Émile Augier

Citations « Émile Augier » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Augier.jpg

Guillaume-Victor-Émile Augier, né le 17 septembre 1820 à Valence et mort le 25 octobre 1889 à Croissy-sur-Seine, est un poète et dramaturge français.

Octobre[modifier]

Ce qu’il faut maintenant c’est une chambre close,
Un foyer où pétille un fagot de genêt,
De la bière, une pipe, et, au dessus de toute chose,
Deux compagnon qu'on aime, avec lesquels on cause
Bien avant dans la nuit, les pieds sur les chenets.

  • Poésies complètes d’Emile Augier, Émile Augier, éd. Michel Levy Fréres, 1856, Octobre, p. 12.


Sur un envoi de fleurs[modifier]

Si l’on veut savoir qui m'envoie
 ces belles fleurs,
Elles me viennent d'où la joie
 et les douleurs.

  • Poésies complètes d’Emile Augier, Émile Augier, éd. Michel Levy Fréres, 1856, Sur un envoi de fleurs, p. 17.


L’Aventurière (1860)[modifier]

L’amour chez les vieillards a d'étranges racines,
Et trouve, comme un lierre aux fentes des ruines,
Dans ces cœurs ravagés par le temps et les maux,
Cent brèches où pousser ses tenaces rameaux.

  • L’Aventurière (1860), Émile Augier, éd. Calmann Levy, 1880, acte I, scène V, p. 20


La vérité sort mieux d’un tonneau que d'un puits.

  • L’Aventurière (1860), Émile Augier, éd. Calmann Levy, 1880, acte II, scène IV, p. 37


La patrie est aux lieux où l’on a des amis.

  • L’Aventurière (1860), Émile Augier, éd. Calmann Levy, 1880, acte III, scène III, p. 64

Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Texte sur Wikisource.

Article sur Wikipedia.