Edmund Cooper

Citations « Edmund Cooper » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Edmund Cooper né le 30 avril 1926 à Marple (Grand Manchester), mort le 11 mars 1982 à Chichester, est un écrivain de science-fiction britannique.


Pygmalion 2113, 1958[modifier]

L'Esprit humain est un foyer où s'élabore la culture.

  • Pygmalion 2113, Edmund Cooper, éd. J'ai lu-SF, 1973, p. 78


Seul un idéal est dangereux.

  • Pygmalion 2113, Edmund Cooper, éd. J'ai lu-SF, 1973, p. 190


Il vaut peut-être mieux une juste violence qu'une paix à tout prix.

  • Pygmalion 2113, Edmund Cooper, éd. J'ai lu-SF, 1973, p. 194


L'inflexible loi de tout ce qui vit est qu'il faut dominer son milieu.

  • Pygmalion 2113, Edmund Cooper, éd. J'ai lu-SF, 1973, p. 228


Il n'y a que l'éternel aujourd'hui. Aujourd'hui contient tout, toute l'histoire est en lui.

  • Pygmalion 2113, Edmund Cooper, éd. J'ai lu-SF, 1973, p. 258


Les êtres humains ne sont pas faits pour ne rechercher que leur bonheur. Peut-être, d'ailleurs, le bonheur se trouve-t-il dans tout ce que nous méprisons, le travail et les responsabilités. Les enfants et un amour durable.

  • Pygmalion 2113, Edmund cooper, éd. J'ai lu-SF, 1973, p. 304


Pas de quatre, 1964[modifier]

Tant de choses me sont inconnues.

  • Pas de quatre, Edmund Cooper, éd. Denoël, 1964, p. 208


Il n'y a d'autre Dieu que la vie. La vie est la seule chose sacrée. Et quand elle s'en va, c'est aussi la mort du Dieu.

  • Pas de quatre, Edmund Cooper, éd. Denoël, 1964, p. 214


Seul vivre est important.

  • Pas de quatre, Edmund Cooper, éd. Denoël, 1964, p. 224


Il n'existe pas d'image vraie qui soit acceptable.

  • Pas de quatre, Edmund Cooper, éd. Denoël, 1964, p. 229


Mais personne ne peut être à l'abri des lois du hasard.

  • Pas de quatre, Edmund Cooper, éd. Denoël, 1964, p. 231


Le jour des fous, 1966[modifier]

Dans un monde fantastique, le fantastique devient tout à fait banal.

  • Le jour des fous, Edmund Cooper, éd. Bibliothèque Marabout, 1971, p. 39


Ainsi passe le monde, il ne finit pas dans un cataclysme, mais meurt dans un murmure.

  • Le jour des fous, Edmund Cooper, éd. Bibliothèque Marabout, 1971, p. 48


La vie est, dans son essence même, une activité de cannibale. Les cultures et les sociétés s'entre-dévorent, tout comme les animaux et les hommes.

  • Le jour des fous, Edmund Cooper, éd. Biliothèque Marabout, 1971, p. 59


Le vrai combat se livre entre l'ordre et l'anarchie.

  • Le jour des fous, Edmund Cooper, éd. Bibliothèque Marabout, 1971, p. 197


Mais ce sont les idiots qui font l'histoire.

  • Le jour des fous, Edmund Cooper, éd. Bibliothèque Marabout, 1971, p. 237


La vie elle même n'est plus qu'un perpétuel délire.

  • Le jour des fous, Edmund Cooper, éd. Bibliothèque Marabout, 1971, p. 242


Les belles dames du siècle prochain, 1968[modifier]

Qui désire sa propre mort doit attendre patiemment que la mort elle-même rencontre qui la cherche.

  • Les belles dames du siècle prochain, Edmund Cooper, éd. Presses de la cité, 1969, p. 12


Le genre humain n'avait jamais été particulièrement renommé pour apporter des solutions logiques à ses problèmes les plus graves. En règle générale, le degré de logique de la solution semblait varier en proportion inverse de l'urgence et de la gravité du problème.

  • Les belles dames du siècle prochain, Edmund Cooper, éd. Presses de la cité, 1969, p. 19


Le temps a toujours été l'ennemi des poètes.

  • Les belles dames du siècle prochain, Edmund Cooper, éd. Presse de la cité, 1969, p. 238


L'étreinte de vénus, 1970[modifier]

L'apitoiement sur soi-même détruit la perspective.

  • L'étreinte de vénus, Edmund Cooper, éd. J.-C. Lattès, 1982, p. 17


Et celui qui aimera le dernier, aimera le plus fort.

  • L'étreinte de vénus, Edmund Cooper, éd. J.-C. Lattès, 1982, p. 242


Qui veut sauver l'humanité, la fout en l'air.

  • L'étreinte de vénus, Edmund Cooper, éd. J.C. Lattès, 1982, p. 242


Le dernier continent, 1970[modifier]

Un peu de savoir est dangereux. Beaucoup de savoir est également dangereux.

  • Le dernier continent, Edmund Cooper, éd. Bibliothèque Marabour, 1974, p. 150


C'est le propre de la jeunesse de comparer la brise à un tourbillon.

  • Le dernier continent, Edmund Cooper, éd. Bibliothèque Marabout, 1974, p. 167


La couleur de la peau est moins importante que l'esprit qui l'habite.

  • Le dernier continent, Edmund Cooper, éd. Bibliothèque Marabour, 1974, p. 171


Et pourtant, perdre l'espérance, c'est un peu perdre la raison.

  • Le dernier continent, Edmund Cooper, éd. Bibliothèque Marabout, 1974, p. 218


La dixième planète, 1973[modifier]

Je crois que notre seul espoir d'immortalité est dans nos actes, en ce que nous faisons aux autres, pour les autres, et en nos enfants.

  • La dixième planète, Edmund Cooper, éd. Denoël, 1976, p. 65


Les fous peuvent faire leurs propres lois.

  • La dixième planète, Edmund Cooper, éd. Denoël, 1976, p. 98


La science n'est jamais définitivement vaincue.

  • La dixième planète, Edmund Cooper, éd. Denoël, 1976, p. 170


Mais je crois profondément que l'homme doit continuellement tenter d'aggrandir son empire ou périr.

  • La dixième planète, Edmund Cooper, éd. Denoël, 1976, p. 171


Seul le voyage compte.

  • La dixième planète, Edmund Cooper, éd. Denoël, 1976, p. 246


Quand une fleur meurt, une autre s'épanouit.

  • La dixième planète, Edmund Cooper, éd. denoël, 1976, p. 248


Le cercle de feu, 1974[modifier]

Nous sommes sans cesse astreints à vivre au jour le jour.

  • Le cercle de feu, Edmund Cooper, éd. Opta, 1983, p. 59


L'animal politique raisonne ainsi : Qui n'est pas avec nous est contre nous.

  • Le cercle de feu, Edmund Cooper, éd. Opta, 1983, p. 60


Mais il arrive parfois que les enfants aient une vision plus claire des choses que les adultes.

  • Le cercle de feu, Edmund Cooper, éd. Opta, 1983, p. 105


Vous devez d'ailleurs admettre que détruire une personnalité tout en préservant la carcasse qui l'enveloppe n'est qu'une forme de meurtre à peine différente de l'autre.

  • Le cercle de feu, Edmund Cooper, éd. Opta, 1983, p. 140


Qui peut donner une définition objective de la maladie mentale ?

  • Le cercle de feu, Edmund Cooper, éd. Opta, 1983, p. 166


Autres projets: