Initiative populaire suisse du 29 novembre 2009 contre la construction de minarets

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'initiative populaire suisse du 29 novembre 2009 contre la construction de minarets est une initiative populaire suisse lancée par certains membres de l'Union démocratique du centre et soutenue par l'Union démocratique fédérale pour ancrer dans la constitution le principe de l'interdiction de la construction de minarets sur le territoire national.

Citations[modifier]

L'islam est une religion qui ne fait pas de distinction entre l'Église et l'État. On pourrait la qualifier de religion politique. Dans certains pays européens, cela débouche sur des exigences de législation parallèle. Nous ne voulons pas de ça en Suisse. En s'en prenant au minaret qui est un symbole de pouvoir, notre initiative entend placer un garde-fou avant que la situation soit irréversible.
  • À propos du débat sur l'initiative populaire.


L'article 72 de la Constitution charge la Confédération et les cantons de préserver la paix religieuse. L'ajout d'un alinéa 3 interdisant l'érection de minarets ressemble à s'y méprendre aux dispositions de la Constitution radicale de 1874 interdisant jusqu'à l'aube du XXIe siècle la création d'évêchés (art. 50 al. 4), la fondation de couvents (art. 52), les jésuites (art. 51) et l'éligibilité des ecclésiastiques au Conseil national. Ces interdictions sont restées en vigueur jusqu'à la révision de 1999, voire jusqu'au référendum du 13 juin 2001 pour les évêchés. C'est dire qu'hier encore la moitié catholique de la population suisse s'accommodait d'importantes intrusions de l'État dans la liberté d'une Église à s'organiser librement. C'est dire aussi que ces intrusions ne constituent pas une atteinte au noyau dur de la liberté constitutionnelle de croire et de célébrer le culte de son choix.
  • À propos du débat sur l'initiative populaire.


La liberté d'expression est une valeur importante dans notre État. Nous devons la préserver, que cette expression plaise ou non. Et nous devons veiller à ce que des opinions politiques n'entraînent pas une censure sous-jacente.
  • À propos du débat sur l'initiative populaire et des affiches censurées des partisans de l'initiative pour leur interdiction.


Ceux qui demandent l'interdiction des minarets voient un lien entre la volonté d'affirmer une présence visible de l'islam en Suisse, symbolisée par l'érection de minarets, et celle d'exiger des croyants musulmans une soumission à la loi religieuse, en conflit potentiel avec la loi civile.
  • À propos du débat sur l'initiative populaire.


Les pays qui nous entourent, voire les pays musulmans, manifestent de la compréhension pour les inquiétudes de la population suisse à propos de la coexistence pacifique, de l'intégration des étrangers et de l'extrémisme politique, inquiétude qui, selon la radio alémanique du 5 novembre, ont été confirmées à l'ambassadeur de la Suisse auprès des Nations Unies, Peter Maurer, en particulier par des diplomates de pays musulman qui sont eux-mêmes confrontés à l'influence grandissante du wahhabisme, forme extrême de l'islamisme politique instrumentalisée par les États-Unis, comme la excellemment montré Robert Dreyfuss dans son ouvrage "Devil's Game: How the United States Helped Unleash Fundamentalist Islam".
  • À propos des suites de l'Initiative populaire suisse du 29 novembre 2009 contre la construction de minarets.
  • « "Etends tes racines dans les profondeurs inaccessibles aux grands froids du monde" », ts, Horizons et débats (ISSN 1662-4599), nº 48, 14 décembre 2010, p. 1


Quant aux minarets, pour moi, ce n'est pas un sujet majeur, mais bon, si on n'est plus capable de défendre notre civilisation judéo-chrétienne...
  • À propos de l'Initiative populaire suisse du 29 novembre 2009 contre la construction de minarets.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :