Platon

Citations « Platon » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Plato-raphael.jpg

Platon (né en 428/427 av. J.-C. et mort en 348/347 av. J.-C.) est un philosophe grec, disciple de Socrate.

Critias[modifier]

ТIMÉЕ :

Avec quel plaisir, Socrate, j’arrive au terme de ce discours ; il me semble que je respire enfin après une longue route. Puisse ce Dieu que nous venons d’établir et de proclamer tout à l’heure, bien qu’il ne soit pas nouveau, nous tenir compte des vérités que nous avons pu dire, et nous imposer la punition que nous méritons s’il nous est échappé involontairement des choses indignes de lui. Or, la punition due à celui qui s’égare, c’est de l’éclairer. Nous prions donc ce Dieu, pour qu’à l’avenir, en traitant de la génération des Dieux, nous puissions dire la vérité ; nous le prions de nous accorder le plus sûr et le meilleur talisman, la science.


La République[modifier]

Il y a, selon moi, naissance de société du fait que chacun de nous, loin de se suffire à lui-même, a au contraire besoin d'un grand nombre de gens.

  • La République (IVème siècle av. J.-C.), Platon, éd. Pleiade, 1950, partie II, (369c), p. 914


Et, par conséquent, en ce sens encore, la possession, autant que l'accomplissement de ce qui nous est propre et qui est nôtre, on s'accorderait à dire que c'est justice.

  • La République (IVème siècle av. J.-C.), Platon, éd. Pleiade, 1950, partie IV, (433c), p. 1000


Le contraire de cette injustice serait donc la justice, qui consisterait pour chaque classe - celle de l'homme d'affaire, celle du militaire auxiliaire, celle du gardien - à exercer ses propres activités dans la cité ; c'est cela qui rendrait la cité juste. [...] Une cité semblait précisément être juste quand les trois groupes naturels présents en elle exerçaient chacun sa tâche propre, et elle nous semblait modérée, ou encore courageuse et sage, en raison d'affections et de dispositions particulières de ces mêmes groupes.

  • La République (IVème siècle av. J.-C.), Platon, éd. GF Flammarion, 2002, partie IV, (434c-435b), p. 239


Il faut, répondis-je, d'après ce dont nous sommes convenus, que, le plus souvent possible, ce soit l'élite des hommes qui ait commerce avec l'élite des femmes, et, au contraire, le rebut avec le rebut; que les rejetons des premiers soient élevés, non ceux des seconds, si l'on veut que le troupeau garde sa qualité éminente.

  • La République (IVème siècle av. J.-C.), Platon, éd. Pleiade, 1950, partie V, (459c), p. 1033


Aucun homme libre ne doit s'engager dans l'apprentissage de quelque connaissance que ce soit comme un esclave.

  • La République (IVème siècle av. J.-C.), Platon, éd. GF Flammarion, 2002, partie VII, (536e), p. 393


Si l'on arrive pas, ou bien à ce que les philosophes règnent dans les cités, ou bien à ce que ceux qui à présent sont nommés rois et hommes puissants philosophent de manière authentique et satisfaisante, et que coïncident l'un avec l'autre pouvoir politique et philosophie; et à ce que les nombreuses natures de ceux qui à présent se dirigent séparément vers l'une ou l'autre carrière en soient empêchées par la contrainte, il n'y aura pas de cesse aux maux des cités, ni non plus il me semble, du genre humain.

  • La République (IVème siècle av. J.-C.), Platon (trad. Pierre Pachet), éd. Folio essais, 1993, partie V, 473d, p. 293


Apologie de Socrate[modifier]

Une vie sans examen ne vaut pas la peine d'être vécue.

  • Apologie de Socrate - Criton - Phédon, Platon (trad. Émile Chambry), éd. Garnier-Flammarion, 1965, p. 51


Il n'y a pas de mal possible pour l'homme de bien, ni pendant sa vie, ni après sa mort.

  • Apologie de Socrate - Criton - Phédon, Platon (trad. Émile Chambry), éd. Garnier-Flammarion, 1965, p. 54


Mais voici l'heure de nous en aller, moi pour mourir, vous pour vivre. Qui de nous a le meilleur partage, nul ne le sait, excepté le dieu.

  • Apologie de Socrate - Criton - Phédon, Platon (trad. Émile Chambry), éd. Garnier-Flammarion, 1965, p. 55


Phédon[modifier]

Socrate à Cébès : Il ne faut pas se tuer avant que Dieu nous en impose la nécessité, comme il le fait aujourd'hui pour moi.

  • Apologie de Socrate - Criton - Phédon, Platon (trad. Émile Chambry), éd. Garnier-Flammarion, 1965, p. 110


Socrate à Simmias : Simmias, à parler exactement, aucune âme n’aura part au vice, si elle est une harmonie ; car il est hors de doute qu’une harmonie, si elle est pleinement ce qu’est une harmonie, n’aura jamais part à la dissonance.

  • Phédon, Platon (trad. Émile Chambry), éd. Garnier - Flammarion, 1973, p. 100


Socrate à Cébès : Lorsqu’on a ressenti la violence d’un plaisir ou d’une peine, d’une peur ou d’un appétit, le mal qu'on subit en conséquence n’est pas tellement celui auquel on pourrait penser, mais celui qu’on subit sans s’en rendre compte.

  • Phédon, Platon (trad. Monique Dixsaut), éd. Garnier - Flammarion, 2008, p. 1203


Citations rapportées de Platon[modifier]

L'excès de liberté ne peut tourner qu'en un excès de servitude.


Qu'est-ce que craindre la mort, sinon se prétendre en possession d'un savoir que l'on n'a pas ?

  • Citation de Socrate


Citations sur Platon[modifier]

Joseph Joubert, Pensées (~1800)[modifier]

Il y a des citations dont il faut faire usage, pour donner au discours plus de force, pour y ajouter des tons plus tranchants, en un mot, pour en fortifier les pleins. Il en est d’autres qui sont bonnes pour y jeter de l’étendue, de l’espace, et, pour ainsi dire, du ciel, par des teintes plus délayées. Telles sont celles de Platon.


Platon trouva la philosophie faite de brique, et la fit d’or.


Dans Platon, l’esprit de poésie anime les langueurs de la dialectique.


Platon doit être traduit d’un style pur, mais un peu lâche, un peu traînant. Ses idées sont déliées ; elles ont peu de corps, et, pour les revêtir, il suffit d’une draperie, d’un voile, d’une vapeur, de je ne sais quoi de flottant. Si on leur donne un habit serré, on les rend toutes contrefaites.


Divers[modifier]

Platon enseigne que la réalité comprend deux parties: le monde des sens et le monde des idées. Du premier, l'homme ne peut avoir qu'une connaissance globale et imparfaite, car tout s'y écoule, donc change continuellement, et il n'y a rien qui ne soit pas transitoire. Tout apparaît et disparaît. Par contre, l'autre partie offre une certitude absolue, dit-il, et ceci non pas au moyen des perceptions sensorielles mais grâce à l'intelligence. Selon lui, les idées, dans ce monde-là, sont éternelles et immuables; et quand au rapport entre ces deux mondes, tous les phénomènes du monde sensoriel ne sont confus que par comparaison avec la clarté des formes et des corps éternels du monde des idées.

  • « Le monde dialectique est-il bon ou mauvais? », La Rédaction, Pentagramme, revue bimestrielle du Lectorium Rosicrucianum (ISSN 1384-2072), nº janvier/février, 2001, p. 7


Cléombrotus Ambraciota, ayant lu le Phédon de Platon, entra en si grand appétit de la vie à venir que, sans autre occasion, il s'alla précipiter en la mer.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimedia :

Ressources multimédia sur Commons.

Livre pédagogique sur Wikilivres.

Texte sur Wikisource.

Article sur Wikipedia.