Benjamin Constant

Citations « Benjamin Constant » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Benjamin Constant

Benjamin Constant de Rebecque (Lausanne, le 25 octobre 1767Paris, le 8 décembre 1830) est un homme politique et écrivain franco-suisse.

De l'esprit de conquête et de l'usurpation dans leurs rapports avec la civilisation européenne, 1814[modifier]

La guerre et le commerce ne sont que deux moyens différents d'arriver au même but : celui de posséder ce que l'on désire.

  • « De l'esprit de conquête et de l'usurpation dans leurs rapports avec la civilisation européenne », dans Adolphe, suivi de : Quelques réflexions sur le théâtre allemand et la tragédie de Wallstein ; De l'esprit de conquête et de l'usurpation., Benjamin Constant, éd. Charpentier, 1845, partie I (« De l'esprit de conquête »), chap. 2, p. 201


Combien il vaut mieux souffrir de l'oppression de ses ennemis que rougir des excès de ses alliés.

  • « De l'esprit de conquête et de l'usurpation dans leurs rapports avec la civilisation européenne », dans Adolphe, suivi de : Quelques réflexions sur le théâtre allemand et la tragédie de Wallstein ; De l'esprit de conquête et de l'usurpation., Benjamin Constant, éd. Charpentier, 1845, partie II (« De l'usurpation »), chap. 19, p. 369


Principes de politique[modifier]

L'erreur de ceux qui, de bonne foi dans leur amour de la liberté, ont accordé à la souveraineté du peuple un pouvoir sans bornes, vient de la manière dont se sont formées leurs idées en politique. Ils ont vu dans l'histoire un petit nombre d'hommes, ou même un seul, en possession d'un pouvoir immense, qui faisait beaucoup de mal; mais leur courroux s'est dirigé contre les possesseurs du pouvoir, et non contre le pouvoir même. Au lieu de le détruire, ils n'ont songé qu'à le déplacer.

  • Principes de politique (1815), Benjamin Constant, éd. Guillaumin, 1872, p. 9


L'individu n'est, même dans les états les plus libres, souverain qu'en apparence [...] sa souveraineté est restreinte, presque toujours suspendue (…) et si, à des époques fixes et rares, et entouré de précautions et d'entraves, il exerce cette souveraineté, ce n'est jamais que pour l'abdiquer.

  • Principes de politique (1815), Benjamin Constant, éd. Guillaumin, 1872, p. 9


[Le pouvoir] est disposé à nous épargner toute espèce de peine, exceptée celle d'obéir et de payer!

  • Principes de politique (1815), Benjamin Constant, éd. Guillaumin, 1872, p. 9


Adolphe, 1816[modifier]

C'est un affreux malheur de n'être pas aimé quand on aime ; mais c'en est un bien grand d'être aimé avec passion quand on n'aime plus.

  • « Adolphe », dans Adolphe, suivi de : Quelques réflexions sur le théâtre allemand et la tragédie de Wallstein ; De l'esprit de conquête et de l'usurpation., Benjamin Constant, éd. Charpentier, 1845, chap. V, p. 55


Elle croyait ranimer mon amour en excitant ma jalousie; mais c'était agiter des cendres que rien ne pouvait réchauffer.

  • « Adolphe », dans Adolphe, Benjamin Constant, éd. GF Flammarion, 1989, chap. VIII, p. 140


Mais l'homme se déprave dès qu'il a dans le coeur une seule pensée qu'il est constamment forcé de dissimuler.

  • « Adolphe », dans Adolphe, Benjamin Constant, éd. Gallimard, 2007, chap. IX, p. 92


Cours de politique constitutionnelle, 1818-1820[modifier]

La reconnaissance a la mémoire courte.

  • « De la doctrine politique qui peut réunir les partis en France », dans Cours de politique constitutionnelle, Benjamin Constant, éd. Société belge de librairie, 1837, p. 202


Commentaire sur l'ouvrage de Filangieri, 1822-1824[modifier]

Pour la pensée, pour l'éducation, pour l’industrie, la devise des gouvernements doit être laissez faire et laissez passer.

  • Commentaire sur l'ouvrage de Filangieri, Benjamin Constant, éd. Belles Lettres, coll. Les classiques de la liberté, 2004, p. dernière


Journal intime, 1895[modifier]

Servons la bonne cause et servons-nous.

  • Journal intime de Benjamin Constant et lettres à sa famille et à ses amis : portraits et autographe, Benjamin Constant, éd. P. Ollendorff (Paris), coll. NRF, 1895, p. 139


Autres projets: