Serafín Fanjul

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Serafín Fanjul (2015).

Serafín Fanjul (né en 1945 à Lugo) est un arabisant espagnol, spécialiste de la philologie sémitique. Formé à l'Université Complutense de Madrid, il a été ensuite directeur du Centre culturel hispanique du Caire.

Citations[modifier]

Il n'y eu pas de confrontation permanente, mais il n'y eut pas non plus d'harmonie ou de tolérance sans limites: tout dépendait des circonstances concrètes et surtout de la proportion plus ou moins dominante des musulmans. Plus le pourcentage de ces derniers était important, moins la société était tolérante. Les communautés soumises voyaient certains de leurs droits (non pas bien sûr la totalité) reconnus en tant que groupes. Une reconnaissance de droits du groupe, et non pas de l'individu, qui n'a jamais été faite sur un pied d'égalité avec les musulmans.
  • À propos de la manière dont les musulmans d'al-Andalus gouvernaient.


Le royaume de Grenade (1238-1492), n'était pas non plus identique à l'al-Andalus de la période antérieure. Il s'agissait d'une société monoculturelle, avec une seule langue, une seule religion. Une société terriblement intolérante, par instinct de survie, puisqu'elle était acculée à la mer.


L'expulsion se produit en raison de l'impossibilité d'assimiler les morisques. Leur connivence avec les pirates turcs et barbaresques est plus que démontrée. Elle était d'ailleurs normale et logique de leur point de vue. Mais ils conspiraient aussi avec l'Angleterre et la France d'Henri IV, alors ennemie de l'Espagne. Les morisques établis en Béarn étaient en contact avec les huguenots. Après la conversion au catholicisme du roi Henri IV, celui-ci reçut, en 1602, les demandes d'aide de morisques qui lui offraient en retour d'agir comme "cinquième colonne" en Espagne.
  • « Le mythe d'al-Andalus », Serafín Fanjul, La Nouvelle Revue d'Histoire (ISSN 1764-2019), nº 62, septembre-octobre 2012, p. 32-33


Le multiculturalisme est une belle utopie sans aucun rapport avec la réalité: les communautés majoritaires ont toujours tendance à absorber les petites et leur résistance entraîne les frictions.


Les pouvoirs religieux d'al-Andalus cherchèrent toujours l'islamisation totale et il y eut des exodes massifs de chrétiens vers le nord, jusqu'au XIIe siècle, comme il y eut ensuite ceux des morisques vers le nord de l'Afrique.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :