Raymond Radiguet

Citations « Raymond Radiguet » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Raymond Radiguet

Raymond Radiguet (18 juin 1903 à Saint-Maur - 12 décembre 1923 à Paris) est un écrivain français.

Le Diable au corps, 1923[modifier]

Ce qui semble rêve aux autres, plus crédules, me paraissait à moi aussi réel que le fromage au chat, malgré la cloche de verre. Pourtant la cloche existe.


Nous croyons être les premiers à ressentir certains troubles, ne sachant pas que l'amour est comme la poésie, et que tous les amants, même les plus médiocres, s'imaginent qu'ils innovent.


Envisager la mort avec calme ne compte que si nous l'envisageons seul. La mort à deux n'est plus la mort, même pour les incrédules.


Ce qui chagrine, ce n'est pas de quitter la vie, mais de quitter ce qui lui donne un sens.


[Marthe] était comme ces poètes qui savent que la vraie poésie est chose « maudite », mais qui, malgré leur certitude, souffrent parfois de ne pas obtenir les suffrages qu'ils méprisent.


Si la jeunesse est niaise, c'est faute d'avoir été paresseuse.


Ce qui infirme nos systèmes d'éducation, c'est qu'ils s'adressent aux médiocres, à cause du nombre.


Il faut admettre que si le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas, c'est que celle-ci est moins raisonnable que notre cœur.


Comme l'abeille butine et enrichit sa ruche - de tous ses désirs qui le prennent dans la rue -, un amoureux enrichit son amour.


Je me hâtais, comme les gens qui doivent mourir jeunes et qui mettent les bouchées doubles.


Ce n'est pas dans la nouveauté, c'est dans l'habitude que nous trouvons les plus grands plaisirs.


Le malheur ne s'admet point. Seul, le bonheur semble dû.


Personnalités proches de Raymond Radiguet[modifier]

  • Jean Cocteau, le poète français, qui l'encouragea, dès 15 ans, lorsqu'il décida d'arrêter l'école, le conseilla et le fit travailler.

Autres projets: