Différences entre versions de « Robert Desnos »

Sauter à la navigation Sauter à la recherche
6 octets supprimés ,  il y a 6 ans
aucun résumé de modification
m (Robot : migration de 5 liens interwiki fournis maintenant par Wikidata à Q170095)
— Mais je suis à pied !
Sourires mielleux, grossières insultes : Je me sauve. Ils restent sur le pas de la porte à remuer les bras et à agiter leur képi.
Or il n'y a personne dans Paris, plus personne, sauf une vieille épicière morte dont le visage trempe dans un plein compotier de sourires à la crème.</poem>}}{{Réf Article|titre=Pénalités de l'enfer|auteur=RobertaRobert Desnos|publication=Littérature Nouvelle Série|numéro=4|date=Septembre 1922|page=7}}
 
{{citation|citation=Dans la chambre de Vitrac il y a un baril de whisky ; dans celle d'[[Louis Aragon|Aragon]] un cornet à piston ; dans celle de [[Jacques Baron|Baron]] un grand nombre de petits souliers. Sur la porte de la chambre de M. et Mme Breton il y a une inscription effrayante à la craie : « Numérotez vos abatis ! » Je pénètre, la tête de [[Benjamin Péret]] est dans la glace. Je cours à l'Île déserte, une éruption volcanique l'a détruite et [[Benjamin Péret]] sur un petit môle me fait des signes et il lui pousse une barbe immense dans laquelle je m'embarrasse en essuyant mes pieds.}}{{Réf Article|titre=Pénalités de l'enfer|auteur=Robert Desnos|publication=Littérature Nouvelle Série|numéro=4|date=Septembre 1922|page=7}}
Utilisateur anonyme

Menu de navigation