Pèlerins et pèlerinages

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
(Redirigé depuis Pèlerin)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :

Un pèlerinage, du latin peregrinatio et signifie voyage à l'étranger, est un voyage effectué par un croyant vers un lieu de dévotion, vers un endroit tenu pour sacré selon sa religion.

Katia Buffetrille (dir.)[modifier]

Citations concernant les pèlerinages et montagnes sacrées au Tibet

Le bouddhisme joue un rôle important dans le sentiment d'identité nationale. La revitalisation des pèlerinages au Tibet et dans les pays limitrophes est liée à ce sentiment. De nos jours partir en pèlerinage marque la condition de bouddhiste (nang pa, ceux qui sont à l'intérieur) et s'oppose à celle des non bouddhistes (phyi pa, ceux qui sont à l'extèrieur), essentiellemnt les Chinois. Partir en pèlerinage, c'est aussi suivre des routes traditionnelles, chargées d'histoire et qui appartiennent à la mémoire collective.
  • Tibétains, 1959-1999, quarante ans de colonisation, Ouvrage collectif dirigé par Katia Buffetrille et Charles Ramble avec Robbie Barnett, Georges Dreyfus, Samten G. Karmay, Per Kværne et Jigmé Namgyèl, éd. Édition Autrement, 1998, p. 127


Dans le monde tibétain, les montagnes représentent une réalité géographique, mais elles constituent, en outre, un substrat religieux indestructible. Ces montagnes vers lesquelles se dirigeaient, et se dirigent toujours les pèlerins, étaient des montagnes considérées, traditionellement comme les dieux du terroir...Le dieu du terroir, dieu-montagne, est un dieu du sol, maître d'un territoire déterminé. Un dieu du terroir plus puissant peut se trouver à la tête de l'ensemble d'une région et donc coiffer plusieurs autres dieux du terroir moins importants. Il est un ancètre-fondateur, généralement considéré comme l'ancètre de la population vivant sur son territoire ; le nom qui lui est souvent attribué amnyé, ancètre, le souligne
  • Tibétains, 1959-1999, quarante ans de colonisation, Ouvrage collectif dirigé par Katia Buffetrille et Charles Ramble avec Robbie Barnett, Georges Dreyfus, Samten G. Karmay, Per Kværne et Jigmé Namgyèl, éd. Édition Autrement, 1998, p. 109


Jean-Claude Rodet, La bible du marcheur, 2012[modifier]

Autrefois, les grands pèlerinages duraient jusqu'à neuf mois : quatre mois pour se rendre aux lieux saints, un mois sur place et quatre mois pour le retour après la métamorphose d'une nouvelle naissance.
  • Neuf mois correspondant au temps d'une gestation pour faire naître une nouvelle vie.


Antoine de Saint-Exupéry[modifier]

C'est en sanglant tes bêtes, c'est en grognant contre la soif, c'est en maudissant les vents de sable, c'est en butant et en grelottant et en brûlant que – sous la condition que tu demeures fidèle (...)à ta fonction de chaque instant – tu peux prétendre à l'illumination du pèlerin qui sentira plus tard qu'il a fait le pas de miracle aux soudains battement de son cœur.
  • Citadelle, Antoine de Saint-Exupéry, éd. Gallimard, coll. « La Pléiade », 1953, chap. CXCIX, p. 937-938