Adrien Dax

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Adrien Dax, né en 1913 à Toulouse (Haute-Garonne) et mort dans cette même ville en 1979, est un peintre français, qui fut proche des Jeunesses communistes et se rallia au surréalisme à la fin des années 1940. Il fut également un « collectionneur passionné d'Art océanien ».

Citations[modifier]

Presse[modifier]

Réponses à l'enquête sur les représentations érotiques, 1965[modifier]

Les déploiements imaginatifs associés à la manifestation physique du désir me semblent, surtout, caractérisés par un renversement total des valeurs habituelles touchant les domaines du goût et du comportement.
Ainsi ce qui a pu, dans la phase préliminaire de l'attrait éveiller le désir à l'endroit d'une femme — l'élégance des manières ou celle de la parure, pour en rester là — ne semble que mieux incliner la représentation mentale à un parti-pris destructeur des mêmes qualités. Les désordres de la tenue, le désarroi de l'orgasme jusqu'aux diverses contingences biologiques, tout ce qui reste nécessairement condamné au secret par les interdits d'ordre moral et leurs conditionnements inavoués des notions courantes du bon goût, impose, alors, un cortège d'images où l'esprit est sollicité à la manière d'un vertige. La tentation d'y céder paraît d'ailleurs d'autant plus impérieuse que l'idéalisation de l'objet du désir reste plus hautement située. Comme si, l'élévation des sentiments, alors mesurée à la distance qui les sépare de leur propre reflet en abîme, révélait, subitement, une totalité de l'être, où les signes attribués à l'ascension et à la chute peuvent, indifféremment permuter. Ici, dans une sorte d'antithèse dynamique la confrontation de deux aspects inconciliables de la féminité trouve, encore, à parer l'ange des marques de la bête.
Les thèmes de la représentation mentale ne semblent pas différer, alors, de ceux le plus souvent mis en évidence par l'habituelle imagerie de l'érotisme de l'obscénité et dont la puissance émotive reste conditionnée, bien au-delà de toute considération esthétique, par la seule affirmation des plus violents contrastes.

  • Il est ici question d'une enquête initiée par la revue surréaliste La Brèche en décembre 1964 engageant le thème des représentations érotiques.
  • « Réponses à l'enquête sur les représentations érotiques », Adrien Dax, La Brèche, nº 8, Novembre 1965, p. 102


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :