Emil Cioran

Citations « Emil Cioran » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
La tombe d'Emil Cioran

Emil Cioran, né à Răşinari, en Roumanie, le 8 avril 1911, et mort à Paris le 21 juin 1995, était un philosophe et écrivain roumain, d'expression roumaine, puis française.


Essai sur la pensée réactionnaire[modifier]

Toujours le réactionnaire, ce conservateur qui a jeté le masque, empruntera aux sagesses ce qu'elles ont de pire, et de plus profond : la conception de l'irréparable, la vision statique du monde. Toute sagesse et, à plus forte raison, toute métaphysique, sont réactionnaires, ainsi qu'il sied à toute forme de pensée qui, en quête de constantes, s'émancipe de la superstition du divers et du possible.

  • Du Pape et extraits d'autres œuvres, Textes de Joseph de Maistre présentés et choisis par E. M. Cioran, éd. J.-J. Pauvert, coll. Libertés, 1957, p. 27-28


Cahiers, 1957-1972[modifier]

On ne réfléchit que parce qu'on se dérobe à l'acte. Penser, c'est être en retrait.


Le seul service que nous pouvons demander aux autres, c'est de ne pas deviner à quel point nous sommes lamentables.


L'homme est un animal surmené.


Le secret de l'Histoire, c'est le refus du salut.


De l'inconvénient d'être né, 1973[modifier]

Si le dégoût du monde conférait à lui seul la sainteté, je ne vois pas comment je pourrais éviter la canonisation.

  • De l'inconvénient d'être né, Emil Cioran, éd. Gallimard, coll. Folio essais, 2006 (ISBN 2-07-032448-6), partie II, p. 35


Ce n'est pas la peine de se tuer, puisqu'on se tue toujours trop tard.

  • De l'inconvénient d'être né, Emil Cioran, éd. Gallimard, coll. Folio essais, 2006 (ISBN 2-07-032448-6), partie II, p. 43


Toute forme de hâte, même vers le bien, traduit quelque dérangement mental.

  • De l'inconvénient d'être né, Emil Cioran, éd. Gallimard, coll. Folio essais, 2006 (ISBN 2-07-032448-6), partie III, p. 65


Tous ces peuples étaient grands, parce qu'ils avaient de grands préjugés. Ils n'en ont plus. Sont-ils encore des nations ? Tout au plus des foules désagrégées.

  • De l'inconvénient d'être né, Emil Cioran, éd. Gallimard, coll. Folio essais, 2006 (ISBN 2-07-032448-6), partie VIII, p. 152


Au paradis, les objets et les êtres, assiégés de tous côtés par la lumière, ne projettent pas d'ombre. Autant dire qu'ils manquent de réalité, comme tout ce qui est inentamé par les ténèbres et déserté par la mort.

  • De l'inconvénient d'être né, Emil Cioran, éd. Gallimard, coll. Idées, 1973 (ISBN 2-07-035480-6), partie XI, p. 223


Écartèlement, 1979[modifier]


L'homme fait l'histoire; à son tour l'histoire le défait. Il en est l'auteur et l'objet, l'agent et la victime. Il a cru jusqu'ici la maîtriser, il sait maintenant qu'elle lui échappe, qu'elle s'épanouit dans l'insoluble et l'intolérable: une épopée démente, dont l'aboutissement n'implique aucune idée de finalité.

  • œuvres, cioran, éd. Gallimard, 2007, chap. écartèlement, p. 1428


Plus l'homme acquiert de la puissance, plus il devient vulnérable.Ce qu'il doit le plus redouter, c'est le moment où, la création entièrement jugulée, il fêtera son triomphe, apothéose fatale, victoire à laquelle il ne survivra pas. Le plus probable est qu'il disparaîtra avant d'avoir réalisé toutes ses ambitions. Il est déjà si puissant que l'on se demande pourquoi il aspire à l'être davantage. tant d'insatiabilité trahit une misère sans recours, une déchéance magistrale.

  • œuvres, cioran, éd. Gallimard, 2007, chap. écartèlement, p. 1437


Mais qui, parmi nous, consentirait au recommencement indéfini de l'histoire dans sa totalité ? Avec chaque événement qui s'y produit, et qui nous apparaît nécessairement irréversible, nous avançons d'un pas vers un dénouement unique, selon le rythme du progrès dont nous adoptons le schéma et refusons, bien entendu, les balivernes. Nous progressons, oui , nous galopons même, vers un désastre précis ,et non vers quelque mirifique perfection.

  • œuvres, cioran, éd. Gallimard, 2007, chap. écartèlement, p. 1439


Exercices d'admiration, 1986[modifier]

Je viens d'un coin d'Europe où les débordements, le débraillé, la confidence, l'aveu immédiat, non sollicité, impudique est de rigueur, où l'on connaît tout de tous, où la vie en commun se ramène à un confessionnal public, où le secret précisément est inimaginable et où la volubilité confine au délire.

Cela seul suffirait à expliquer pour quoi je devais subir la fascination d'un homme surnaturellement discret.

  • Exercices d'admiration, Cioran, éd. Gallimard, coll. Arcades, 1986, chap. Beckett, p. 100


Aveux et anathèmes, 1987[modifier]

On n'habite pas un pays, on habite une langue. Une patrie, c'est cela et rien d'autre.

  • Aveux et anathèmes (1987), Emil Cioran , éd. Gallimard, 1987, p. 21


Sur le travail[modifier]

Les hommes travaillent généralement trop pour pouvoir encore rester eux-mêmes. Le travail : une malédiction que l’homme a transformée en volupté. Œuvrer de toutes ses forces pour le seul amour du travail, tirer de la joie d’un effort qui ne mène qu’à des accomplissements sans valeur, estimer qu’on ne peut se réaliser autrement que par le labeur incessant — voilà une chose révoltante et incompréhensible. Le travail permanent et soutenu abrutit, banalise et rend impersonnel. Le centre d’intérêt de l’individu se déplace de son milieu subjectif vers une fade objectivité ; l’homme se désintéresse alors de son propre destin, de son évolution intérieure, pour s’attacher à n’importe quoi : l’œuvre véritable, qui devrait être une activité de permanente transfiguration, est devenue un moyen d’extériorisation qui lui fait quitter l’intime de son être. Il est significatif que le travail en soit venu à désigner une activité purement extérieure : aussi l’homme ne s’y réalise-t-il pas — il réalise.

  • Sur les cimes du désespoir, Emil Cioran, éd. L'Herne, 1990, p. 194


Sur la musique[modifier]

Sans Bach, Dieu serait un type de troisième ordre.

  • E. M. Cioran, cité dans
  • « Les écrivains et la musique : E. M. Cioran », Benjamin Ivry, Symphonia, nº 2, Janvier 1996, p. 20


S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu.

  • E. M. Cioran, cité dans
  • « Les écrivains et la musique : E. M. Cioran », Benjamin Ivry, Symphonia, nº 2, Janvier 1996, p. 20


Beethoven a vicié la musique : il y a introduit les sautes d'humeur, il y a laissé entrer la colère.

  • E. M. Cioran, cité dans
  • « Les écrivains et la musique : E. M. Cioran », Benjamin Ivry, Symphonia, nº 2, Janvier 1996, p. 20


Citations à propos d'Emil Cioran[modifier]

Il n'est pas illégitime de me traiter, comme on l'a fait, de professeur de désespoir, de souligner ma filiation avec Schopenhauer. Je ne suis pas le seul, j'ai, dans cette lignée, de prestigieux aînés, Maupassant, Conrad, Thomas Mann, par exemple. Et Cioran, auquel je reproche pourtant de n'avoir jamais cité Schopenhauer.

  • « La possibilité d'une île : interview de Michel Houellebecq », Michel Houellebecq, propos recueillis par Josyane Savigneau, Le Monde (ISSN 0395-2037), 21 août 2005, p. 18?


Autres projets: