Emmanuel Kant

Citations « Emmanuel Kant » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Kant.

Emmanuel Kant (Immanuel Kant en allemand) (Königsberg, 22 avril 1724 - Königsberg, 22 février 1804) est un philosophe allemand.

Fondation de la métaphysique des mœurs, 1785[modifier]

Première section[modifier]

De tout ce qu'il est possible de concevoir dans le monde, et même en général hors du monde, il n’est rien qui puisse sans restriction être tenu pour bon, si ce n'est seulement une BONNE VOLONTÉ.

  • Fondements de la métaphysique de mœurs (1785), Immanuel Kant (trad. Victor Delbos), éd. Le Livre de Poche, 2006 (ISBN 2-253-06514-5), p. 57


…il n'est besoin ni de science ni de philosophie pour savoir ce qu’on a à faire, pour être honnête et bon, même sage et vertueux.

  • Fondements de la métaphysique de mœurs (1785), Immanuel Kant (trad. Victor Delbos), éd. Le Livre de Poche, 2006 (ISBN 2-253-06514-5), p. 71


Deuxième section[modifier]

Agis de façon telle que tu traites l'humanité, aussi bien dans ta personne que dans tout autre, toujours en même temps comme fin, et jamais simplement comme moyen.

  • Métaphysique de mœurs (1785), Emmanuel Kant (trad. Alain Renaut), éd. Flammarion, 1994 (ISBN 2-08-070715-9), t. 1, p. 108

Troisième section[modifier]

Agis selon la maxime qui peut en même temps se transformer en loi universelle.

  • Métaphysique de mœurs (1785), Emmanuel Kant (trad. Alain Renaut), éd. Flammarion, 1994 (ISBN 2-08-070715-9), t. 1, p. 118


Agis selon des maximes qui puissent en même temps se prendre elles-mêmes pour objet comme lois universelles de la nature.

  • Métaphysique de mœurs (1785), Emmanuel Kant (trad. Alain Renaut), éd. Flammarion, 1994 (ISBN 2-08-070715-9), t. 1, p. 119


Critique de la faculté de juger, 1790[modifier]

Penser par soi-même.

  • La Critique de la faculté de juger (1790), Emmanuel Kant (trad. Alain Renaut), éd. Flammarion, 1994 (ISBN 2-08-070715-9), t. 1, p. 108


Une beauté naturelle est une belle chose ; la beauté artistique est une belle représentation d’une chose.

  • La Critique de la faculté de juger (1790), Emmanuel Kant (trad. Alexis Philonenko), éd. Librairie philosophique J. Vrin, 1993 (ISBN 2-7116-1160-4), p. 209


Métaphysique des mœurs, 1797[modifier]

Doctrine du droit[modifier]

L'homme acquiert la femme, le couple acquiert des enfants et la famille des domestiques.

  • Métaphysique de mœurs (1797), Emmanuel Kant (trad. Alain Renaut), éd. Flammarion, 1994 (ISBN 2-08-070716-7), t. 2, p. 77


Théorie et pratique - D'un prétendu droit de mentir par humanité, 1797[modifier]

Un gouvernement qui serait fondé sur le principe de la bienveillance envers le peuple, tel celui du père envers ses enfants, c’est-à-dire un gouvernement paternel, où par conséquent les sujets tels des enfants mineurs, incapables de décider de ce qui leur est vraiment utile ou nuisible, sont obligés de se comporter d’une manière purement passive, afin d’attendre uniquement du jugement du chef de l’État la façon dont ils doivent être heureux, et uniquement de sa bonté qu’il le veuille également -un tel gouvernement, dis-je, est le plus grand despotisme que l’on puisse concevoir.

  • Théorie et pratique - D'un prétendu droit de mentir par humanité (1797), Emmanuel Kant (trad. Louis Guillermit), éd. Vrin, 1990 (ISBN 2-71-160438-1), p. 31


D'autres auteurs le concernant[modifier]

Un mot, encore, contre Kant moraliste. Il faut qu'une vertu soit notre propre invention, notre recours, notre besoin le plus personnel : en tout autre sens, elle n'est qu'un danger. Ce qui n'est pas une condition de notre vie ne peut que lui nuire. Une vertu est nuisible que si elle ne naît que d'un sentiment de respect pour le mot «vertu», le «devoir», le «bien en soi», le bien doté du caractère de l'impersonnalité et de l'universalité — ce ne sont là qu'élucubrations qui expriment le déclin, le dernier degré d'affaiblissement de la vie, la chinoiserie koenigsberienne. C'est le contraire que commandent les lois les plus profondes de la conservation et du développement : que chacun invente sa propre vertu, son impératif catégorique bien à lui. Un peuple est perdu lorsqu'il confond son devoir avec l'idée du devoir en général.


Qu'est-ce qui détruit plus rapidement que de travailler, de penser, de sentir sans nécessité intérieure, sans un choix profondément personnel, sans plaisir, comme un automate mû par le «devoir» ? C'est, tout bonnement, la recette de la décadence, et même de l'idiotie... Kant en est devenu idiot...


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Ressources multimédia sur Commons.

Texte sur Wikisource.

Article sur Wikipedia.