Jean Racine

Citations « Jean Racine » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Jean Racine (1639 - 1699) est un poète français tragique. Il est considéré, à l'égal de son aîné Pierre Corneille, comme l'un des deux plus grands dramaturges classiques français.

Andromaque[modifier]

Oreste à Pylade : Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes?

  • Ce vers est l'exemple littéraire d'allitération (ici en "s") le plus cité.


Britannicus[modifier]

Agrippine à propos de Néron : Las de se faire aimer il veut se faire craindre

  • « Britannicus » (1669), dans Oeuvres complètes, Jean Racine, éd. Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1999, t. I, acte I, scène 1, p. 377, vers 12 (texte intégral sur Wikisource)


Agrippine à propos de Néron : Toujours la tyrannie a d'heureuses prémices.

  • « Britannicus » (1669), dans Oeuvres complètes, Jean Racine, éd. Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1999, t. I, acte I, scène 1, p. 378, vers 39 (texte intégral sur Wikisource)


Néron à propos de Junie : Excité d'un désir curieux
Cette nuit je l'ai vue arriver en ces lieux,
Triste, levant au Ciel ses yeux mouillés de larmes,
Belle, sans ornement, dans le simple appareil
D'une Beauté qu'on vient d'arracher au sommeil.

  • « Britannicus » (1669), dans Oeuvres complètes, Jean Racine, éd. Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1999, t. I, acte I, scène 1, p. 389, vers 386-390 (texte intégral sur Wikisource)


Burrhus à Néron : Mais si de vos flatteurs vous suivez la maxime,
Il vous faudra, Seigneur, courir de crime en crime,
Soutenir vos rigueurs par d'autres cruautés,
Et laver dans le sang vos bras ensanglantés.


Bérénice[modifier]

Titus : Ah, Rome! Ah Bérénice! Ah, prince malheureux!
Pourquoi suis-je empereur? Pourquoi suis-je amoureux?


Bérénice : Nous séparer ? Qui ? Moi ?
Titus de Bérénice ?


Antiochus : Eh bien, Antiochus, es-tu toujours le même ?
Pourrai-je sans trembler , lui dire: « Je vous aime » ?


Bajazet[modifier]

Atalide à Zaïre : Mon unique espérance est dans mon désespoir.


Phèdre[modifier]

Hippolyte à Théramène : La fille de Minos et de Pasiphaé.

  • Vers fameux pris comme le modèle de tout alexandrin et périphrase.
  • « Phèdre », dans Œuvres complètes, Jean Racine, éd. Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1999, t. I, acte I, scène 1, p. 822 (texte intégral sur Wikisource)


Hippolyte à Théramène : Si je la haïssais, je ne la fuirais pas.

  • « Phèdre », dans Œuvres complètes, Jean Racine, éd. Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1999, t. I, acte I, scène 1, p. 823 (texte intégral sur Wikisource)


Phèdre à Œnone : Tout m’afflige, et me nuit, et conspire à me nuire.


Hippolyte à Thésée : Ainsi que la vertu, le crime a ses degrés ;
Et jamais on n'a vu la timide innocence
Passer subitement à l'extrême licence.

  • « Phèdre », dans Œuvres complètes, Jean Racine, éd. Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1999, t. I, acte IV, scène 2, p. 858 (texte intégral sur Wikisource)


Hippolyte à Thésée : Le jour n'est pas plus pur que le fond de mon cœur.

  • « Phèdre », dans Œuvres complètes, Jean Racine, éd. Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1999, t. I, acte IV, scène 2, p. 858 (texte intégral sur Wikisource)


Citation rapportée de Racine[modifier]

La principale règle est de plaire et de toucher.

  • Manager en toutes lettres, guide d'action et de culture (1995), François Aélion, éd. Les éditions d'organisation, 1999 (ISBN 2-7081-1803X), p. 103


Citations sur Racine[modifier]

Dans ses ouvrages [Racine], tout est de choix, et rien n’est de nécessité. C’est là ce qui constitue son excellence.


Racine est le Virgile des ignorants.


Que tu sais bien, Racine, à l'aide d'un acteur,
Émouvoir, étonner, ravir un spectateur !
(…)
Ne crois pas toutefois, par tes savants ouvrages
Entraînant tous les cœurs, gagner tous les suffrages.
Sitôt que d'Apollon un génie inspiré,
Trouve loin du vulgaire un chemin ignoré,
En cent lieux contre lui les cabales s'amassent ;
Ses rivaux obscurcis autour de lui croassent ;
Et son trop de lumière, importunant les yeux,
De ses propres amis lui fait des envieux.


L’amour ? Il n’en est pas enivré. C’est une sensation il accorde une valeur, très utilement théâtrale, d’anarchie. Il n’analyse pas ses conséquences sentimentales, mais le conflit qu’il engendre avec l’ordre établi.

  • Dictionnaire égoïste de la littérature française, Charles Dantzig, éd. Grasset, 2005, p. 724


Autres projets: