Différences entre les versions de « Octave Mirbeau »

Aller à la navigation Aller à la recherche
3 598 octets ajoutés ,  il y a 12 ans
aucun résumé de modification
{{Citation|Quand il y a quelque part un homme trop riche, il y a, par cela même, autour de lui, des gens trop pauvres. (I, 1)}}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=[http://www.scribd.com/doc/2280512/Octave-Mirbeau-Les-affaires-sont-les-affaires Les affaires sont les affaires]
|éditeur=Eurédit
|année=2003
{{Citation|Les décors peuvent varier où l'âme de l'homme habite, mais l'âme est la même... ou si peu différente... C'est la pauvre âme humaine, avec ses appétits, ses intérêts, ses passions destructives... ses incohérences... ses crimes... oui !... mais avec la lourde fatalité de ses misères aussi...Et il faut la plaindre... plus qu'il ne convient de la haïr. (II, 5)}}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=[http://www.scribd.com/doc/2280512/Octave-Mirbeau-Les-affaires-sont-les-affaires Les affaires sont les affaires]
|éditeur=Eurédit
|année=2003
{{Citation|Où il y a de l’argent... il n’y a pas d’honneur... Il y a une affaire... et ça se traite... (II, 11)}}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=[http://www.scribd.com/doc/2280512/Octave-Mirbeau-Les-affaires-sont-les-affaires Les affaires sont les affaires]
|éditeur=Eurédit
|année=2003
{{Citation|Les affaires sont des échanges... on échange de l’argent... de la terre... des titres... des mandats électoraux... de l’intelligence... de la situation sociale... des places... de l’amour... du génie... ce qu’on a contre ce qu’on n’a pas... (III, 2)}}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=[http://www.scribd.com/doc/2280512/Octave-Mirbeau-Les-affaires-sont-les-affaires Les affaires sont les affaires]
|éditeur=Eurédit
|année=2003
{{Citation|Les programmes !... Une fois nommé... les programmes sont loin... et ils courent encore... (III, 2)}}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=[http://www.scribd.com/doc/2280512/Octave-Mirbeau-Les-affaires-sont-les-affaires Les affaires sont les affaires]
|éditeur=Eurédit
|année=2003
|page=113-114
}}
 
{{Citation|Un peuple ne vit pas seulement de son ventre, il vit aussi de son cerveau. Il a droit à la beauté comme il a droit au pain. ([http://www.scribd.com/doc/2264826/Octave-Mirbeau-Ravachol « Ravachol »], ''L'Endehors'', 1er mai 1892)}}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=Combats politiques
|éditeur=Séguier
|année=2003
|année d'origine=1990
|page=124
}}
 
{{Citation|L'anarchie est la reconquête de l'individu, c'est la liberté du développement de l'individu, dans un sens normam et harmonique. On peut la définir d'un mot : l'utilisation spontanée de toutes les énergies humaines, criminellement gaspillées par l'État. (Préface de ''La Société mourante et l'anarchie'', de Jean Grave, 1893)}}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=Combats politiques
|éditeur=Séguier
|année=2003
|année d'origine=1990
|page=129
}}
 
 
== ''[[w:Combats esthétiques|Combats esthétiques]]'', 1993 ==
 
{{Citation|L'art consiste surtout à exprimer un sentiment, une émotion, un frisson de la vie. Et je préfèrerai toujours un tableau avec des incorrections de dessin, mais devant lequel j'aurai une émotio, au tableau impeccable et qui ne dira rien à mon esprit et à mon imagination. ([http://www.scribd.com/doc/2239521/Octave-Mirbeau-Notes-sur-lart-Eva-Gonzales « Éva Gonzalès »], ''La France'', 17 janvier 1885) }}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=Combats esthétiques
}}
 
{{Citation|Un peintre qui n’a été qu’un peintre ne sera jamais que la moitié d’un artiste. ([http://www.scribd.com/doc/2239749/Octave-Mirbeau-Notes-sur-lart-BastienLepage « Bastien-Lepage »], ''La France'', 21 mars 1885) }}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=Combats esthétiques
|année=1993
|page=I, 344
}}
 
{{Citation|Toute la nature, même celle réputée hideuse, est, pour celui qui sent, qui est ému sincèrement, une source d'éternelle, de toujours neuve beauté. ([http://www.scribd.com/doc/2251870/Octave-Mirbeau-JF-Raffaelli « Jean-François Raffaëlli »], ''L'Écho de Paris'', 28 mai 1889) }}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=Combats esthétiques
|éditeur=Séguier
|année=1993
|page=I, 367
}}
 
{{Citation|Les théories, c'est la mort de l'art, parce que c'en est l'impuissance avérée. [...] Il faut posséder la science de ce que l'on fait. Telle est la théorie ; il n'y en a pas d'autre. (« Botticelli proteste », ''Le Journal'', 11 octobre 1896) }}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=Combats esthétiques
|éditeur=Séguier
|année=1993
|page=II, 159-160
}}
 
|année=1993
|page=II, 196
}}
 
{{Citation|Un critique ne peut pas dire pourquoi une chose est belle ; il peut dire seulement qu'elle est belle, sans plus, car la beauté est indémontrable en soi. Elle échappe au théorème, on ne l'explique pas, on ne la codifie pas. (« Aristide Maillol », ''La Revue'', 1er avril 1905) }}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=Combats esthétiques
|éditeur=Séguier
|année=1993
|page=II, 386
}}
 
{{Citation|On n'explique pas une œuvre d'art comme on démontre un problème de géométrie. [...] Comment faire ? Le mieux serait donc d'admirer ce qu'on est capable d'admirer, et de se taire. Mais nous ne pouvons pas nous taire. Il nous faut crier notre enthousiasme ou notre dégoût. (Préface à l'exposition Félix Vallotton, janvier 1910) }}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=Combats esthétiques
|éditeur=Séguier
|année=1993
|page=II, 496
}}
 
{{Citation|On n'atteint un peu de la signification, du mystère et de l'âme des choses que si l'on est attentif à leurs apparences. (« Renoir », ''Les Cahiers d'aujourd'hui'', février 1913) }}
{{réf Livre|auteur=Octave Mirbeau
|titre=Combats esthétiques
|éditeur=Séguier
|année=1993
|page=II, 521
}}
 
15

modifications

Menu de navigation