Aller au contenu

« Paul Henri Thiry d'Holbach » : différence entre les versions

m
clean up, remplacement: oeu → œu avec AWB
m (revert)
m (clean up, remplacement: oeu → œu avec AWB)
|page=168}}
 
==''Histoire critique de Jésus-Christ ou Analyse raisonnée des Évangiles'', 1770 ==
 
{{Citation|citation=L’Évangile n’est qu’un Roman Oriental dégoûtant pour tout homme de bon sens, et qui ne semble s’adresser qu’à des ignorants, des stupides, des gens de la lie du peuple, les seuls qu’il puisse séduire. La critique n’y trouve nulle liaison dans les faits, nul accord dans les circonstances, nulle suite dans les principes, nulle uniformité dans les récits. Quatre hommes greffiers et sans lettres passent pour les véritables auteurs des mémoires qui contiennent la vie de Jésus-Christ ; c’est sur leur témoignage que les Chrétiens se croient obligés d’admettre la Religion qu’ils professent, et d’adopter sans examen les faits les plus contradictoires, les actions les plus incroyables, les prodiges les plus étonnants, le système le plus décousu, la doctrine la plus inintelligible, les mystères les plus révoltants !
 
==''Système de la nature'', 1770 ==
{{Citation|citation=C’est dans les pays où la superstition a le plus de pouvoir que nous trouverons toujours le moins de moeursmœurs. La vertu est incompatible avec l’ignorance, la superstition, l’esclavage [...]. Pour former des hommes, pour avoir des citoyens vertueux, il faut les instruire, leur montrer la vérité, leur parler raison, leur faire sentir leurs intérêts, leur apprendre à se respecter eux-mêmes et à craindre la honte, exciter en eux l’idée du véritable honneur, leur faire connaître le prix de la vertu et les motifs de la suivre. Comment attendre ces heureux effets de la religion qui les dégrade, ou de la tyrannie qui ne se propose que de les dompter, de les diviser, de les retenir dans l’abjection ?
}}
{{Réf Livre|titre=Système de la nature
}}
 
==''Le bon sens'', 1772 ==
 
{{Citation|citation=Toutes les religions du monde ont autorisé des forfaits innombrables. Les juifs, enivrés des promesses de leur Dieu, se sont arrogés le droit d'exterminer des nations entières. Fondés sur les oracles de leurs dieux, les Romains, en vrais brigands, ont conquis et ravagé le monde. Les Arabes, encouragés par leur divin prophète, ont porté le fer et la flamme chez les chrétiens et les idolâtres. Les chrétiens, sous prétextes d'étendre leur sainte religion, ont cent fois couvert de sang l'un et l'autre hémisphère.
|page=217
}}
 
 
{{autres projets|commons=Baron d'Holbach|s=Paul Henri Thiry d’Holbach|w=Paul Henri Thiry d'Holbach}}