Éric Bertinat

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Éric Bertinat, né en 1956 à Genève, est une personnalité politique suisse membre de l'Union démocratique du centre.

Citations[modifier]

Une récente estimation (...) évalue les actifs de la BCE entre 2700 et 3000 milliards d'euros. Les actifs comprennent l'argent qu'elle a prêté ainsi que les créances douteuses des banques et des pays membres de l'UE. Quand aux fonds propres, ils s'élèvent à 13,3 milliards. Nous avons donc une effet multiplaticatif de 203. A ce niveau-là, la BCE n'est pas une banque: c'est le plus dangereux des hedge funds!
  • « L'engrenage grec », Éric Bertinat, ASIN bulletin, février 2012, p. 7


À Genève, les timides tentatives de protectionnisme du Conseil d'État (privilégier les chômeurs locaux au sein des établissements publics) se sont rapidement heurtées non seulement à une levée de boucliers gaulois mais aussi à celle du Conseil fédéral qui juge discriminatoire toute mesure qui consisterait à préférer un résident genevois à un frontalier européen. Une posture qu'adopte également le patronat genevois qui rappelle que "les patrons sont prêts à vérifier si un chômeur compétent est disponible, mais cela doit en aucun cas devenir contraignant car la liberté d'entreprise est primordiale" (...). Reste que les cantons frontaliers connaissent un taux de chômage double de celui du reste de la Suisse. Le miracle économique de la libre circulation n'est pas pour eux.
  • « La libre circulation en chiffres », Éric Bertinat, ASIN bulletin, mars 2012, p. 7


Au sortir du scrutin cantonal, il y a une victime: Genève. Du moins la Genève calme et sûre, celle qu'apprécient les touristes, celle capable d'offrir à sa population un emploi, un logement et une mobilité supportable pour les privés comme pour les professionnels. Les Genevois lui ont préféré celle du plan directeur cantonal 2030, sa surdensification qui les conduira à accueillir 100000 personnes supplémentaires, ses routes bondées et en perpétuel chantier, ses difficultés de parquer, le CEVA et le PAV, ses transports publics gavés de voyageurs, ses gares CFF/SNCF rejetant leurs milliers de voyageurs au cœur de la cité. Bref le Grand Genève. Les Genevois lui ont aussi préféré une population nouvelle et hétérogène venue chercher du travail. Les logements que nous construisons massivement seront accordés aux milliers de nouveaux venus qui, chaque année, rempliront au fur et à mesure les appartements mis sur le marché. Nos infrastructures exploseront elles aussi.
  • « La libre circulation en chiffres », Éric Bertinat, Tribune de Genève, 20 avril 2018, p. 2


Le Grand Genève nous offrira ses chômeurs français, sa pègre, sa pollution sur nos routes, dans nos trains ou dans notre aéroport. Et nous regarderons tout cela en geignant parce que nous sommes nous aussi chômeurs, "en recherche d'emploi", préretraités, recalés du mondialisme.
  • « La libre circulation en chiffres », Éric Bertinat, Tribune de Genève, 20 avril 2018, p. 2


La famille, qui est la base de toute société, est attaquée jusque dans sa substance même. Pour moi, l'Etat doit assumer son rôle en fixant un cadre juridique privilégiant la durée et la stabilité de la vie familiale. Je privilégierai à Berne une politique de la famille centrée sur la valorisation du mariage fécond et responsable sur le plan éducatif. La famille a besoin de la politique et la politique a besoin de la famille.
  • « “La fracture sociale est un réel danger pour notre économie” », Éric Bertinat, Tout l'Immobilier, nº 963, / octobre 2019, p. 16


Avec l'ouverture au marché européen et à ses 400 millions de travailleurs, la pression sur l'emploi ne faiblira jamais. Au contraire. La concurrence est très forte pour nos enfants, pour nos concitoyens. Les jeunes n'ont pas assez d'expérience; les personnes de plus 50 ans coûtent trop cher à l'employeur. La fracture sociale est un réel danger pour notre économie, elle éclatera une jour et placera la Suisse dans la situation de nos voisins, que je ne trouve guère enviable. Il faut donc protéger les marché de l'emploi et ne pas hésiter à se poser la question de la poursuite de l'Accord sur la libre-circulation (…)
  • « “La fracture sociale est un réel danger pour notre économie” », Éric Bertinat, Tout l'Immobilier, nº 963, / octobre 2019, p. 16


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :