Jacques Heers

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Heers (1942).

Jacques Heers, né le 6 juillet 1924 à Paris et mort le 10 janvier 2013 à Angers, est un historien français.

Citations de Jacques Heers[modifier]

[…] l'on cite communément Dante, Pétrarque ou Boccace, les Pisani et Giotto. Avons-nous toujours présent à l'esprit que la Divine Comédie a été écrite en 1307 et 1321, les sonnets de Pétrarque en 1327, le Décaméron entre 1350 et 1355 ? Que Nicolas Pisani termine la chaire du baptistère de Pise en 1267. Nous voici longtemps avant l'année 1453 et autres dates charnières généralement proposées pour le passage du Moyen-Âge à la renaissance.
  • « Un maître du Moyen-Âge, Jacques Heers », Pauline Lecomte, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 29, mars-avril 2007, p. 11


[…] ils font découvrir et mettent désormais l'accent sur l'importance, voire l'omniprésence de l'alleu, propriété paysanne libre de toute sujétion économique. Opposer seigneurs et paysans conduit de plus à refuser d'étudier la belle vigueur des communautés paysannes, capables de prendre leur destin en main et même d'imposer les droits de ban de la même façon que les « seigneurs ». C'est enfin, par habitude et paresse ou par volonté délibérée de gauchir le propos, feindre d'ignorer que, dès les années 1300, les bourgeois des villes avaient acquis un nombre considérable de terres, de seigneuries et de droits féodaux.
  • « Un maître du Moyen-Âge, Jacques Heers », Pauline Lecomte, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 29, mars-avril 2007, p. 12


Les traductions du grec en langue arabe et de l'arabe au latin, que l'on attribue généralement à Avicenne et à Averroès sont apparues relativement tard, alors que tous les enseignements étaient déjà en place en Occident et que cela faisait plus d'un siècle que la logique directement inspirée d'Aristote, était reconnue comme l'un des sept « arts libéraux » du cursus universitaire.
  • « Un maître du Moyen-Âge, Jacques Heers », Pauline Lecomte, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 29, mars-avril 2007, p. 13