Jalousie

Citations « Jalousie » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Jealous CirceJohn William Waterhouse (1892)

La jalousie peut être définie comme le dépit que l’on a de ne pas obtenir ou posséder ce qu’un autre obtient ou possède. De nos jours, son acception est plus fréquemment la crainte que la personne aimée n’éprouve un sentiment de préférence pour quelque autre, ne soit infidèle.

Anthropologie[modifier]

René Girard, Shakespeare. Les feux de l’envie, 1990[modifier]

L’amitié est cette coïncidence parfaite de deux désirs. Mais l’envie et la jalousie ne sont pas autre chose. La mimesis du désir est à la fois le ressort de ce que l’amitié offre de meilleur et de ce que la haine a de pire.


Cinéma[modifier]

Baz Luhrmann/Craig Peace, Moulin rouge, 2001[modifier]

D'abord il y a le désir, puis la passion, ensuite le soupçon, la jalousie, la colère, la trahison. Quand l'amour va au plus offrant, la confiance est impossible, et sans la confiance il n'y a pas d'amour. La jalousie, oui, la jalousie… te rendra démon !

  • Jacek Koman, Moulin rouge (2001), écrit par Baz Luhrmann, Craig Peace


Littérature[modifier]

Biographie[modifier]

Salvador Dalí, Journal d’un génie adolescent, 1964[modifier]

La jalousie des autres peintres a toujours été le thermomètre de mon succès.

  • Journal d’un génie adolescent, Salvador Dalí, éd. La Table ronde, 1964, p. 99


Nouvelle[modifier]

Renée Vivien, La Dame à la Louve, 1904[modifier]

On a de drôles d’idées à ces moments-là, tout de même… Moi, un très honnête garçon, en somme, estimé de tout le monde, excepté de quelques jaloux, aimé même de quelques-unes, me reprocher aussi amèrement une existence qui ne fut ni pire ni meilleure que celle de tout le monde !… Je dus avoir une passagère folie. Nous étions tous un peu fous, du reste…

  • La Dame à la Louve, Renée Vivien, éd. Alphonse Lemaire, 1904, La Dame à la louve, p. 18


Prose poétique[modifier]

Francis Picabia, Dactylocoque, 1922[modifier]

La fille du ventre blanc frôle ma jambe et me donne une émotion sincère, écoutez-moi :
Broyer du noir ou du blanc c'est pareil ; n'avez-vous pas l'obscur sentiment de la lumière ? personne ne vous trompe, vous n'êtes plus jaloux ; ne pensez pas aux cimetières, à la misère, vivez comme le petit Jésus, tout nus mais ayez un parasol pour mettre votre sexe à l'ombre.

  • « Dactylocoque », Francis Picabia, Littérature Nouvelle Série, nº 7, Décembre 1922, p. 11


Roman[modifier]

Roger Peyrefitte, Propos secrets, 1977[modifier]

La jalousie est la maladie spécifique des gens de lettres et, généralement, une maladie française.


Propos de moralistes[modifier]

François de La Rochefoucauld, Maximes et Réflexions, XVIIè s.[modifier]

Ce qui rend les douleurs de la honte et de la jalousie si aiguës, c'est que la vanité ne peut servir à les supporter.

  • Maximes et Réflexions, suivies des œuvres mêlées de Saint Evremond, François de La Rochefoucauld, éd. Les Grands Classiques Illustrés, ~1935?, p. 84


Philosophie en biologie comportementale[modifier]

Henri Laborit, Éloge de la fuite, 1976[modifier]

Ne sachant pas qu'il existe dans un milieu différent, l'enfant va mémoriser [...] l'odeur de sa mère, sa chaleur et son visage. […] Lorsque vers le huitième ou dixième mois, son action progressive sur le milieu lui fera prendre conscience de son existence distincte du milieu qui l'entoure, il va découvrir que sa mère [...] n'appartient pas qu'à lui seul. L'enfant comprendra d'un seul coup qu'il peut perdre en partie sa gratification et découvrira l'œdipe, la jalousie et l'amour malheureux.


Autres projets: