Union européenne

Citations « Union européenne » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau de l'Union européenne

L’Union européenne (UE) est une association de vingt-huit États indépendants qui ont, par un traité, délégué l'exercice de certaines compétences à des organes communs destinés à coordonner leur politique dans un certain nombre de domaines, sans constituer cependant un nouvel État superposé aux États membres. L'UE est une association d'États qui a pour principe de respecter la souveraineté internationale de ses membres, au regard du droit international, son statut résulte d'un traité qui ne peut être modifié que par l'accord unanime de tous ses signataires.


Citations[modifier]

(…) dans l'Union européenne, le pouvoir n'est pas détenu par le peuple mais par des collectifs anonymes : un conglomérat de Conseil des ministres, autorités, Conseil national et administrations. Ils fonctionnent en compositions variables et à portes closes. Les fonctionnaires ne rendent pas de comptes aux électeurs. Individuellement, ils n'assument aucune responsabilité. Ils ne sont fidèles qu'aux procédures qu'ils ont créées eux-mêmes. Aucun tribunal ne juge leurs résultats.

  • « L'Union européenne et l'État de droit », Franz Ludwig Schenk Graf von Stauffenberg, Exposés à l'occasion de la 24e assemblée générale ordinaire de l'Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN) du 25 avril 2009 à l'hôtel national à Berne., Juillet 2009, p. 16


Pourtant l'UE avait posé des conditions strictes à ses États membres. On ne permettait pas à n'importe quel État d'adhérer. Un État ne pouvait y adhérer que s'il était un État de droit démocratique, connaissant la séparation des pouvoirs. Mais l'UE ignore ces critères lorsqu'il s'agit d'elle-même. Si elle était elle-même un État, elle ne pourrait pas adhérer à l'UE !

  • « L'Union européenne et l'État de droit », Franz Ludwig Schenk Graf von Stauffenberg, Exposés à l'occasion de la 24e assemblée générale ordinaire de l'Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN) du 25 avril 2009 à l'hôtel national à Berne., Juillet 2009, p. 14


La séparation des pouvoirs, qui est une des conditions d’existence de l'État de droit depuis Montesquieu, est bel et bien morte au sein de l'Union européenne.

  • « L'Union européenne et l'État de droit », Franz Ludwig Schenk Graf von Stauffenberg, Exposés à l'occasion de la 24e assemblée générale ordinaire de l'Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN) du 25 avril 2009 à l'hôtel national à Berne., Juillet 2009, p. 13

"L'Union européenne, d'accord, ce n'est pas le paradis escompté, mais vous n'avez pas le droit d'en sortir", nous serine-t-on en substance. Il serait donc impossible de "sortir de l'Europe". Au delà des nuées de sauterelles, des pluies de crapauds et d'autres plaies divines qui s'abattraient sur le pays qui aurait l'audace de vouloir se retirer, on a longtemps invoqué le fait que les traités étaient conclus pour une durée "illimitée". Cette fable, mille fois répétée, jamais vérifiée (et même: jamais discutée), ne résiste pas à une analyse sérieuse.

  • « Sortir de l'euro? Sortir de l'Union? Est-ce juridiquement possible? », Bruno Gollnisch, NationsPresseMagazine, nº 24, mars 2012, p. 10


Mais pour l'Europe, c'est autre chose, car, à part quelques référendums court-circuités; une "gouvernance" centrale non élue et autoritaire; une politique économique qui conduit certaines populations à la misère et les jette dans les rues, pendant que les autres paient à leur corps très défendant pour "sauver" les premières ; et enfin, on ne le répétera jamais assez, des lois pénales qui bâillonnent les mal-pensants, l'Union européenne est la communauté la plus pacifique, la plus réconciliatrice, la plus démocratique et la plus respectueuse des droits de l'homme qui se puisse concevoir, et tout le monde le sait. la preuve ? Il paraît que 80 % des Suisses seulement s'opposeraient à une adhésion de notre pays à ce paradis terrestre.

  • « Bricoles », Mariette Paschoud, Le pamphlet, nº 418, octobre 2012, p. 1


Les Suisses doivent comprendre avant tout ceci: ceux qui commandent à Bruxelles vous méprisent. Ils haïssent la Suisse et souhaitent la faire disparaître. Elle prouve en effet que l’on peut fort bien prospérer à l’extérieur de l’UE. Cela ne plaît pas à Bruxelles. Malheureusement, le gouvernement suisse se montre ces derniers temps plutôt faible. Je ne peux que constater que la Suisse ne devrait pas se laisser tyranniser.

  • « LA COMMUNAUTARISATION DE L’EUROPE EST TRÈS RISQUÉE », Nigel Farage, Bulletin de l'ASIN (ISSN 2234-973), nº 7 février 2013, Entrevue au Sonntagsblick le 03.02.2013, p. 6


Voir aussi[modifier]

Autres projets: