Information

Citations « Information » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Recycle002.svg

Cet article (ou cette section) est à recycler. Sa qualité peut être largement améliorée en le réorganisant et en le clarifiant.
L'utilisateur qui appose ce bandeau est invité à énoncer les points à améliorer en page de discussion.

L'information est une séquence ordonnée de symboles ayant de multiples sens. D'une façon générale, l'information est proche des notions de contrainte, communication, contrôle, donnée, formulaire, instruction, connaissance, signification, caractère, perception et représentation. Dans le langage courant, l'information est codée par un alphabet de lettres ou une base de chiffres.

Science de l'information[modifier]

L'information ne se comporte pas du tout comme la matière : contrairement à un caillou, elle n'a pas de position spatiale ni temporelle et on peut à loisir la dupliquer, la partager, la résumer, la supprimer...

  • Il suffit alors de reprendre un à un tous les phénomènes quantiques qui, attribués à la matière, semblaient si bizarres pour se rendre compte qu'ils deviennent limpides une fois attribués à l'information.
  • « Le monde existe-t-il vraiment ? », Hervé Poirier, Sciences et vie, nº 1057, 2005, p. 72


Schématiquement, il y a deux façons de stocker l'information : l'écriture et le dessin. Ce dernier, assorti d'un certain nombre de règles, permet de transmettre les savoir-faire techniques. L'écriture joue un rôle complémentaire, elle transmet le langage (...)

Une étape absolument capitale a été franchie à la fin du dix neuvième siècle quand le transfert de l'information a pu se faire à la vitesse de la lumière et non celle du transport de la matière.


Une information classique - une longue série de chiffres constituant des clés qui servent ensuite à crypter et décrypter les messages - est inscrite sur des balles de tennis qu'il est facile d'intercepter, de lire puis de renvoyer au récepteur sans se faire remarquer. Une information quantique est plutôt inscrite sur des bulles de savon fragiles. Les arrêter les détruit et alerte donc le récepteur. Ces bulles de savon sont en fait les fameux états superposés ou intriqués permis par la mécanique quantique.

  • « Les nouvelles applications de la physique quantique », David Larousserie, Sciences et Avenir, nº 742, décembre 2008, p. 58


En 2007, pour la toute première fois, plus d'information a été générée en un an qu'il en a été produit au cours de cinq mille ans précédents - depuis la période de l'invention de l'écriture.

  • (en) In 2007, for the first time ever, more information was generated in one year than had been produced in the entire previous five thousand years - the period since the invention of writing.
  • (en) Me the media: rise of the conversation society, Jaap Bloem, Menno van Doorn, Sander Duivestein (trad. Daniel Rodet), éd. VINT editions (research institute of Sogeti), 2009 (ISBN 978-90-75414-22-6), p. 270


Chaque jour, 15 pétaoctets de nouvelles informations sont générées. On estime que le volume des informations codifiées dans le monde double actuellement toutes les 11 heures.

  • (fr) Une nouvelle intelligence pour une planète plus intelligente (2009), Pat Bates, Mike Biere, Rex Wiederanders, Alan Meyer, Bill Wong, éd. MC Press Online, 2009 (ISBN 978-158347-086-2), p. 10


Ce qui m'intéresse, c'est de mieux comprendre comment l'information fournie aux investisseurs est produite, comment elle se propage sur les marchés et comment elle s'incorpore dans les prix des actifs : actions, obligations, etc.

  • Citation de Joël Peress, prix 2011 du meilleur jeune chercheur en Finance.
  • « Il faut comprendre pourquoi les marchés s'éloignent de l'efficience », Adrien de tricornot, Le Monde, 8 mars 2011, p. 6


Pour empêcher le spectateur de zapper, les chaines d'information en continu réalisent des interviews conçues pour faire surgir des déclarations provocatrices et vampirisent le temps d'antenne avec des reportages sans aucun intérêt sur des non-événements.


En faisant passer le pouvoir des institutions aux individus, les machines de traitement de l'information peuvent à la fois diluer, perturber et renforcer le contrôle.

  • Collaboration in the cloud, Van Ommeren, Duivestein, Devadoss, Reijnen & Gunvaldson, éd. VINT, 2009 (ISBN 978-90-75414-27-1), p. 73


Enseignement[modifier]

Guide[modifier]

Christine Harache, Toute la fonction d'assistante, 2008[modifier]

Une approche de l'interculturel

La communication interculturelle est l'étude du processus par lequel des individus n'appartenant pas à la même culture tentent d'échanger des informations et des interprétations en utilisant différentes manières de penser, de ressentir de se comporter.

