Henri Barbusse

Citations « Henri Barbusse » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Henri Barbusse (Asnières-sur-Seine, 17 mai 1873 — Moscou, 30 août 1935) est un écrivain français. Il a reçu le prix Goncourt en 1916 pour son roman Le Feu.

L'Enfer, 1908[modifier]

Le réel et le surnaturel, c’est la même chose.


Si on nous enlevait tout ce qui nous fait mal, que resterait-il ?


À l’ulcère du monde, il y a une grande cause générale. Vous l’avez nommée : c’est l’asservissement au passé, le préjugé séculaire, qui empêche de tout refaire proprement, selon la raison et la morale. L’esprit de tradition infecte l’humanité.


Chaque être est seul au monde. Cela paraît absurde, contradictoire, d’énoncer une phrase pareille. Et pourtant, il en est ainsi… Mais il y a plusieurs êtres comme moi… Non, on ne peut pas dire cela. Pour dire cela, on se place à côté de la vérité en une sorte d’abstraction. On ne peut dire qu’une chose : Je suis seul.


Chaque être est toute la vérité.


On ne meurt pas puisqu’on est seul ; ce sont les autres qui meurent. Et cette phrase qui se répand en tremblant à mes lèvres, à la fois sinistre et radieuse, annonce que la mort est un faux dieu.


Le Feu, 1916[modifier]

Deux armées aux prises, c'est une grande armée qui se suicide.


L'avenir est dans les mains des esclaves, et on voit bien que le vieux monde sera changé par l'alliance que bâtiront un jour entre eux ceux dont le nombre et la misère sont infinis.


La liberté et la fraternité sont des mots, tandis que l'égalité est une chose.


Ce serait un crime de montrer les beaux côtés de la guerre, même s'il y en avait !


Combien de crimes dont ils font fait des vertus, en les appelant nationales !


Autres projets: