Fight Club (film)

Citations « Fight Club (film) » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Cet article traite du film Fight Club, pour l'article sur le roman qui l'a inspiré, voir Fight Club


Fight Club est un thriller américain réalisé par David Fincher et sorti en 1999, inspiré du roman Fight Club de Chuck Palahniuk.

Le Narrateur[modifier]

Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.

  • (en) With a gun barrel between your teeth, you speak only in vowels.
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Je le sais, parce que Tyler le sait.

  • (en) I know it, because Tyler knows it.
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Il y a un adage qui dit qu’on fait toujours du mal à ceux qu’on aime : mais il oublie de dire qu’on aime ceux qui nous font du mal.

  • (en) That old saying, how you always hurt the one you love, well, it works both ways.
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Dans un total oubli de moi-même, envahi par la nuit, le silence et la plénitude, j'avais trouvé la liberté. Perdre tout espoir, c'était cela la liberté.

  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Quand on souffre d’insomnies, on n’est jamais vraiment endormi et on n’est jamais vraiment éveillé.

  • (en) When you have insomnia, you're never really asleep... and you're never really awake.
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Cette gonzesse, Marla Singer, n'avait pas de cancer des testicules. C'était une menteuse.

  • (en) This chick, Marla Singer, didn't have testicular cancer. She was a liar.
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Si j'avais vraiment une tumeur, je la nommerais Marla. Marla... La petite écorchure qu'on a sur le palais et qui ne peut cicatriser que si on cesse de la lécher... mais on ne peut pas.

  • (en) If I had a tumor, I'd name it Marla. Marla... The little scratch on the roof of your mouth that would heal if only you could stop tonguing it. But you can't.
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Voilà comment j’ai fait la connaissance de Marla Singer, sa philosophie de la vie c’était qu’elle pouvait mourir d’un moment à l’autre, ce qu’il y avait de tragique, disait-elle, c’est qu’elle ne mourait pas.

  • (en) Marla's philosophy of life is that she might die at any moment. The tragedy, she said, was that she didn't.
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Si on se réveillait à une heure différente, dans un endroit différent, pourrait-on se réveiller dans la peau d'une personne différente ?

  • (en) If you wake up at a different time, in a different place, could you wake up as a different person?
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Sur une durée suffisamment longue, l’espérance de vie tombe, pour tout le monde, à zéro.

  • (en) On a long enough timeline, the survival rate for everyone drops to zero.
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


On pouvait avaler un demi-litre de sang avant de tomber malade.

  • (en) You can swallow a pint of blood before you get sick.
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Je plaignais sincèrement les garçons qui s’entassaient dans les salles de gym pour essayer de ressembler à ce que Calvin Klein ou Tommy Hilfiger, leur disaient d’être.

  • (en) I felt sorry for guys packed in the gyms, trying to look like how Calvin Klein or Tommy Hilfiger said they should.
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


C'est un article écrit par un organe à la première personne.

  • (en) Ths is an article written by an organ in first-person.
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Mets-moi un flingue sur la tempe et décore les murs avec ma cervelle.

  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Je suis la vie gâchée de Jack.

  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


J’ai envie de tirer une balle entre les deux yeux de chaque panda qui refuse de baiser pour sauver son espèce.

  • (en) I felt like putting a bullet between the eyes of every Panda that wouldn't screw to save its species.
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Tu m'as rencontré à un moment étrange de mon existence.

  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Ceci est votre vie et ça se termine minute après minute.

  • (en) This is your life and it's ending one minute at a time.
  • Edward Norton, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls

Tyler Durden[modifier]

Une issue de secours à 9 000 mètres d'altitude… L'illusion de la sécurité.

  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Tu savais qu'en mélangeant des parts égales d'essence et de concentré de jus d'orange congelé, on peut faire du napalm ?

  • (en) Did you know that if you mix equal parts of gasoline and frozen orange juice concentrate you can make napalm?
  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Il y a une sorte de désespoir hystérique dans ton rire.

  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Les choses que l'on possède, finissent par nous posséder.

  • (en) Things you own, end up owning you.
  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Comment tu peux te connaître si tu t'es jamais battu ?

  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


On est une génération d'hommes élevés par des femmes. Je suis pas sûr qu'une autre femme soit la solution à nos problèmes.

  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


La première règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club. La seconde règle du Fight Club est : il est interdit de parler du Fight Club. Troisième règle du Fight Club : quelqu'un crie stop, quelqu'un s'écroule ou n'en peut plus, le combat est terminé. Quatrième règle : seulement deux hommes par combat. Cinquième règle : un seul combat à la fois, messieurs. Sixième règle : pas de chemise, ni de chaussures. Septième règle : les combats continueront aussi longtemps que nécessaire. Et huitième et dernière règle : si c'est votre première soirée au Fight Club, vous devez vous battre.

  • (en) The first rule of Fight Club is: You do not talk about Fight Club. The second rule of Fight Club is: You do not talk about Fight Club. Third rule of Fight Club: someone yells stop, goes limp, taps out, the fight is over. Fourth rule: only two guys to a fight. Fifth rule: one fight at a time, fellas. Sixth rule: no shirts, no shoes. Seventh rule: fights will go on as long as they have to. And the eighth and final rule: if this is your first night at Fight Club, you have to fight.
  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Même la Joconde subit les outrages du temps.

  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Il ne suffit pas de se mettre une plume dans le cul pour ressembler a un coq.

  • (en) Sticking feathers up your butt does not make you a chicken.
  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Tu dois admettre qu'il est possible que Dieu ne t'aime pas du tout. Il ne t'a jamais voulu. En toute probabilité, il te déteste et ce n'est pas ce qu'il peut t'arriver de pire. On n'a pas besoin de lui mec ! On n'en a rien à foutre de la damnation ni de sa sa foutue rédemption. On est les enfants non désirés de Dieu, très bien !

  • (en) You have to consider the possibility that God does not like you. He never wanted you. In all probability, he hates you. This is not the worst thing that can happen. We don't need Him. Fuck damnation, man, fuck redemption! If we are God's unwanted children, so be it!
  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


C’est seulement quand on a tout perdu qu’on est libre de faire tout ce qu’on veut.

  • (en) It's only after we've lost everything that we're free to do anything.
  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Félicitations. Tu vas bientôt toucher le fond, C'est bien.

  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Je vois ici les hommes les plus forts et les plus intelligents que j'ai jamais vu; je vois tout ce potentiel; et je le vois gâché. Je vois une génération entière qui travaille à des pompes à essence, qui fait le service dans des restos, ou qui est esclave d'un petit chef dans un bureau. La pub nous fait courir après des voitures et des fringues, on fait des boulots qu'on déteste pour se payer des merdes qui nous servent à rien. On est les enfants oubliés de l'Histoire mes amis, on n'a pas de but ni de vraie place, on n'a pas de Grande Guerre, pas de Grande Dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression : c'est nos vies. La télévision nous a appris à croire qu'un jour on serait tous des millionnaires, des dieux du cinéma ou des rockstars, mais c'est faux, et nous apprenons lentement cette vérité : on en a vraiment, vraiment, plein le cul.

  • (en) Man, I see in Fight Club the strongest and smartest men who've ever lived. I see all this potential, and I see it squandered. God damn it, an entire generation pumping gas, waiting tables – slaves with white collars. Advertising has us chasing cars and clothes, working jobs we hate so we can buy shit we don't need. We're the middle children of history, man. No purpose or place. We have no Great War. No Great Depression. Our great war is a spiritual war. Our great depression is our lives. We've all been raised on television to believe that one day we'd all be millionaires, and movie gods, and rock stars, but we won't. We're slowly learning that fact. And we're very, very pissed off.
  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Ça va, ça va, ça va, j’ai compris, j’ai pigé, j’ai pigé ! Merde, je pige plus.
(qu)Ok ok ok! J'ai compris ! ... Merde, je comprends pas.

  • (en) Ok ok ok! I got it! I got it! I got it! Fuck, I lost it!
  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Vous n’êtes pas exceptionnels. Vous n’êtes pas des petits flocons de neige uniques et merveilleux. Vous êtes faits de la même substance organique qui pourrit comme tout le reste. Nous sommes la merde de ce monde, prête à servir à tout.

  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Whaou ! WHAOUW !!… Okay !! Tu as tiré un coup de feu sur ton ami imaginaire tout près de… tout près de 2000 LITRES DE NITROGLYCERINE !

  • (en) Ok. You are now firing a gun at your imaginary friend near 400 GALLONS OF NITROGLYCERIN!
  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


S'améliorer soi-même c'est de la masturbation

  • Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Marla Singer[modifier]

Mais c’est pas un vrai suicide, sois tranquille c’est probablement rien d’autre qu’un appel à l’aide.

  • Helena Bonham Carter, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Tu as déjà entendu les râles de l'agonie ?

  • Helena Bonham Carter, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Mon dieu ! On ne m’avait plus baisé comme ça depuis l’école primaire.

  • Helena Bonham Carter, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


La capote c’est le soulier de verre de notre génération, on l’enfile quand on rencontre une inconnue, on « danse » toute la nuit, et puis on la balance... la capote j’veux dire, pas l’inconnue.

  • Helena Bonham Carter, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Je te le rembourserai pas. Je le considère comme un impôt sur la connerie.

  • Helena Bonham Carter, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Dialogues[modifier]

Narrateur : On va organiser la semaine, d'accord. Tu prends le lymphome et la tuberculose et…
Marla Singer : Tu prends la tuberculose, moi je fume, ça ferait désordre là-bas.
Narrateur : D'accord, okay, ça marche. Le cancer des testicules, normalement ça me revient.
Marla Singer : Je dois dire que, techniquement, j'ai plus de droits que toi parce que toi t'as encore tes couilles.
Narrateur : Tu rigoles?
Marla Singer : Je ne sais pas, c'est toi qui sais.

  • Edward Norton et Helena Bonham Carter, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Narrateur : Je suis le colon de Jack…
Tyler Durden : Ho-how, putain... J'attrape le cancer, je tue Jack.

  • Edward Norton et Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Narrateur : Tyler, je veux que tu m'écoutes attentivement.
Tyler Durden : D'accord.
Narrateur : Mes yeux sont ouverts.

  • Edward Norton et Brad Pitt, Fight Club (1999), écrit par Chuck Palahniuk, Jim Uhls


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Article sur Wikipedia.