Dennis Lehane

Citations « Dennis Lehane » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Dennis Lehane est un écrivain américain né le 4 août 1965 à Dorchester dans le Massachusetts.

Romans[modifier]

Romans de la série Kenzie & Gennaro[modifier]

Ténèbres, prenez-moi la main (1996)[modifier]

Ce qui compte, avait-il écrit, c'est la souffrance. Ces mots, inscrits sur une feuille de papier blanc format standard, me hantent toujours. Quelquefois, j'en arrive à croire que ces mots tout simples ont été gravés dans la pierre.

  • Ténèbres, prenez-moi la main, Dennis Lehane (trad. Isabelle Maillet), éd. Rivages, coll. Rivages Noir, 2002 (ISBN 2743609222), p. 17


ôter la vie se rapproche beaucoup de l'acte sexuel, à vrai dire. parfois, c'est transcendant, jouissif; parfois, c'est juste couci-couça, satisfaisant sans plus, genre pas de quoi sauter au plafond, mais qu'est-ce qu'on peut y faire ? pourtant, ce n'est jamais inintéressant. ça fait toujours un souvenir.

  • Ténèbres, prenez-moi la main, Dennis Lehane (trad. Isabelle Maillet), éd. Rivages, coll. Rivages Noir, 2002 (ISBN 2743609222), p. 333


- Depuis, j'ai essayé de me convaincre que je n'avais pas ressenti ce que j'ai ressenti en appuyant sur la détente, que c'était impossible.
- Pourquoi ? Qu'est-ce que tu as ressenti ?
Elle se pencha en avant, les pieds posés au bord du lit, et enserra ses genoux.
- L'impression d'être Dieu, avoua-t-elle, c'était géant Patrick.

  • Ténèbres, prenez-moi la main, Dennis Lehane (trad. Isabelle Maillet), éd. Rivages, coll. Rivages Noir, 2002 (ISBN 2743609222), p. 379


- Ecoutez, fis-je, Grace n'a rien. Mae n'a rien. Phil n'a rien. Ce sont eux les civils, dans cette affaire. Pas moi, ni Angie.
Je me dirigeais vers le salon quand il me rappela :
- Kenzie ? Si votre associée et vous n'êtes pas des civils et pas des flics non plus, vous êtes quoi ?
- Deux imbéciles qui se prenaient pour des durs, répondis-je en haussant les épaules, et qui ont compris leur douleur.

  • Ténèbres, prenez-moi la main, Dennis Lehane (trad. Isabelle Maillet), éd. Rivages, coll. Rivages Noir, 2002 (ISBN 2743609222), p. 410


On est capables d'aimer plus d'une personne à la fois, avait-dit Phil un jour, on est humains, donc bordéliques.

  • Ténèbres, prenez-moi la main, Dennis Lehane (trad. Isabelle Maillet), éd. Rivages, coll. Rivages Noir, 2002 (ISBN 2743609222), p. 486


Gone Baby Gone (1998)[modifier]

"Et toi, Rachel, qu'est-ce qui pourrait t'amener à tuer ?"
Elle sourit. Elle lève son verre de façon à piéger dans les glaçons la lumière des néons au-dessus de la table de billard.
"Ma famille, dit-elle enfin. Et seulement ma famille."
Deux ou trois types s'esclaffent nerveusement.
"Sans aucune hésitation, dit-elle encore. Sans un regard en arrière. Et sans la moindre pitié."

  • Gone Baby Gone, Dennis Lehane (trad. Isabelle Maillet), éd. Rivages, coll. Rivages Noir, 2007 (ISBN 9782743617424), p. 554


Autres projets: