Différences entre versions de « Mustafa Kemal Atatürk »

Sauter à la navigation Sauter à la recherche
m (Révocation des modifications de 78.234.68.153 (discussion) vers la dernière version de 80.201.6.137)
 
Nutuk p.107 de M.KEMAL
 
" Comme le montre clairement que je vois l'aube, j'ai la vision de la hausse des nations opprimées à leur indépendance ... Si une paix durable est demandée, il Il est essentiel d'adopter des mesures internationales visant à améliorer le sort des masses. L'humanité du bien-être devrait prendre la place de la faim et l'oppression ... Les citoyens du monde doivent être éduqués de manière qu'ils ne peuvent plus se sentir l'envie, l'avarice et l'esprit de vengeance. "
 
1932 Société des nations
 
"Nous devons libérer nos concepts de la justice, nos lois et institutions juridiques des liens qui maintiennent un contrôle strict sur nous même si elles sont incompatibles avec les besoins de notre siècle."
 
Paul Dumont: Mustapha Kemal /naissance de la Turquie moderne
 
 
« À moins que la vie de la nation est confrontée à un péril, la guerre est un crime »
Nutuk p.134 de M.KEMAL
 
«Cette nation n'a jamais vécu sans l'indépendance. Nous ne pouvons pas et ne doitdevont pas vivre sans elle. Soit l'indépendance ou la mort. "
 
Nutuk p.148 de M.KEMAL
{{citation|citation=L'homme politique qui a besoin des secours de la religion pour gouverner n'est qu'un lâche ! [...] Or, jamais un lâche ne devrait être investi des fonctions de chef de l'État.}}titre=Mustapha Kémal ou la mort d'un empire
{{Réf Livre|titre=Mustapha Kémal ou la mort d'un empire
|auteur=Jacques Benoist-Méchin
|éditeur=Albin Michel
|page=13
|année=1954
 
|année=1954
 
{{citation|citation=Il faut savoir choisir, [...], entre la révélation passée et la liberté future.}}
{{Réf Livre|titre=Mustapha Kémal ou la mort d'un empire
|auteur=Jacques Benoist-Méchin
|éditeur=Albin Michel
|page=326
|année=1954
}}
 
{{citation|citation=N'est-ce pas pour le Calife, pour l'Islam, pour les prêtres et pour toute cette vermine que le paysan turc a été condamné à saigner et à mourir pendant des siècles sous toutes les latitudes et sous tous les climats ? Il est temps que la Turquie songe à elle-même, qu'elle ignore tous ces Hindous et Arabes qui l'ont menée à sa perte. Il est grand temps, je le répète, qu'elle secoue définitivement le joug de l'Islam ! Voilà des siècles que le califat se gorge de notre sang.}}
{{Réf Livre|titre=Mustapha Kémal ou la mort d'un empire
|auteur=Jacques Benoist-Méchin
Utilisateur anonyme

Menu de navigation