Maurice Kamto

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Maurice Kamto est un homme politique camerounais.

Il est des moments où il est criminel de se taire, dit en 1992 [1].


« Chacun de nos amis politiques qui recouvre la liberté est l'expression de notre victoire sur le chemin que nous avons emprunté ; car au fond, qu'est-ce que nous célébrons ici cet après-midi, sinon les prémices de la victoire sur l'injustice et la dictature ! Et je voudrais le dire à ceux qui nous suivent, nous ne cherchons pas la violence, nous ne cherchons pas la bagarre, mais nous ne fuirons pas nos responsabilités. Que ceux qui nous broient avec la machine de l'État qu'ils soient vivants lorsque ce moment-là va arriver. Qu’ils voient les merveilles de l'amour entre les Camerounais. D’un peuple qu’on veut diviser, fractionner, opposer les uns aux autres, distiller la haine ; moi je n'ai pas reçu la haine en héritage, alors je ne donnerai pas la haine en héritage. »


« Je suis particulièrement heureux de revenir de la prison centrale ce jour avec nos 2 amis politiques ici présent, je vous ai dit et je le répète ici, aujourd'hui à Bafoussam ils vont nous fracasser avec les matraques, nous allons les fatiguer avec la paix !. Toute lutte comme celle que nous menons est une course d'obstacles. Et c'est un chemin qui est long et ce sont les plus résistants, les plus résilients qui arrivent au bout ; qui arrivent à terme » [2].

Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :

  1. Fanny Pigeaud, « A2 août 2011u Cameroun de Paul Biya », sur Google Books, Karthala Editions, (consulté le 7 novembre 2021), p. 171.
  2. Equinoxe Télévision, « Discours de Maurice Kamto au siège de son parti à Bafoussam lors de à la libération de deux militants du MRC. », sur Youtube (consulté le 22 novembre 2021).