True Romance

Citations « True Romance » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

True Romance est un film américain de 1993, réalisé par Tony Scott sur un scénario de Quentin Tarantino.

Citations[modifier]

Alabama (en voix off) : Il a fallu que je fasse toute la route depuis mon petit bled perdu au fin fond de la Floride jusqu'à la grisaille de Detroit pour trouver l'amour de ma vie. Même en gambergeant pendant un million d'années, il me serait jamais venu à l'idée d'associer l'amour avec la capitale de l'automobile. Et aujourd'hui encore, tout ce qui a suivi ressemble à un rêve lointain. Pourtant, ce rêve était bien vrai et il a changé nos deux vies à tout jamais. Je demandais sans arrêt à Clarence pourquoi le monde s'écroulait autour de nous, pourquoi tout paraissait si merdique, et il me répondait « parce que les choses se passent comme ça, mais n'oublie pas, ça peut aussi se passer dans l'autre sens. » L'amour c'est pareil, généralement ça se passe comme ça, mais quelquefois ça peut aussi se passer dans l'autre sens.

  • Patricia Arquette, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Alabama : Va voir dans ta chambre. Y a une lettre sur la télé, et elle te dit « Cher Clarence » et ensuite plus rien, j'ai bloqué. Et je me suis dit, Alabama, il faut lui avouer. Faut que tu lui expliques la vérité, et s'il te dit d'aller te faire mettre chez Drexl, bon ben tu retournes te faire mettre chez Drexl, voilà tout ce que tu mérites.
Clarence : Quoi Drexl ? C'est quoi Drexl ?
Alabama : Ta gueule ! Je me libère dans ma tête ! Écoute, je suis call-girl depuis exactement quatre jours et tu es mon troisième client. Je veux que tu saches que je suis pas une marchandise avariée, je suis pas du tout ce qu'on appelle une poufiasse et je suis vraiment une fille bien. Et puis, si je me branche avec un mec, je suis 100%, je suis 100% monogame.
Clarence : Avec un seul mec, c'est ça ?
Alabama : Exactement. Si je suis avec toi, alors je suis avec toi et ça veut dire avec personne d'autre.

  • Patricia Arquette et Christian Slater, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Clarence : Écoute, je voudrais regarder cette histoire avec un peu de sang-froid. Tu viens juste de dire que tu m'aimes, si je dis que je t'aime aussi, allons-y et advienne que pourra, mais si d'un coup je mets mon âme à nu et si toi tu me mens, j'en creverai.

  • Christian Slater, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Drexl : Où elle est passée cette pute ?
Clarence : Elle est avec moi.
Drexl : Qui tu es, ducon ?
Clarence : Je suis son mari.
Drexl : Toi ?! Alors, toi et moi on est beau-frères on dirait. Assieds-toi gamin, prends-toi un rouleau de printemps. Y a tout un choix, au poulet, aux crevettes, à la pisse de chat, tout.
Clarence : Non merci.
Drexl : Tu dis non ? Et pourquoi ? T'as trop les chocottes pour manger ? Tu vois, moi je suis assis, tranquille, prêt à négocier, et toi t'as déjà plus rien dans le calcif. Je suis un mystère pour toi. Et moi, je sais exactement ce que tu caches dans ta petite tête. Tu vois, si je t'invite à manger et que t'attrapes une assiette et que tu t'asseois, alors je me dis « cet enfoiré de mec, il est drôlement tranquille, il a pas l'air inquiet. Va savoir, c'est peut-être pas du bidon, faut faire attention. Ce type est tellement fortiche qu'il sait qu'il peut rien lui arriver alors il se vautre et il mate ma putain de télé. » Tu sais, toi t'oses pas encore t'asseoir. Ouais, et à la téloche, y a une pute qui se balade avec les doudounes à l'air. Et t'as même pas osé y jeter un coup d'œil. C'est juste moi que tu mates. (Il s'éclaire le visage avec une lampe à abat-jour) Je sais que je suis mignon, mais je suis moins sexy qu'une grosse paire de nichons. (Il pousse la lampe en direction de Clarence, qui l'attrape au vol) Il va nous faire une crise !
Clarence : Si je mange rien, c'est que j'ai pas faim. Si je m'asseois pas, c'est que je reste pas. Si je regarde pas, c'est que j'ai déjà vu ce film, y a sept ans. Ça s'appelle The Mack, avec Max Julien, Carol Speed et Richard Pryor. Et j'ai aucune crainte, juste du dégoût. Dans cette enveloppe, y a de quoi payer tes frais. Alabama part pour d'autres aventures plus joyeuses, pas question de discuter, je déteste marchander. Dans cette enveloppe, y a le prix de ma tranquillité. Ma tranquillité, elle vaut ça et pas un penny de plus.
(Drexl ouvre l'enveloppe)
Drexl : Elle est vide.

  • Gary Oldman et Christian Slater, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Clifford Worley (en parlant d'Alabama) : Le petit con a raison, c'est vrai qu'elle a un goût de pêche.

  • Dennis Hopper, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Clifford Worley : Mais de quoi est-ce que vous me parlez ?
Vincenzo Coccotti : Je vous parle d'un massacre. Ensuite, ils ont piqué une pleine valise de drogue et ils se sont taillés. Ils auraient pu s'en tirer mais votre rejeton, petit con qu'il est, a laissé son permis de conduire à côté du cadavre.
Clifford Worley : Je ne vous crois pas du tout.
Vincenzo Coccotti : Oui, ça, ça n'a aucune importance. Ce qui est beaucoup plus important, c'est que moi je vous croies.

  • Dennis Hopper et Christopher Walken, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Vincenzo Coccotti : Vous savez, les Siciliens sont des menteurs-nés, les meilleurs du monde. Je suis sicilien, mon père était le champion toutes catégories des menteurs siciliens. À ses côtés, j'ai appris tout jeune l'art de la pantomime. Lorsqu'un homme dit un mensonge, il y a dix-sept façons de reconnaître les mimiques qui le trahissent. Les hommes ont dix-sept pantomimes, les femmes en ont vingt, nous dix-sept seulement mais, si on les connaît comme les doigts de sa main, ça vaut tous les détecteurs de mensonge. Alors, entre moi et vous, c'est un jeu de « je montre rien et je dis rien ». Vous voulez rien me montrer et rien me dire du tout mais vous allez tout me dire.

  • Christopher Walken, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Clifford Worley : Vous êtes sicilien ?
Vincenzo Coccotti : Oui, sicilien.
Clifford Worley : Vous savez, j'adore lire, surtout des bouquins qui parlent d'histoire. Je trouve ces conneries fascinantes. Et y a un fait historique, je sais pas si vous le connaissez. Les Siciliens ont été procréés par les nègres.
Vincenzo Coccotti (incrédule) : Je vous demande pardon ?
Clifford Worley : Si, si, c'est un fait. Vous voyez, les Siciliens ont du sang noir qui fermente dans leurs artères. Non mais si vous me croyez pas, vous pouvez vérifier. Y a des centaines d'années de ça, les Maures ont conquis la Sicile et les Maures sont des nègres.
Vincenzo Coccotti : Oui.
Clifford Worley : À l'époque, figurez-vous, les Siciliens étaient normaux comme les mecs d'Italie du nord. Les cheveux blonds, les yeux bleus, et tout ça. Mais quand les Maures sont arrivés, ils ont changé le pays tout entier. Ils ont tellement baisé avec les Siciliennes, mon pote, qu'ils ont changé le sort du pays à tout jamais, et c'est pour ça que les blonds aux yeux bleus sont devenus des basanés aux yeux noirs. Je trouve ça absolument stupéfiant, non ? De penser qu'aujourd'hui, après des siècles et des siècles, que les Siciliens ont gardé leurs gênes de nègres et tout ça. (Coccotti échange un regard stupéfait avec ses hommes de main) Non, je blague pas, je cite des faits historiques, c'est écrit. C'est écrit dans les livres.
Vincenzo Coccotti : Je l'adore ce gars.
Clifford Worley : Mais c'est vrai. Et oui, tes ancêtres étaient des nègres, c'est comme ça. Et ton arrière-arrière-arrière-arrière-arrière grand-mère s'est fait un nègre. Et ses enfants étaient à moitié nègres. Alors, si c'est un fait établi, dis-moi, est-ce que je te mentirais ?
Vincenzo Coccotti : Non.
Clifford Worley : Et toi, tu es ce qu'on appelle café au lait. (Les deux hommes éclatent de rire)

  • Dennis Hopper et Christopher Walken, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Clarence : Il s'agit du docteur Jivago, vos salles vont faire le plein pendant un an au moins. Et même deux ans, deux ans de tranquillité sans avoir besoin de film complémentaire.
Lee Donowitz : À toi tout le marché, hein ? Mais pourquoi t'es si pressé que ça ?
Clarence : Je veux pouvoir annoncer ce deal avant Cannes, c'est tout. Si j'avais le temps, je vous tiendrais la main, je vous ferais la cour aux chandelles et on publierait les bans, mais j'ai pas le temps. J'ai besoin de savoir ici et maintenant si on va au lit ensemble ou si on divorce. Si vous voulez mon film, Lee, il faut faire la balance entre votre trouille et votre désir.

  • Christian Slater et Saul Rubinek, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Virgil : La première fois que tu butes un mec, c'est pas facile. T'as un peu l'impression d'être une chiotte comme Jack l'éventreur. Tu te rappelles ce con au Texas en haut de cette putain de tour et qui flinguait à tout va. Il a bousillé des tas de gens mais quand il a ajusté sa première silhouette tout en bas, là il a pas dû se marrer. Le premier client, c'est vache, je te jure. Le deuxième, c'est pas la fête mais tu te sens déjà moins merdeux. Tu tremblotes encore un peu, c'est d'accord, sauf que c'est un peu plus dilué alors c'est déjà mieux. J'ai dégueulé à mon premier, c'est marrant hein ? Mais le troisième, alors là c'est du gâteau. Tu travailles peinard, t'as plus de problème. Et maintenant, je vais te dire, ça m'amuse de les voir lentement virer au vert.

  • James Gandolfini, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Clarence : Dans un cas comme ça, vaut mieux avoir un flingue et pas s'en servir que de pas l'avoir si t'en as besoin.

  • Christian Slater, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Clarence : C'est quoi le titre de ce film ?
Lee Donowitz : C'est la suite de Morts sans médaille. On a pas encore de titre mais... Joe a eu une idée ?
Elliot Blitzer : Morts sans médaille 2.
Lee Donowitz : Et ben, ils se sont cassés le fion là. Mon pénis a plus de goût que ce gland.

  • Christian Slater, Saul Rubinek et Bronson Pinchot, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Boris : Je veux une ambulance !
Nicky Dimes : Ta gueule !
Boris : Merde, je pisse le sang.
Nicky Dimes : C'est un corbillard que t'auras. Et ça, c'est pour Cody. (Il l'achève d'une balle)

  • Eric Allan Kramer et Chris Penn, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Alabama (en voix off) : Quelquefois, Clarence me demande ce que j'aurais fait s'il était mort, si cette balle était entrée 5 cm plus à gauche. Et chaque fois je souris, je fais comme si je ne voulais pas lui répondre mais je lui réponds toujours. Je lui dis que j'aurais voulu mourir et puis que le chagrin et l'envie de mourir auraient pâli, peu à peu, comme les étoiles à l'aube, et que tout serait à peu près comme aujourd'hui. Peut-être. Sauf que je n'aurais peut-être pas appelé notre fils Elvis.

  • Patricia Arquette, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Article sur Wikipedia.