Le Village

Citations « Le Village » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
M. Night Shyamalan et Bryce Dallas Howard pour la promotion du Village

Le Village est un film dramatique réalisé par M. Night Shyamalan, et sorti en 2004. Il raconte l'histoire d'habitants vivant reclus dans un village coupé du monde. Mais les forêts avoisinantes sont peuplées d'étranges légendes ou réalités.

Citation de la bande annonce[modifier]

Edward Walker : Depuis que nous nous sommes établis en ces lieux, nous avons toujours vécu en bonne intelligence avec les créatures du voisinage. Nous ne coupons pas leurs bois, elles ne pénètrent pas dans notre village. Je me les suis toujours représentés comme des êtres protecteurs, et qui nous auraient en quelque sorte autorisé à venir nous nicher au cœur de leur territoire, jusqu'àlors inviolé. Après la découverte, ce matin, de ces marques sur nos maisons, j'ai le sentiment qu'ils nous mettent en garde...

  • Discours du narrateur au long de la bande annonce
  • William Hurt, Le Village (2004), écrit par M. Night Shyamalan


Citations du film[modifier]

Edward Walker : Tu as un courage et une force de caractère que je n'aurai jamais.

  • Lorsque Edward Walker parle à Lucius Hunt qui avait décidé de partir chercher des médicaments.
  • William Hurt, Le Village (2004), écrit par M. Night Shyamalan


Une écolière : Je l'ai examiné sous toutes les coutures, le cou a été brisé et la peau arrachée à moitié !
Le professeur : Hum, hum... Je vois...
L'écolière : C'est un meurtre !
Le professeur : Mais qui est le coupable, qui a pu commettre un tel acte de haine ?
L'écolière C'est ceux dont on ne parle pas qui l'ont tué !
Le professeur : Nous y voilà. Et pourquoi est-ce exactement cette explication qui t'est venue à l'esprit ?
Un autre écolier : Ils mangent de la viande.
Une autre écolière : Ils ont des griffes énormes.
Le professeur : Mes enfants, ceux dont on ne parle pas n'ont pas violé nos frontières depuis de nombreuses années, nous ne pénétrons pas dans leur bois, et ils ne viennent pas dans notre vallée : c'est une trêve, nous ne les menaçons pas, pourquoi feraient-ils une chose pareille ?

  • Lors d'un cours, suivant la découverte d'un petit animal mort.
  • John Christopher Jones (le professeur), Le Village (2004), écrit par M. Night Shyamalan


Lucius Hunt : Ma mère ignore complètement la raison de ma venue au conseil. Elle ne m'a pas donné son accord, et nous n'en avons pas parlé... La mort du petit Daniel Nicholson, de maladie, et d'autres évènements pèsent sur ma conscience... Je demande la permission de traverser les bois interdits pour me rendre à la ville la plus proche. Je m'y procurerai de nouveaux remèdes et je reviendrai. En ce qui concerne ceux dont on ne parle pas, je suis sûr qu'ils me laisseront passer. Les créatures ressentent les émotions et la peur. Elles verront que j'ai de bonnes intentions, et que je n'ai peur de rien.

  • Joaquin Phoenix, Le Village (2004), écrit par M. Night Shyamalan


Alice Hunt : Il semble désormais confirmé que nous avons affaire à un prédateur difficilement identifiable. Probablement, un coyote ou un loup. Cette manière qu'il a de tuer et d'écorcher partiellement ses victimes puis d'abandonner ses victimes déchiquetées est peut-être le signe que cet animal souffre de démence... Au cours des semaines qui viennent, il faudra guetter avec vigilance des éventuels réapparition de ce coyote et surveiller attentivement les enfants qui s'éloignent pour jouer sur la colline... Quant à l'autre hypothèse, enfin, nous ne croyons pas que la frontière ait pu être violée. Ceux dont on ne parle pas sont plus grands que des loups ou que des coyotes, s'ils s'étaient introduits chez nous, on s'en serait aperçu.

  • Lors d'une réunion du village après la découverte de plusieurs petits animaux morts et abandonnés.
  • Sigourney Weaver, Le Village (2004), écrit par M. Night Shyamalan


Lucius Hunt : Comment tu as su que j'étais là ?
Ivy Walker : Je t'ai vu par la fenêtre... Non, je ne te dirai pas quelle est ta couleur. Arrête de me poser la question ! ... Quand nous serons mariés, tu danseras avec moi ? J'aime danser et je trouve ça très agréable... Pourquoi ne dis-tu jamais ce que tu as dans la tête ?
Lucius Hunt : Pourquoi faut-il toujours que tu dises ce que tu as dans la tienne ? Pourquoi est-ce que tu décides quand je voudrais décider ? Si j'ai envie de danser, c'est moi qui t'inviterai à danser. Si j'ai envie de parler, c'est moi qui ouvrirai la bouche et qui parlerai. Il faut toujours que tout le monde me presse pour que je parle plus. À quoi ça servirait que je te dise que tu occupes mes pensées dès que je me lève le matin. Où qu'il y a des moments où je suis incapable de réfléchir, ou de faire bien mon travail. À quoi ça nous avancerait que je te dise que les seules fois où j'ai peur comme tout le monde c'est quand je pense qu'on pourrait te faire du mal ! Et c'est pour ça que tu m'as trouvé assis sur ces marches. J'ai peur pour toi avant d'avoir peur pour tous les autres. Eh oui. Je t'inviterai à danser le soir de notre noce.

  • Un soir, alors que Lucius doit partir le lendemain pour la ville.
  • Bryce Dallas Howard (Ivy Walker) et Joaquin Phoenix (Lucius Hunt), Le Village (2004), écrit par M. Night Shyamalan

Noah : Ils arrivent ! Ils arrivent !
Kitty Walker (sœur de Ivy) : Ferme cette porte !
Ivy Walker : Lucius est dehors ...
Noah : Ils arrivent !
Kitty : Il a dû rentrer ! Ferme cette porte, je t'en supplie ! Rentre dépêche-toi !
Ivy : Il est surement inquiet pour nous, il va revenir...
Kitty : Ivy, je t'en supplie... Ne les laisse surtout pas entrer !

  • Alors que les monstres sont entrés dans le village, Ivy attend Lucius sur le palier de sa maison.
  • Bryce Dallas Howard (Ivy), Judy Greer (Kitty) et Adrien Brody (Noah), Le Village (2004), écrit par M. Night Shyamalan


Autour du film[modifier]

M. Night Shyamalan : Après le 11 septembre, j'ai réagi comme chacun le ferait : c'est-à-dire en l'écrivant. Et cela a donné le Village. Je n'avais pas prévu d'écrire et encore moins de faire un film politique, mais beaucoup de gens voient le film de cette façon. Et je peux les comprendre car il est né d'une réaction à des heures de terreur et de peur. Pour moi, de bien des façons, l'élément surnaturel du film est l'amour. Ce que l'amour peut faire, ce qu'il peut vous faire faire, pouvez-vous devenir surhumain à cause de l'amour, l'amour peut-il faire des miracles, pouvez-vous traverser l'enfer ? Il y a d'ailleurs une métaphore sur cette plongée en enfer à travers ce que fait l'héroïne du film : est-ce que l'amour nous aidera dans ces épreuves, les miracles vont-ils s'enchaîner parce que vous êtes guidé par l'amour ? Quand on parle de retournement de situation et de peur, ce sont des éléments du film, mais ce n'est pas le cœur de l'histoire. Au cœur de cette histoire il y a d'abord des personnages et les éléments surnaturels ne sont là que pour la foi. Et ce sont des éléments qui vous restent en sortant du film. Mes histoires ne parlent pas seulement d'aliens, de super-héros, de fantômes ou de créatures dans les bois : ce sont simplement des prétextes pour parler de la foi.

  • Lors d'une interview pour le magazine Première
  • « Le Village », Olivier de Bruyn, Première, 2004, p. 42


Bryce Dallas Howard : Pour cette scène, comme pour toutes les autres, j'ai répété avec Joaquin Phoenix et M. Night Shyamalan. J'avais également beaucoup travaillé avec Night en amont du tournage. Nous avons beaucoup réfléchi à l'orientation à donner à la scène, eu ton à utiliser, et aux couleurs. Nous étions tous d'accord sur le fait que nous devions être délicats avec scène, car c'est un moment très précieux du film sur lequel il ne fallait pas trop en faire... C'était assez compliqué techniquement, notamment à cause du brouillard en arrière plan. Et au final, une seule prise était bonne. Il devait être quatre heure du matin, et là, on se rend compte que je suis floue, Night était anéanti. Mais ils ont finalement trouvé un moyen de réparer cela digitalement, et c'est magique ! C'est vraiment ma scène préférée, quand je l'ai lu pour la première fois dans ma chambre : j'ai levé les yeux à la fin de la scène et j'ai éclaté en sanglot... Puis j'ai regardé le scénario et il y avait marqué Ivy se met à pleurer. Du coup, je me suis dit que le film ne serait pas si difficile que ça à faire.

  • Lors d'une interview pour le magazine Première, à propos de la scène où elle est avec Lucius, dans la nuit.
  • « Le Village », Olivier de Bruyn, Première, 2004, p. 44


Autres projets: