Propriété

Citations « Propriété » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

La propriété, du latin juridique proprietas « propriété, caractère propre, spécifique » et « droit de possession, chose possédée » à l'époque impériale, conserve actuellement les deux mêmes sens.

Gracchus Babeuf[modifier]

C'est la grande propriété qui a inventé et soutient le trafic des blancs et des noirs qui vend et achète les hommes... C'est elle qui dans les colonies donne aux nègres de nos plantations plus de coups de fouet que de morceaux de pain.

  • in Gracchus Babeuf avec les Egaux, Jean-Marc Shiappa, éd. Les éditions ouvrières, 1991 (ISBN 27082 2892-7), p. 19


La nature n'ayant donné de propriété à personne.

  • in Gracchus Babeuf avec les Egaux, Jean-Marc Shiappa, éd. Les éditions ouvrières, 1991 (ISBN 27082 2892-7), p. 36


Karl Marx[modifier]

le communisme, ce n'est pas l'abolition de la propriété en général, mais l'abolition de la propriété bourgeoise. [...] Le communisme n'enlève à personne le pouvoir de s'approprier des produits sociaux; il n'ôte que le pouvoir d'asservir à l'aide de cette appropriation le travail d'autrui.


Jules Guesde[modifier]

Pas de spoilation, mais au contraire, maintien de la propriété réellement personnelle existante, ou création pour les sans-propriété d'aujourd'hui, de la copropriété de demain. Nous sommes aujourd'hui le seul parti plus que défenseur, créateur de la propriété pour tous.

  • in Jules Guesde, l'apôtre et la loi, Claude Willard, éd. Les Editions ouvrières, coll. La part des hommes, 1991 (ISBN 2-7082-2889-9), p. 70


Yves Guyot[modifier]

le mot propriété s'applique à toutes les utilités possédés par l'homme.

  • La propriété: Origine et Evolution, Thèse communiste (1895), Paul Lafargue, Yves Guyot, éd. Éditions du Sandre, 2008 (ISBN 978-2-914958-65-3), partie Réfutation par Yves Guyot, p. 11


Mao Zedong, La Guerre révolutionnaire[modifier]

Problèmes stratégiques de la guerre révolutionnaire en Chine : La guerre a commencé avec l'apparition de la propriété privée et des classes, et reste la forme suprême de lutte, forme à laquelle on a recours pour résoudre les contradictions existant entre les classes, les nations, les États, les blocs politiques, à une étape déterminée du développement de ces contradictions.

  • La Guerre révolutionnaire, Mao Zedong, éd. 10/18, 1962, partie I, chap. 1, p. 13


Pascal Salin, Libéralisme[modifier]

La propriété est de Droit naturel, pourrait-on dire, et il faut par conséquent protéger les hommes contre les atteintes possibles à leurs droits de propriété. Leur liberté se définit ainsi de manière négative, comme l'absence de contrainte, et la justice consiste tout simplement il respecter la propriété

  • Libéralisme, Pascal Salin, éd. Odile Jacob, 2000, p. 46


Liberté, propriété, responsabilité, tels sont les piliers sur lesquels se fonde le libéralisme. Ces concepts sont évidemment distincts les uns des autres, mais ils sont inséparables : il n'y a pas de liberté sans propriété et la propriété est le fondement de la responsabilité.

  • Libéralisme, Pascal Salin, éd. Odile Jacob, 2000, p. 64

Pierre-Joseph Proudhon, Qu'est-ce que la propriété ?[modifier]

La propriété, c'est le vol !

  • Qu'est-ce que la propriété ? (1840), Pierre-Joseph Proudhon, éd. UQAC, coll. Les classiques des sciences sociales, 2002, p. 18

Cécile Philippe, C'est trop tard pour la terre[modifier]

L’épuisement des ressources n’est pas un trait caractéristique d’un système de marché libre mais plutôt celui d’une absence de définition claire des droits de propriété, comme l’illustre la tragédie des biens communs.

  • C'est trop tard pour la terre, Cécile Philippe, éd. JC Lattès, 2007, p. 64


Autres projets: