Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause !

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause ! est un film de Michel Audiard sorti en 1970.

Citations[modifier]

Germaine : La dernière vision de Monsieur Liéthard était une paire de jambes finement gainées de soie. On peut dire qu'il partait sur une bonne impression.
  • Annie Girardot, Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause (1964), écrit par Michel Audiard


Répliques[modifier]

Marcel : Ben v'la que tu lis, maintenant ?
Germaine : Bah je lis pas, j'apprends l'espagnol !
Marcel : Ah parce que pour le balai et le plumeau, tu crois que...
Germaine : Bah tu parles ! Dans mes ménages, si j'sais pas l'espagnol, bah nada ! J'ai pas de boulot...

  • Jean Carmet, Annie Girardot, Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause ! (1970), écrit par Michel Audiard


Alexandre Liéthard : Mais... Mais je n'ai pas pris mes ablutions, le ménage n'est pas fait... Vous voudrez bien me pardonner le désordre.
M. Gruson : Je parle du vrai désordre, Liéthard. Car ce désordre-ci n'est qu'un petit désordre à côté du grand et fondamental désordre de votre existence.
Alexandre Liéthard : Quelle envolée, quel style, monsieur le principal ! Du Bossuet, dès le matin !
M. Gruson : Seriez-vous impertinent ?
Alexandre Liéthard : Monsieur le principal...
M. Gruson : Le moment serait en effet mal choisi. A moins que vous soyez de la race de ceux qui montent à la guillotine en chantant... C'était une image.
Alexandre Liéthard : Saisissante...


M. Gruson : D'homme à homme, Liéthard... Dans quel vice affreux, inavouable, dilapidiez-vous l'argent de nos clients, hmm ? Depuis combien de temps puisiez-vous dans la caisse ? J'ai passé la nuit à faire et refaire les additions. Y a un trou. Vingt mille francs. Deux millions anciens, dans vos comptes... Liéthard, remettez-moi cet argent. Nous dirons qu'il s'agissait d'un égarement passager, une folie sentimentale.
Alexandre Liéthard : Et, si je refuse ?
M. Gruson : J'avertis dès aujourd'hui le Président Directeur Général Monsieur Brimeux, et demain matin, vous êtes en prison.
Alexandre Liéthard : Mais... Si Monsieur Brimeux me disait, euh... "Mon petit Liéthard, les femmes coûtent cher, je sais ce que c'est, je vous pardonne". Hein ? Si Monsieur Brimeux était un homme de cœur ?
M. Gruson : Il ne serait pas Président Directeur Général...
Alexandre Liéthard : Évidemment...


Marcel : On est extrêmement surveillé, dès qu'on essaie de faire le bien...
Germaine : Ah bah je sais pas, j'ai jamais essayé !

  • Sim, Annie Girardot, Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause ! (1970), écrit par Michel Audiard


M. Brimeux : Dites-moi, Liéthard...
Alexandre Liéthard : Monsieur le Président Directeur Général ?
M. Brimeux : Avez-vous des nouvelles de M. Gruson ? Sixième jour d'absence, aucun mot d'excuse...
Alexandre Liéthard : Aucune nouvelle, monsieur le Président Directeur Général.
M. Brimeux : Vous avez travaillé dix ans sous ses ordres ? Gruson ne vous a jamais fait de confidences ? Enfin, il avait pas d'ennuis de santé, ni de soucis d'argent ?
Alexandre Liéthard : ...
M. Brimeux : Les chevaux ?
Alexandre Liéthard : Ah non, non, Monsieur le Président...
M. Brimeux : Les femmes ?
Alexandre Liéthard : ...
M. Brimeux : Un ancien louveteau ! Secouriste breveté ! Médaillé du travail !


Alexandre Liéthard : Je crains déjà d'être importun, je ne voudrais pas être indélicat.
Francine : Madame Mareuil est au courant, elle sait que vous êtes une ordure.
Alexandre Liéthard : (Rassuré) Ah bon !

  • Liéthard revient extorquer Francine et découvre qu'elle n'est pas seule.
  • Bernard Blier, Mireille Darc, Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause ! (1970), écrit par Michel Audiard


Alexandre Liéthard : C'est d'ailleurs parce que je comble une jeune personne de ma magnificence que je suis dans la détestable obligation de vous redemander un petit effort.
Francine : Mon argent chez une pute, avoue que c'est le comble !
Alexandre Liéthard : C'est le retour aux sources...
Francine : Grossier personnage !
Jannou : T'as vu sa tronche ? Il doit payer une surtaxe...
Alexandre Liéthard : Ah ! Votre amie est désagréable, je vous pénalise de dix pour cent. Ça fera vingt-deux mille en tout.
Francine : Où voulez-vous que je les prenne ?
Alexandre Liéthard : Ma chère amie, si je savais où trouver une somme pareille, je n'en serais pas réduit à d'aussi pénibles démarches !


Alexandre Liéthard : J'ai déjà vu des faux-culs, mais vous êtes une synthèse !
....
Alexandre Liéthard : J'attendais ça. L'injustice, les apparences... Ça a l'air d'un crime crapuleux, hein ? Si, si, dites-le ! J'ai tué Gruson pour deux millions, c'est ça qui donne à croire, hein ? Mais c'gros con-là m'emmerdait depuis dix ans ! Tenez Monsieur, je vous jure sur mon honneur, sur ce que j'ai de plus sacré, que je l'aurais buté à l'œil !
Marcel : Oh que c'est bien !

  • Bernard Blier, Sim, Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas, mais... elle cause ! (1970), écrit par Michel Audiard