Paul Claudel

Citations « Paul Claudel » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Paul Claudel

Paul Claudel, né le 6 août 1868 à Villeneuve-sur-Fère dans l'Aisne et mort le 23 février 1955 à Paris, est un diplomate, poète, dramaturge et essayiste français.

La Cantate à trois voix, 1911–1912[modifier]

Car, ah! cette vie est trop longue et le temps est ennuyeux, et le moment seul est éternel qui n'a aucune durée...

Conversations dans le Loir-et-Cher, 1935[modifier]

[…] il n'y a de société vivante que celle qui est animée par l'inégalité et l'injustice.

  • Conversations dans le Loir-et-Cher (1935), Paul Claudel, éd. Gallimard, coll. L'Imaginaire, 1984 (ISBN 2070701913), p. 22


Quand l'homme essaye d'imaginer le Paradis sur terre, ça fait tout de suite un Enfer très convenable.

  • Conversations dans le Loir-et-Cher (1935), Paul Claudel, éd. Gallimard, coll. L'Imaginaire, 1984 (ISBN 2070701913), p. 24


Il ne s'agit pas de comprendre mais de perdre connaissance

Claudel, chez Folio pièce de théatre isbn 2070362450

Partage de midi 1948

Le Soulier de Satin ou Le pire n'est pas toujours sûr, 1929[modifier]

Si l'ordre est le plaisir de la raison, le désordre est le délice de l'imagination.

  • Théâtre, II, Paul Claudel, éd. Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléïade, 1965 (ISBN 2070101428), p. 952

Citations sur Paul Claudel[modifier]

Le huitième jour, Dieu créa Paul Claudel. Il avait envie de se foutre du monde.

  • Dictionnaire égoïste de la littérature française, Charles Dantzig, éd. Grasset, 2005, p. 181


Wagner est pour le Néant et Claudel pour le Créé : le genre mythe-feuilleton, avec fumées, pythie et confusion. Ajoutez cent kilos de cocasse laborieux, touillez avec moins de méthode que de force, vous obtiendrez la tourte à la Claudel.

  • Dictionnaire égoïste de la littérature française, Charles Dantzig, éd. Grasset, 2005, p. 181


Venant de l’apprendre, Claudel se récite le catéchisme, ce qui, joint à ses bouffonneries, donne l’impression d’une oraison prononcée dans un cirque. Les personnages de ses pièces se jettent à la tête les leçons que l’auteur vient d’apprendre. On dirait un concours de théologie dans un monastère byzantin du Vè siècle.

  • Dictionnaire égoïste de la littérature française, Charles Dantzig, éd. Grasset, 2005, p. 182


Autres projets: