Marie-Thérèse d'Autriche

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Marie-Thérèse d'Autriche

Marie-Thérèse d'Autriche (Maria Theresia Walburga Amalia Christina von Habsburg), née le 13 mai 1717 à Vienne et morte dans la même ville le 29 novembre 1780, fut archiduchesse d'Autriche, reine de Hongrie, de Bohème et de Croatie, etc, épouse de François-Étienne de Lorraine (l'empereur François Ier). Surnommée « La Grande », elle est connue dans l'histoire comme l'impératrice Marie-Thérèse. Par mariage, elle a été duchesse de Lorraine et grande-duchesse de Toscane.

Citation de Marie-Thérèse d'Autriche[modifier]

Plutôt les Turcs devant Vienne, plutôt la cession des Pays-Bas à la France, plutôt des concessions à la Bavière et à la Saxe que de renoncer à la Silésie !
  • Citation rapportée de Marie-Thérèse d'Autriche
  • « L'impératrice Marie-Thérèse », David Tarot, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 64, Janvier-Février 2013, p. 46


Citations sur Marie-Thérèse d'Autriche[modifier]

Fervente catholique, Marie-Thérèse incarne, de son vivant, la pieta habsburgica qu'elle contribua à faire rayonner dans l'Empire, ce qui ne l'empêchera nullement de renforcer ses droits régaliens en cherchant à accroître le contrôle de l'État sur l'Église.
  • « L'impératrice Marie-Thérèse », David Tarot, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 64, Janvier-Février 2013, p. 48


Dans un bilan du règne de la grande impératrice, Francois Fejtö écrit : "Une fois la guerre finie, son pouvoir consolidé, Marie-Thérèse, conseillée par le chancelier Kaunitz, l'un des grands hommes d'État du XVIIIè siècle, se mit à pratiquer de manière douce l'absolutisme éclairé. Cette femme, à l'intelligence et à l'élévation d'esprit qui forcent l'admiration, pensait des Hongrois et de ses autres peuples que « l'on peut tout obtenir d'eux, à condition qu'on les traite bien et avec amitié ». Sa gracieuse bienveillance séduisit aussi bien les magnats hongrois que la noblesse des Pays-Bas et celles de ses possessions italiennes, où elle laissa un bon souvenir.
  • « L'impératrice Marie-Thérèse », David Tarot, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 64, Janvier-Février 2013, p. 48


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :