Kitia Touré

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
(Redirigé depuis Kitia toure)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Kitia Touré est un écrivain, réalisateur, scénariste et enseignant ivoirien né en à Ayamé (Côte d'Ivoire) et mort en .

L'arbre et le fruit, 1979[modifier]

Le chasseur reconnait toujours la taille du gibier qu’il suit à la grandeur de l’empreinte que l’animal laisse dans la boue.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 7


Il ne faut jamais cacher l'aiguille qui doit servir à recoudre le pantalon, sinon c'est vous qui resterez le cul à l'air.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 8


Seules, deux rivières de même couleur peuvent se compénétrer sans accuser des disparités.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 9


Pour avoir les deux mains propres, il faut que celles-ci se lavent réciproquement.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 10


Mets le canari sur le genou et Dieu te donnera la force nécessaire pour l’élever jusque sur la tête.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 14


On veut toujours toucher la lune alors qu’on a les pieds sur la terre.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 15


Le poussin n’avale que le grain de la taille de son gosier.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 15


La chèvre s’assure toujours de l’état de santé de la femme avant de s’aventurer à lui manger son igname.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 17


Quand on savoure une mangue, on ne déterre pas les jeunes manguiers.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 17


Pour faire entendre de la musique, les grands arbres de la forêt ont besoin de se frotter harmonieusement l’un contre l’autre.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 23


Sache seulement que lorsque lorsqu'on s’asseoit sur la dent d’un caïman, on se garde bien de lui dire que sa bouche sent mauvais.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 24


Père, l’arbre a beau être un arbre fruitier, quand le moment de l’abattre est arrivé, il faut l’abattre.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 24


On ne grimpe jamais sur un arbre pour observer la danse par laquelle on honore son père. On s’assied près de lui pour jouir pleinement de sa présence.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 24


Quand on mange un avocat, on n’est pas obligé d’emporter l’avocatier ou d’en faire sa propriété.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 25


D'autre part, vous ne jetez pas à la poubelle votre propre couteau, même s’il vous a blessé, sinon vous le regretterez le lendemain.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 26


Quand la chute est amortie par les lianes, il ne faut pas se mettre à gémir, mais chercher simplement à descendre de l’arbre.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 26


Un garçon qui tend le sexe en urinant, pour que l’urine tombe loin devant lui, a quand même ses pieds aspergés par les dernières gouttes.
  • L’arbre et le fruit, Kitia Touré, éd. Saint-paul, coll. « Les classiques africains », 1979  (ISBN 2-850-49-157-8), p. 32