Will Hunting

Citations « Will Hunting » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Will Hunting est un film américain de 1997, réalisé par Gus Van Sant.

Citations[modifier]

Clark [à Chuckie] : J'espérais que tu serais peut-être en mesure de me donner une idée de l'évolution de l'économie de marché dans les colonies du sud. Moi, je soutiens que préalablement à la guerre révolutionnaire, les modalités économiques, en particulier dans les colonies du sud, pouvaient être définies avec justesse par les termes de pré-capitaliste...
Will : C'est normal que tu soutiennes ça, t'es un étudiant de première année et tu viens de finir le livre d'un petit historien marxiste, Pitt Garrison probablement, et tu resteras convaincu jusqu'à ce que dans un mois tu lises James Lemon, et là tu soutiendras que l'économie en Virginie et en Pennsylvanie était animée d'un esprit d'entreprise tout à fait capitaliste déjà en 1740, et ça durera jusqu'à ce que l'an prochain, tu régurgites Gordon Wood et ses opinions sur la pré-révolution et son utopie, et les effets bénéfiques au capital de toute mobilisation.
Clark : Je ne pense pas que je le ferais parce que Wood a tendance à sous-estimer l'impact...
Will : Wood a tendance à sous-estimer l'impact des distinctions sociales fondées sur la fortune, en particulier la fortune héritée. Tu as lu ça dans Vickers ? Travail dans le comté d'Essex, page 98. Ouais, je l'ai lu aussi, tu allais nous régurgiter tous les bouquins. Tu n'as pas une idée personnelle sur le sujet ? Alors c’est ça ton truc, tu arrives dans ce bar, tu débites d’obscurs passages de quelques bouquins et tu prétends que ce sont tes idées à toi ? Et tu fais tout ça juste pour impressionner une fille et embarrasser mon ami ? Ce qui est triste pour un type comme toi, c’est qu’à 50 ans tu vas commencer à penser par toi-même et tu vas découvrir le fait qu’il y a deux certitudes dans ta vie : primo, t’es pas fait pour penser. Et deuxio, tu as paumé 150 000 dollars pour un enseignement que tu aurais trouvé pour un dollar cinquante d’amende de retard à la bibliothèque municipale.
Clark : Oui mais moi j’aurai mon diplôme et tu serviras à mes gosses des frites dans un drive-in quand je les emmènerai skier à la montagne.
Will : Oui, peut être. Mais au moins j’aurai ma personnalité. Mais si ça te pose un problème, on peut faire quelques pas dehors et régler l'affaire entre nous ?
Clark : Non vieux, il n'y a aucun problème.

  • Scott William Winters, Matt Damon, Will Hunting (1997), écrit par Matt Damon et Ben Affleck


Will : La liberté, au cas où vous l'auriez oublié, est le droit de l'âme à respirer. Quand elle ne peut pas respirer à fond, c'est que les lois sont trop étroites.

  • Matt Damon, Will Hunting (1997), écrit par Matt Damon et Ben Affleck


Sean : Si je te faisais parler de la guerre, c'est probablement tout Shakespeare que tu me citerais « Une fois de plus sur la brèche mes amis... » Mais tu n'as pas vécu la guerre. Tu n'as jamais tenu contre toi ton meilleur ami, tu ne l'as pas vu haleter jusqu'au dernier souffle avec un regard qui implore. Si je te fais parler de l'amour, tu vas probablement me dire un sonnet. Mais tu n'as pas connu de femmes devant qui tu t'es senti vulnérable. Une femme qui t'ait étalé d'un simple regard. Comme si Dieu avait envoyé un ange sur Terre pour toi, pour t'arracher aux profondeurs de l'enfer. Mais tu ne sais pas ce que c'est que d'être son ange à elle. Et de savoir que l'amour que tu as pour elle est éternel, et survivra à tout, même au cancer. Et aux nuits passées assis dans une chambre d'hôpital pendant des mois, en lui tenant la main, parce que les médecins ont lu dans tes yeux que tu n'as pas l'intention de te plier aux heures de visite. Tu ignores ce que c'est que de perdre quelqu'un, parce que l'on ne connaît ça que quand on sait aimer plus que l'on ne s'aime soi-même. Je doute que tu aies jamais osé aimer à ce point. Quand je te regarde, ce n'est pas un homme intelligent et solide que je vois, ce que je vois c'est un gosse culotté, qui meurt de trouille. Mais tu es un génie Will, ça personne ne le nie. Personne ne pourrait comprendre ce qui est au fond de toi. Mais toi tu présumes que tu sais tout de moi parce que tu as vu une toile que j'ai peinte, et ça, ça te permet de disséquer ma vie. Tu es orphelin n'est ce pas ? Tu crois que je sais quelque chose des difficultés que tu as rencontré dans la vie, de ce que tu ressens, de ce que tu es, sous prétexte que j'ai lu Oliver Twist ? Est-ce que ça suffit à te résumer ? Personnellement, j'en ai vraiment rien à foutre de tout ça, parce que je vais te dire, je n'ai rien à apprendre de toi que je ne lirais pas dans n'importe quel bouquin. À moins que tu ne veuilles me parler de toi, de qui tu es. Là ça m'intéresse, là je suis à toi. Mais c'est pas ce que tu veux faire, hein vieux ? Tu as trop peur de ce que tu pourrais dire. La balle est dans ton camp.

  • Robin Williams, Will Hunting (1997), écrit par Matt Damon et Ben Affleck


le recruteur : La question n'est pas : pourquoi travailler pour la NSA? La question est : pourquoi pas?
Will  : Pourquoi je travaillerais pas pour la NSA? Ça, c'est une colle. Je vais essayer d'y répondre. Disons que je travaille à la NSA et qu'on dépose un code sur mon bureau, un code réputé inviolable. Mettons que je tente ma chance et mettons que je le déchiffre. Là, je suis très content de moi parce que j'ai bien fait mon boulot mais c'était peut-être le code de l'emplacement d'une armée rebelle au Moyen Orient ou en Afrique du Nord. Et une fois qu'on a repéré le lieu, on bombarde le village où les rebelles se cachent et 1500 personnes que j'ai jamais vu, qui ne m'ont jamais rien fait sont tuées. Et les politiciens ils disent : « Envoyez les marines assurer la sécurité » parce qu'ils en ont rien à foutre. C'est pas leurs gosses qu'ils envoient se faire descendre. Comme eux, ils ont jamais été au feu parce qu'ils étaient tous planqués dans la garde nationale. C'est un pauvre mome de Boston Sud qui se prend un schrapnel dans les fesses. Et il revient pour apprendre que l'usine où il travaillait s'est exportée dans le pays d'où il vient d'arriver. Et le mec qui lui a filé le schrapnel dans le cul, c'est lui qui a son job, parce qu'il bosse pour 15 cents par jour sans pause pipi. Maintenant il comprend que la seule raison qu'il y avait de l'envoyer là-bas, c'était de mettre en place un gouvernement qui nous vendrait le pétrole pour pas cher. Et bien sûr les compagnies pétrolières exploitent le conflit qu'il y eu pour faire monter leur prix et se faire du même coup un beau p'ti benef'. Mais ça aide pas mon pote qui travaille pour des clous. Ils trainent un max à livrer le pétrole bien sûr. Peut-être même qu'il vont employer un alcoolique comme capitaine, un buveur de Martini qui s'amuse à faire du slalom entre les icebergs. Jusqu'au jour où il en frappe un. Le pétrole se déverse et ça tue toute vie dans l'Atlantique Nord. Alors là, mon pote est chomeur. Il peut pas se payer de voiture et c'est à pied qu'il se cherche des jobs. Ce qui est pas marrant parce que le schrapnell qu'il a eu dans le cul lui a filé des hémorroïdes. Et puis en plus, il crève de faim parce qu'à la soupe populaire on lui propose comme plat du jour de la morue de l'Atlantique Nord avec de l'huile de moteur. Alors qu'est-ce que j'en pense? Je vais attendre une offre meilleure. Je me dis, « putain, je ferrais peut-être aussi bien de descendre mon pote, prendre son job, le filer à son pire ennemi, faire monter les prix, bombarder, tuer des bébés phoques, fumer de l'herbe, m'engager dans la Garde Nationale. Et je serais peut-être élu Président. »

  • Matt Damon, Will Hunting (1997), écrit par Matt Damon et Ben Affleck


Chuckie : Je vais te dire ce que je sais, tous les jours je passe te chercher et on repart ensemble, et puis on sort, on boit quelques verres et on rigole. Et c’est très bien, mais le meilleur moment de ma journée sont les dix secondes qu’il y a entre l’instant où je me gare et celui où j’arrive devant ta porte, parce que j’espère toujours que je vais aller frapper à la porte et que tu ne seras plus là, pas d’au revoir ni d’explications, rien du tout, tu seras parti. Je ne sais peut être pas grand chose, mais ça je le sais. Et si dans 20 ans tu es encore là nous, tous ce qui sommes ici, prendront ça pour une insulte, parce que toi tu as tout pour réussir.

  • Ben Affleck, Will Hunting (1997), écrit par Matt Damon et Ben Affleck


Sean : Hey Will, je sais pas grand chose... Mais tu vois ça ? Toute cette merde ? C'est pas ta faute.
Will : Ouais je sais.
Sean : Regarde-moi petit. C'est pas ta faute.
Will : Je sais.
Sean : C'est pas ta faute.
Will : Oui... je sais.
Sean : Non non, tu ne le sais pas. C'est pas ta faute.
Will : Je le sais.
Sean : C'est pas ta faute.
Will : D'accord.
Sean : C'est pas ta faute. C'est pas ta faute.
Will : Déconne pas avec moi.
Sean : C'est pas ta faute.
Will : Déconne pas avec moi, d'accord ?! Déconne pas avec moi Sean! Pas toi!
Sean : C'est pas ta faute... C'est pas ta faute...
Will : Oh mon dieu... Mon dieu... Je vous demande pardon, mon dieu...
Sean : On les emmerde, d'accord ?

  • Matt Damon, Robin Williams, Will Hunting (1997), écrit par Matt Damon et Ben Affleck


Will : Oui, faut pas vous en faire je sais ce que je fais, ouais, mais cette fille elle est super belle, elle est marrante, elle est futée. Elle est différente de toutes les autres filles que j'avais vu.
Sean : Alors appelle-la.
Will : Pourquoi ? Pour me rendre compte qu'elle est pas si futée, qu'elle fait chier le monde ! Ouais, je vais vous dire cette fille est vraiment parfaite pour l'instant et je veux pas foutre ça en l'air.
Sean : Peut être que tu es parfait pour l'instant et que tu veux pas foutre ça en l'air. Je trouve que c'est super comme philosophie de vie, Will. Ça te permettra de vivre toute ta vie sans jamais avoir vraiment à connaître personne.

  • Matt Damon, Robin Williams, Will Hunting (1997), écrit par Matt Damon et Ben Affleck


Autres projets: