Étienne Pivert de Senancour

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Étienne Pivert de Senancour.

Étienne Pivert de Senancour (1770-1846) est un écrivain français, rousseauiste et précurseur du romantisme.

Oberman, 1804[modifier]

L’homme qui travaille à s’élever est comme ces ombres du soir qui s’étendent pendant une heure, qui deviennent plus vastes que leurs causes, qui semblent grandir en s’épuisant, et qu’une seconde fait disparaître.
  • Obermann, Étienne Pivert de Senancour, éd. Charpentier, 1863, p. 226


Le bœuf est fort et puissant ; il ne le sait même pas. Il absorbe une multitude de végétaux, il dévore un pré ; quel grand avantage en va-t-il retirer ? Il rumine, il végète pesamment dans l’étable où l’enferme un homme triste, pesant, inutile comme lui. L’homme le tuera, il le mangera, il n’en sera pas mieux ; et, après que le bœuf sera mort, l’homme mourra. Que restera-t-il de tous deux ? un peu d’engrais qui produira des herbes nouvelles, et un peu d’herbe qui nourrira des chairs nouvelles. Quelle vaine et muette vicissitude de vie et de mort ! quel froid univers ! Et comment est-il bon qu’il soit au lieu de n’être pas ?
  • Obermann, Étienne Pivert de Senancour, éd. Charpentier, 1863, p. 383


Beaucoup d’homme ont trop d’esprit pour ne pas s’ennuyer.
  • Obermann, Étienne Pivert de Senancour, éd. Charpentier, 1863, p. 399


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :