Différences entre versions de « George Sand »

Sauter à la navigation Sauter à la recherche
267 octets ajoutés ,  il y a 3 ans
→‎Mauprat, 1837 : ajout d'une citation
m (→‎Correspondance autre : corr faute d'ortho)
(→‎Mauprat, 1837 : ajout d'une citation)
{{citation|Pauvres gens que nous sommes ! ajoutait Patience; on ne nous défend ni l'excès du travail physique, ni celui du vin, ni aucune des débauches qui peuvent détruire notre intelligence. Il y a des gens qui peuvent payer cher le travail des bras, afin que les pauvres, pour satisfaire leur famille, travaillent au-delà de leurs forces; il y a des cabarets et d'autres lieux plus dangereux encore où le gouvernement prélève, dit-on, ses bénéfices; il y a aussi des prêtres qui montent en chaire pour nous dire ce que nous devons au seigneur de notre village, et jamais ce que notre seigneur nous doit. Il n'y a pas d'écoles où l'on nous enseigne nos droits, où l'on nous apprenne à distinguer nos vrais et honnêtes besoins des besoins honteux et funestes, où l'on nous dise enfin à quoi nous pouvons et devons penser quand nous avons sué tout le jour au profit d'autrui, et quand nous sommes assis le soir au seuil de nos cabanes à regarder les étoiles rouges sortir de l'horizon.}}
{{réf Livre|auteur=George Sand|titre=Mauprat|éditeur=Gallimard|section=chapitre 10|année=1981|année d'origine=1837|page=159}}
 
{{citation|Il y a dans les premiers frimas quelque chose qui rappelle à l'homme la prochaine dispersion des éléments de son être.}}
{{réf Livre|auteur=George Sand|titre=Mauprat|éditeur=Gallimard|section=chapitre 17|année=1981|année d'origine=1837|page=285}}
 
=== ''Jeanne'', 1844 ===
Utilisateur anonyme

Menu de navigation