Acteur

Citations « Acteur » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Un acteur est celui qui représente un personnage dans une pièce de théâtre, un film, à la télévision, à la radio, etc.

Cinéma[modifier]

Film[modifier]

Serge Frydman, Les Grands Ducs, 1996[modifier]

Georges Cox : Au théâtre, c'est sur ses silences qu'on juge un acteur.


Shapiron : J'vous crèverai tous ! tous les acteurs ! J'vous hais, j'vous vomis ! Parias ! Voleurs ! Pompes à fric !

  • Michel Blanc, Les Grands Ducs (1996), écrit par Serge Frydman


Entretien[modifier]

Peter Bogdanovich, Moi, Orson Welles, 1985[modifier]

Cabotiner, c'est jouer faux. C'est ouvrir un sac à malices au lieu de faire monter la sauce. Le bon acteur, le véritable acteur de cinéma, ne peut jamais être trop fort. Ce qu'il ne doit pas faire, c'est s'étaler.

  • Les propos rapportés ici sont ceux de Orson Welles (Entretiens avec Peter Bogdanovich).
  • Moi, Orson Welles, Peter Bogdanovich, éd. Belfond, 1985, p. 45


Littérature[modifier]

Denis Diderot[modifier]

Les grand poètes, les grands acteurs, et peut-être en général tous les grands imitateurs de la nature, quels qu’ils soient, doués d’une belle imagination, d’un grand jugement, d’un tact fin, d’un goût très sûr, sont les êtres les moins sensibles. Ils sont également propres à trop de choses ; ils sont trop occupés à regarder, à reconnaître et à imiter, pour être vivement affectés au-dedans d’eux-mêmes.


J’insiste donc, et je dis : « C’est l’extrême sensibilité qui fait les acteurs médiocres ; c’est la sensibilité médiocre qui fait la multitude des mauvais acteurs ; et c’est le manque absolu de sensibilité qui prépare les acteurs sublimes. » Les larmes du comédien descendent de son cerveau ; celles de l’homme sensible montent de son cœur : ce sont les entrailles qui troublent sans mesure la tête de l’homme sensible ; c’est la tête du comédien qui porte quelquefois un trouble passager dans ses entrailles ; il pleure comme un prêtre incrédule qui prêche la Passion ; comme un séducteur aux genoux d’une femme qu’il n’aime pas, mais qu’il veut tromper ; comme un gueux dans la rue ou à la porte d’une église, qui vous injurie lorsqu’il désespère de vous toucher ; ou comme une courtisane qui ne sent rien, mais qui se pâme entre vos bras.


Gustave Flaubert[modifier]

ACTRICES. La perte des fils de famille. Sont d’une lubricité effrayante, se livrent à des orgies, avalent des millions, finissent à l’hôpital. Pardon ! il y en a qui sont bonnes mères de famille !


Jean-Jacques Rousseau[modifier]

J'aurais eu peine à croire, si je ne l'avais vu, qu'il se trouvât des artistes assez imbéciles pour vouloir imiter le char du soleil, et des spectateurs assez enfants pour aller voir cette imitation.

  • Concernant l'Opéra de Paris et l'aspect ridicule de ses représentations.


Autres projets: