Sophocle

Citations « Sophocle » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Buste de Sophocle. Moulage d'un buste de la collection Farnèse (à présent à Naples) au Musée Poushkine de Moscou.

Sophocle, né à Colone en 495 av. J.-C. et mort en 406 av. J.-C., est l'un des trois grands poètes grecs antiques de l'époque classique, avec Eschyle et Euripide. Sept de ses pièces nous sont parvenues (sur plus de cent vingt).

Antigone[modifier]

Je n'aime pas les gens qui se montrent des « proches » en paroles seulement.

  • (grc)

    λόγοις δ᾽ ἐγὼ φιλοῦσαν οὐ στέργω φίλην.

  • Antigone réprouvant la lâcheté d'Ismène.
  • (grc) Tragédies, Sophocle (trad. Paul Mazon), éd. Gallimard, coll. Folio, 1973, p. 103, vers 543


Va, ne laisse pas régner seule en ton âme l'idée que la vérité, c'est ce que tu dis, et rien d'autre. Les gens qui s'imaginent être seuls raisonnables et posséder des idées ou des mots inconnus à tout autre, ces gens-là, ouvre-les : tu ne trouveras en eux que le vide. Pour un homme, pour un sage même, sans cesse s'instruire n'a rien de honteux. Et pas davantage cesser de s'obstiner.

  • (grc)

    Μή νυν ἓν ἦθος μοῦνον ἐν σαυτῷ φόρει,
    ὡς φῂς σύ, κοὐδὲν ἄλλο, τοῦτ’ ὀρθῶς ἔχειν·
    ὅστις γὰρ αὐτὸς ἢ φρονεῖν μόνος δοκεῖ,
    ἢ γλῶσσαν ἣν οὐκ ἄλλος ἢ ψυχὴν ἔχειν,
    οὗτοι διαπτυχθέντες ὤφθησαν κενοί.
    Ἀλλ’ ἄνδρα, κεἴ τις ᾖ σοφός, τὸ μανθάνειν
    πόλλ’ αἰσχρὸν οὐδὲν καὶ τὸ μὴ τείνειν ἄγαν.

  • Hémon essayant de fléchir Créon.
  • (grc) Tragédies, Sophocle (trad. Paul Mazon), éd. Gallimard, coll. Folio, 1973, p. 108, vers 705-711


Œdipe roi[modifier]

Hélas ! Hélas ! qu'il est terrible de savoir, quand le savoir ne sert de rien à celui qui le possède !

  • (grc)

    Φεῦ φεῦ, φρονεῖν ὡς δεινὸν ἔνθα μὴ τέλη (316)
    λύῃ φρονοῦντι

  • Tirésias n'osant pas révéler à Œdipe la vérité sur la mort de Laïos.
  • (grc) Œdipe roi, Sophocle (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. Classiques en poche, 1998, p. 25, vers 316-319


La démesure enfante le tyran.

  • (grc)

    Ὕβρις φυτεύει τύραννον·

  • Le Chœur
  • (grc) Œdipe roi, Sophocle (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. Classiques en poche, 1998, p. 66-67, vers 873


Ah ! puisses-tu jamais n'apprendre qui tu es !

  • (grc)

     Ὦ δύσποτμ’, εἴθε μήποτε γνοίης ὃς εἶ.

  • Jocaste à Œdipe
  • (grc) Œdipe roi, Sophocle (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. Classiques en poche, 1998, p. 80-81, vers 1068


LE CHŒUR. - Regardez, habitants de Thèbes, ma patrie. Le voilà, cet Œdipe, cet expert en énigmes fameuses, qui était devenu le premier des humains. Personne dans sa ville ne pouvait contempler son destin sans envie. Aujourd'hui, dans quel flot d'effrayante misère est-il précipité ! C'est donc ce dernier jour qu'il faut, pour un mortel, toujours considérer. Gardons-nous d'appeler jamais un homme heureux, avant qu'il ait franchi le terme de sa vie sans avoir subi un chagrin.

  • (grc)

    Ὦ πάτρας Θήβης ἔνοικοι, λεύσσετ’, Οἰδίπους ὅδε,
    ὃς τὰ κλείν’ αἰνίγματ’ ᾔδει καὶ κράτιστος ἦν ἀνήρ,
    οὗ τίς οὐ ζήλῳ πολιτῶν ἦν τύχαις ἐπιβλέπων,
    εἰς ὅσον κλύδωνα δεινῆς συμφορᾶς ἐλήλυθεν,
    ὥστε θνητὸν ὄντ’ ἐκείνην τὴν τελευταίαν ἰδεῖν
    ἡμέραν ἐπισκοποῦντα μηδέν’ ὀλβίζειν, πρὶν ἂν
    τέρμα τοῦ βίου περάσῃ μηδὲν ἀλγεινὸν παθών.

  • Derniers vers de la pièce.
  • (grc) Œdipe roi, Sophocle (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. Classiques en poche, 1998, p. 80-81, vers 1523-1530


Philoctète[modifier]

Malgré tout, prince, j'aimerais mieux encore échouer pour avoir agi loyalement que triompher par une vilenie.

  • (grc)

    βούλομαι δ’, ἄναξ, καλῶς
    δρῶν ἐξαμαρτεῖν μᾶλλον ἢ νικᾶν κακῶς

  • Néoptolème, à Ulysse.
  • (grc) Tragédies, tome III (Philoctète ; Œdipe à Colone), Sophocle (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. Collection des universités de France, 1960, p. 13, vers 94-95


Tout un État est dans ses chefs, et une armée de même. Les gens qui se conduisent mal doivent aux leçons de leurs maîtres d'être devenus des méchants.

  • (grc)

    πόλις γὰρ ἔστι πᾶσα τῶν ἡγουμένων
    στρατός τε σύμπας, οἱ δ’ ἀκοσμοῦντες βροτῶν
    διδασκάλων λόγοισι γίγνονται κακοί.

  • Philoctète (parlant d'Ulysse et des Atrides).
  • (grc) Tragédies, tome III (Philoctète ; Œdipe à Colone), Sophocle (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. Collection des universités de France, 1960, p. 24, vers 386-388


L'homme qui sait rendre bienfait pour bienfait est un genre d'ami qui vaut tous les trésors.

  • (grc)

    ὅστις γὰρ εὖ δρᾶν εὖ παθὼν ἐπίσταται,
           παντὸς γένοιτ’ ἂν κτήματος κρείσσων φίλος.

  • Néoptolème, à Philoctète.
  • (grc) Tragédies, tome III (Philoctète ; Œdipe à Colone), Sophocle (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. Collection des universités de France, 1960, p. 34, vers 672-673


Chaque fois que l'on a besoin de telle ou telle espèce d'hommes, je suis de l'espèce qu'il faut ; et si l'on a quelque jour à choisir parmi des justes et des probes, tu ne découvriras personne de plus scrupuleux que moi. Néanmoins je suis ainsi fait que j'entends l'emporter toujours.

  • (grc)

    Οὗ γὰρ τοιούτων δεῖ, τοιοῦτός εἰμ’ ἐγώ·
    χὤπου δικαίων κἀγαθῶν ἀνδρῶν κρίσις,
    οὐκ ἂν λάβοις μου μᾶλλον οὐδέν’ εὐσεβῆ.
    Νικᾶν γε μέντοι πανταχοῦ χρῄζων ἔφυν

  • Ulysse.
  • (grc) Tragédies, tome III (Philoctète ; Œdipe à Colone), Sophocle (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. Collection des universités de France, 1960, p. 49, vers 1049-1051


Avec le droit pour moi, je n'ai pas peur de ton armée.

  • (grc)

     Ξὺν τῷ δικαίῳ τὸν σὸν οὐ ταρβῶ <στρατόν>.

  • Néoptolème, à Ulysse.
  • (grc) Tragédies, tome III (Philoctète ; Œdipe à Colone), Sophocle (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. Collection des universités de France, 1960, p. 57, vers 1251


Mon cher, apprends de tes malheurs à ne pas trop faire le fier.

  • (grc)

    Ὦ τᾶν, διδάσκου μὴ θρασύνεσθαι κακοῖς.

  • Néoptolème, à Philoctète.
  • (grc) Tragédies, tome III (Philoctète ; Œdipe à Colone), Sophocle (trad. Paul Mazon), éd. Les Belles Lettres, coll. Collection des universités de France, 1960, p. 62, vers 1387


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Ressources multimédia sur Commons.

Texte sur Wikisource.

Article sur Wikipedia.