisse, cette position obéit à une certaine logique: sauvegarder vaille que vaille « l'autorité de la chose jugée. »

  • Jean-Noël Cuénod, 15 décembre 2006, dans La Tribune de Genève, paru 15 décembre 2006, Jean-Noël Cuénod.


Le temps est venu de démystifier la légende bâtie autour de cette énigme et de proposer une solution pour essayer d’en finir avec cette interminable affaire qui trouble à juste titre les consciences. Cela est nécessaire pour l’idée qu’on se fait de la justice. Cela est nécessaire pour la mémoire de Guillaume Seznec. Se souvenir de lui de façon fausse, le considérer comme un innocent candide victime d’un vaste complot, n’est pas se souvenir, mais s’égarer. La justice, telle que nous la souhaitons, a besoin de vérité. Avant de prendre une décision, elle doit savoir. Dans l’affaire Seznec, elle en savait assez pour considérer Guillaume Seznec comme un faussaire, mais pas suffisamment pour le condamner comme meurtrier. »

{{

|original= |langue= |à à précisions=Extrait du livre "Pour en finir avec l'affaire Seznec" de Denis Langlois (éditions de La Différence), paru en février 2015 }}

{

  • Denis Langlois, avocat de la famille Seznec de 1976 à 1990, 13 février 2015, dans [1], paru 13 février 2015, Le Choix des Libraires.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Texte sur Wikisource.

Article sur Wikipedia.

Article d’actualité sur Wikinews.