Doris Lessing

Citations « Doris Lessing » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Doris Lessing, (née Doris May Tayler) (Kermanshah, 22 octobre 1919Perse, est un écrivain britannique. Prix Médicis étranger en 1976 pour Le carnet d'or.


Le Carnet d'or, 1976 (The Golden Notebook, 1962)[modifier]

Je me rappelle la sensation de la délicate pression de sa main au creux de mes reins, et je me rappelle avoir songé que, vivant en groupe comme nous le faisions, ces brusques attirances pouvaient surgir et s'estomper en un instant, laissant derrière elles une tendresse, une curiosité insatisfaites, et un sentiment de perte légèrement douloureux, mais pas déplaisant ; et je pensai que c'était peut-être toute cette peine tendre des possibilités irréalisées qui nous liait.

  • Le carnet d'or, Doris Lessing (trad. Marianne Véron), éd. Albin Michel, coll. Le livre de poche, 1976, chap. Le carnet noir, p. 144


L’Été avant la nuit, 1981 (The Summer Before The Dark, 1973)[modifier]

Bras croisés, une femme attendait sur le seuil de sa porte de service. Réfléchissait-elle ? Non, elle n’aurait pas dit cela. Elle s’efforçait de saisir quelque chose, ou de le dénuder pour pouvoir l’observer et le définir ; depuis déjà quelque temps, elle « essayait » des idées comme on essaye des robes alignées dans une penderie.

  • L’Été avant la nuit, Doris Lessing (trad. Marianne Véron), éd. Albin Michel, 1981 (ISBN 2-226-01275-3), chap. À la maison, p. 9


Autres projets: