Différences entre versions de « Alexandre Najjar »

Sauter à la navigation Sauter à la recherche
3 266 octets ajoutés ,  il y a 6 ans
|année=2011
|page=13
}}
 
{{citation|citation=Mes [[journée]]s sont interminables. Chez moi, le [[temps]] est continu. Je me lève de bonne heure avec les oiseaux. Je me rase, m’habille et effectue en voiture le trajet qui sépare ma maison de la banque. En conduisant, j’appelle de mon portable clients et collaborateurs. Je distribue les ordres, donne des directives, programme et déprogramme les rendez-vous, de sorte que '''ma voiture est devenue mon second bureau'''. Comment faisait-on à l’époque du téléphone fixe ? Combien d’heures perdues dans les embouteillages ? Le portable, nous dit-on, est nocif pour le cerveau. Mais comment me priver de cet outil ? Entre ma santé et la bonne marche du travail, j’ai fait mon choix.
}}
{{Réf Livre
|titre=Kadicha
|auteur=Alexandre Najjar
|éditeur=Plon
|année=2011
|page=18
}}
 
{{citation|citation=[...] Je regrette amèrement l’époque où, en compagnie de ma mère, je fréquentais l’église Saint-Jean-Baptiste à Achrafieh. Celui qu’on appelle « le Précurseur » a toujours été mon saint préféré. Je ne sais pas s’il était essénien ou non. Ce que je sais, c’est qu’'''il eut le courage de tout abandonner pour aller prêcher dans le désert''' !
}}
{{Réf Livre
|titre=Kadicha
|auteur=Alexandre Najjar
|éditeur=Plon
|année=2011
|page=19
}}
 
{{citation|citation=[...] Je suis un [[enfance|enfant]] de la [[guerre]] : j’en ai gardé des traumatismes indélébiles. La guerre, je n’ai pas honte de l’avouer, j’y ai participé par [[devoir]] [...].
}}
{{Réf Livre
|titre=Kadicha
|auteur=Alexandre Najjar
|éditeur=Plon
|année=2011
|page=20
}}
 
{{citation|citation= « Raisonnable »... Ce [[mot]] me poursuit depuis l’enfance. Est-ce mon éducation religieuse chez les jésuites qui me commande de sacrifier mes [[désir]]s sur l’autel de la raison ? Je ne saurais le dire. Tout ce que je sais, c’est que je ressemble à un navire en partance, attiré par le grand large, mais qui reste à quai, incapable de larguer les amarres.
}}
{{Réf Livre
|titre=Kadicha
|auteur=Alexandre Najjar
|éditeur=Plon
|année=2011
|page=37
}}
 
{{citation|citation= [...] Le [Liban] est [...] une mosaïque de dix-huit communautés religieuses. '''Nous ne sommes pas des citoyens de seconde zone'''. Nous vivons ''avec'' les musulmans, nous ne vivons pas ''chez'' eux. Musulmans et chrétiens forment les deux piliers du Liban « définitif » et indépendant. Si l’un de ces piliers s’effondre, le pays tout entier s’écroule ! C’est sans doute en pensant à cette cohabitation que le pape Jean-Paul II a déclaré un jour que « le Liban est plus qu’un [[pays]], c’est un [[message]] » ! La présence des chrétiens au Liban est indispensable, elle est d’ailleurs souhaitée par les musulmans modérés qui voient en eux un facteur d’enrichissement, d’ouverture et d’équilibre. Mais ce n’est certainement pas l’avis des intégristes...
}}
{{Réf Livre
|titre=Kadicha
|auteur=Alexandre Najjar
|éditeur=Plon
|année=2011
|page=62
}}
 
{{citation|citation= Car ceux qui abandonnent les plaisirs et les richesses du monde trouvent dans le [[Christ]] le véritable trésor !
}}
{{Réf Livre
|titre=Kadicha
|auteur=Alexandre Najjar
|éditeur=Plon
|année=2011
|page=76
}}
 
Utilisateur anonyme

Menu de navigation