  • Toute la fonction d'assistante, Christine Harache, éd. Dunod, 2008 (ISBN 978-10-050545-6), partie 1. Les Savoirs, Une approche de l'interculturel, p. 23


Psychologie[modifier]

Paul-Claude Racamier, Pensée perverse et décervelage, 1992[modifier]

Mouvement pervers narcissique

Son procédé majeur, son arme, devrais-je dire, c’est la disjonction. Il s’agit de disjoindre les personnes, les informations, les pensées : il s’agit toujours de rompre des liens.
La perversion narcissique constitue sans aucun doute le plus grand danger qui soit dans les familles, les groupes, les institutions et les sociétés. Rompre les liens, c’est attaquer l’amour objectal et c’est attaquer l’intelligence même : la peste n’a pas fait pis.

  • Pensée perverse et décervelage, 1992, Mouvement pervers narcissique Question d’immunité, question de liaison, dans [1], paru Trait pour trait Mouvement de travail et de recherche autour de la psychanalyse, Paul-Claude Racamier.


Cédric Roos, La relation d'emprise dans le soin, 2006[modifier]

Modèle cognitivo-comportemental

Au contraire de l’apprentissage libre, la programmation se réalise unilatéralement, depuis l’extérieur du sujet. Ce dernier obéit alors à un ordre, sans pour autant intégrer toute l’information. La programmation correspond à l’introduction chez un sujet, dans un climat émotionnel intense, d’instructions induisant un schéma comportemental invariable et prédéfini face à un stimulus donné. Le sujet activera ultérieurement, inconsciemment et docilement, une conduite adaptée à un contexte préétabli. L’information ainsi mémorisée a valeur d’ordre pour le sujet qui ne peut s’y soustraire ; la réponse comportementale sera invariable, quelle que soit la personne qui se trouvera alors en face d’elle. Il s’agit là d’un conditionnement, c’est une forme de dressage.

  • La relation d'emprise dans le soin, 2006, Modèle cognitivo-comportemental : Pratiques relationnelles ou praxis Programmation, dans [2], paru Textes Psy, Cédric Roos.


Édith Sales-Wuillemin, La catégorisation et les stéréotypes en psychologie sociale, 2006[modifier]

Catégorisation sociale et processus de catégorisation

La construction d'un prototype permettrait aux sujets d'être plus performants dans des épreuves de rappel ou de reconnaissance. Ils n'auraient pas à balayer tout le champ pour retrouver l'information.

  • La catégorisation et les stéréotypes en psychologie sociale, Édith Sales-Wuillemin, éd. Dunot, coll. Psycho Sup (Psychologie sociale), 2006 (ISBN 2 10 049391 4), partie I. Catégorisation sociale et processus de catégorisation, chap. 1.Comment fait-on pour catégoriser les individus ?, 1.Le produit de la catégorisation : l'organisation catégorielle, p. 28


François Marty, Les grands concepts de la psychologie clinique, 2008[modifier]

La projection

[...] les sacrifices que les Anciens offraient à leurs dieux après une bataille, un crime ou un cataclysme illustrent le fonctionnement [projectif]. Il s'agissait, somme toute, d'effacer tous relents de culpabilité – quels qu'en fussent les motifs – pour adoucir les moeurs. Il s'agissait aussi de tenter de désamorcer les intentions agressives de l'autre en saluant sa bonté, chacun, vainqueur ou vaincu, se dédouanant ainsi de sentiments, de désirs ou d'affects dont le Destin vous assiégeait. Les rituels sont sous-tendus d'un fonctionnement projectif que l'on ne dénoncera que lorsqu'il deviendra intolérable au plus grand nombre : ce sont des systèmes de pensée relativement stables, défensifs contre le monde pulsionnel et pris dans un registre symbolique qui leur assure d'être intégrés socialement. Le fait que ces rituels et croyances aient pu constituer, ou constituent encore dans certaines sectes ou communautés, le principe organisateur du lien social, témoigne, s'il en était besoin, de sa nature « anti-pulsionnelle ». S'il y a matière à penser que le jugement de réalité, à certaines époques primitives ou au début de notre ère historique, contraignait à ces types de fonctionnements en raison de l'énormité de l'énigme de la création du monde et des solutions imparfaites qui pouvaient en rendre compte, le mouvement de la pensée et du savoir, l'évolution culturelle et la mondialisation de l'information les rendent aujourd'hui peu fondées.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :